Passeport pour Totnes

Les habitants de la petite ville de Totnes dans le Devon croient avoir trouvé comment rester dans l'Union Européenne.

D'après The Independent et le site de la BBC, les opposants au Brexit de la ville de Totnes, une bourgade médiévale très conservatrice du Devon du sud (en bas à gauche sur la carte de l'Angleterre, au bord de la Manche juste avant la Cornouailles), ont placardé sur la porte de la mairie (monument historique du 17ème siècle) un avis proclamant la "Cité-Etat indépendante de Totnes".

But de la manoeuvre ? Se séparer du Royaume-Uni pour rester dans l'Union Européenne (à Totnes, les partisans de rester dans l'UE avaient remporté 53% des voix).

En réalité, il ne n'agit que d'une action d'agit-prop visant à protester contre le chaos ambiant et le risque grandissant d'une sortie de l'UE sans accord de coopération future (le "no-deal Brexit" que les europhobes les plus excités appellent de leurs voeux).

The Guardian, se faisant l'écho des rumeurs de stockage de produits de première nécessité pour faire face à l'éventuel rétablissement des barrières douanières, a qualifié le nouveau secrétaire d'Etat au Brexit Dominic Raab de "ministre des sardines en boîte et du lait condensé".

Pour le plus grand amusement des touristes, les pro-européens locaux ont même imprimé des passeports européens grenats au nom de leur micro-Etat virtuel, car cette couleur européenne est abhorrée des Brexiters à qui le gouvernment a promis le retour aux couvertures bleu foncé des anciens passeports britanniques.
Mais à la stupéfaction horrifiée des europhobes, les nouveaux passeports en question seront produits... en France par Gemalto qui a gagné l'appel d'offre contre la société britannique De La Rue (... et encore un nom français... décidément, ces mangeurs de grenouilles sont partout...)

La concomitance de cette clochemerlesque histoire de proclamation d'indépendance, d'une part, et de ces rumeurs de stockage de nourriture pour survivre au Brexit, d'autre part, m'a rappelé la délicieuse comédie britiche "Passport to Pimlico", une production sortie des légendaires studios d'Ealing quelques années après la guerre.
Des habitants de ce quartier résidentiel (situé au centre de Londres, juste au sud de Victoria Station) découvrent, après l'explosion d'une bombe allemande, un ancien parchemin prouvant que leur territoire avait été rattaché par traité à l'ancien duché de Bourgogne (au temps de Philippe le Bon et Charles le Téméraire !) et accueillant parmi eux un soi-disant duc de Bourgogne venu faire valoir ses droits, ils en profitent pour déclarer leur indépendance, exiger des passeports pour pénétrer dans leur quartier, et faire des stocks pour résister au blocus que leur imposent les autorités gouvernementales anglaises...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.