Violences policières

Violences policières: Darmanin s'étouffe mais le dossier s'étoffe

La nouvelle affaire d'insultes racistes et de mauvais traitements au dépôt du Palais de Justice de Paris démontre une fois de plus l'inertie de l'institution policière et sa répugnance à se débarrasser de ses brebis galeuses.

Le discours de Darmanin appelant Max Weber à la rescousse pour évoquer l'usage légitime de la violence par la police républicaine est pitoyable et le nouveau ministre de l'Intérieur confirme ainsi sa capacité à remplacer son prédécesseur Castaner dans le rôle de principal boulet communicationnel du gouvernement.

Soyons donc clairs: lorsque l'on parle de violences policières au pluriel, il s'agit bien de violences illégitimes et l'absence de sanctions à Paris plus d'un an après la dénonciation des faits par un gradé qui en fut témoin met en cause l'ensemble de la hiérarchie policière, jusqu'au ministre de l'époque, ce qui nous ramène à la bassesse et à l'inanité de Castaner.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.