Michel DESILLE
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2015

Michel DESILLE
Abonné·e de Mediapart

Dessiner à Mons, ça fait BAM*!

Michel DESILLE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dessiner dans l’exposition Van Gogh au Borinage, naissance d’un artiste au Musée des Beaux-Arts de Mons (BAM), risque de vous mener en garde à vue pour quelques heures, avec arrestation musclée !


Le 18 avril dernier, j’étais au BAM pour découvrir cette exposition. Alors qu’aucune mention ni sur les billets, ni dans l’enceinte du musée n’interdit de dessiner, j’ai sorti mon carnet de croquis de mon sac et j’ai entrepris d’esquisser quelques œuvres. Pendant que je dessinais Femmes portant des sacs de charbon dans la neige, un agent en uniforme équipé d’un talkiewalkie m’a interpellé et signifié qu’il était interdit de dessiner les œuvres. Je lui ai répondu que j’avais bien entendu les messages annonçant qu’il était interdit de les photographier, mais que mon dessin n’était pas une reproduction. J’ai donc terminé celui-ci. Puis j’ai continué ma visite en allant voir l’Angélus, dessin de Vincent Van Gogh et copie de Jean-François Millet, et en ai commencé l’esquisse.


À ce moment, une femme en uniforme avec un badge, qui semblait être la responsable de l’agent vu précédemment, est arrivée accompagnée d’une dizaine d’autres agents qui m’ont encerclé. Puis cette femme s’est postée devant moi en me répétant que je n’avais pas le droit de dessiner les œuvres, et en me précisant que c’était mentionné dans le règlement.

A posteriori, j’ai pu vérifier que cette personne ne dit pas la vérité car l’extrait de règlement accessible au public ne mentionne que “l’interdiction de prise de vue”.


Je lui ai déclaré que dans tous les musées que j’ai pu visiter, jamais on ne m’a interdit de dessiner, puis je l’ai interrogée sur le lieu d’affichage de ce règlement. Elle m’a répondu que celui-ci était visible de l’extérieur. J’allais sortir et lui ai demandé si je pourrais ensuite continuer ma visite, elle m’a répondu que je ne pourrais plus rentrer dans le musée. Je l’ai priée alors de me présenter un document écrit mentionnant cette interdiction. Sa seule réponse a été d’affirmer que je gênais le public et qu’elle allait appeler la police.


J’ai posé la question à la cinquantaine de personnes présentes et seulement trois ont répondu que je les dérangeais (une était guide), j’ai donc déclaré que je ne dessinerais plus les oeuvres.


Une dizaine de minutes plus tard, cette dame est revenue accompagnée d’agents de police ; ces derniers m’ont demandé de sortir du musée. Je leur ai expliqué que je ne dessinais pas une œuvre mais un espace intérieur (le hall avec ses rampes), et que je n’avais pas l’intention de sortir du musée. Les agents de police m’ont alors ordonné de sortir du bâtiment, je leur ai dit que je ne sortirais pas de mon plein gré ; c’est alors qu’ils m’ont plaqué à terre violemment au milieu du public, puis toujours aussi violemment menotté dans le dos puis traîné hors du musée.


-Comment se fait-il que la police obtempère sans se poser de questions sur la véracité des motifs avancés?
-Comment est-il possible de demander une intervention de la police, alors que l’on n’a pas vérifié soi-même l’interdiction de dessiner ?
-Comment la direction d’un musée peut-elle justifier un telle violence dans l’enceinte d’un lieu de culture ?
-Comment se fait-il qu’un musée n’informe pas ses visiteurs sur une restriction de jouissance aussi exceptionnelle ?
Autant de questions restées à ce jour sans réponse.


Emmené au poste de police, menotté, privé de liberté pendant 4 heures, fiché, (prise d’empreintes, de photos anthropométriques) et, après déposition devant un juge, libéré enfin. Le lendemain, après une nuit sans sommeil, je suis allé consulter un médecin qui a pu constater de multiples hématomes et plaies superficielles.


J’ai relaté ces faits graves dans une lettre adressée au bourgmestre de la ville de Mons et demandé au musée le remboursement de mon billet (8 euros). La seule réponse que l’on m’a fournie à ce jour est un sec refus de ce remboursement .


Je ne verrai pas cette exposition (elle est terminée depuis le 17 mai) et je ne vous recommande donc pas d’aller à Mons, surtout si vous avez l’intention de dessiner.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon