L’écologie s’empare aussi de l’hygiène intime et de la menstruation

Découvrez trois accessoires de l'hygiène intime féminine qui répondent aux problématiques écologiques. Le zéro déchet prend de l'ampleur, c'est aussi l'occasion de dire stop aux substances chimiques présentes dans les tampons et serviettes hygiéniques jetables.

Selon une récente étude de l’ANSES ou l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, les protections féminines les plus couramment utilisées telles que les tampons et les serviettes périodiques jetables présentent une quantité importante de substances chimiques. Ces dernières sont absorbées par le corps lorsqu’elles entrent en contact avec la muqueuse vaginale, ce qui n’est pas du tout bon pour la santé. Elles sont aussi source de pollution, car elles génèrent beaucoup de déchets. Heureusement, il existe actuellement des alternatives moins chères, plus écologiques et bien meilleures pour la santé.

Les cups menstruelles pour remplacer les tampons jetables

Les coupes menstruelles sont aussi appelées coupelles menstruelles ou cups. Elles ont été conçues afin de remplacer les protections périodiques classiques comme les serviettes et les tampons pendant la période des règles féminines. Cet accessoire a généralement la forme d’un petit entonnoir fermé qui se termine par une tige permettant de la retirer facilement. La plupart des cups sont en silicones.

Pour son utilisation, la coupe adopte le même système que pour un tampon. Il suffit de l'insérer dans le vagin. Mais contrairement à celui-ci, la cup recueille le flux menstruel sans assécher la flore vaginale, car elle n’absorbe pas le sang. Elle doit être vidée toutes les 8 heures au maximum et nettoyée avec précaution avant d’être réinsérée. En savoir plus sur les coupes menstruelles ici.

Les serviettes hygiéniques réutilisables

Les serviettes lavables se présentent sous la même forme qu'une protection hygiénique classique. La différence, c’est qu'elles se clipsent sous la culotte à l'aide de boutons de pression et qu'elles sont réutilisables. Ce produit est conçu à base de tissus ultra-absorbants, comme le coton, le chanvre ou la fibre de bambou. De ce fait, il est beaucoup plus absorbant, plus doux et confortable à porter que les serviettes hygiéniques jetables. De plus, aucune odeur ne s’en dégage. Ces protections intimes limitent aussi les allergies et les irritations. Elles se déclinent en plusieurs tailles afin de répondre aux différents besoins des femmes. Généralement, il existe des protège-slips lavables, des protections intimes de jours et de nuits. Les serviettes hygiéniques réutilisables sont simples à entretenir. Après chaque utilisation, il suffit de les rincer à l'eau froide pour retirer la majeure partie du sang des règles puis de les passer à la machine à laver.

Les culottes menstruelles pour l’écologie et jolie

La culotte menstruelle est une protection hygiénique zéro déchet. Elle respecte la flore vaginale et permet d’être utilisées plusieurs fois. Contrairement à une coupe menstruelle qu’on place dans le vagin, la culotte menstruelle se porte comme un joli sous-vêtement classique. C’est une bonne alternative pour les femmes qui ne souhaitent pas de protections internes. Comparée à une serviette hygiénique lavable, la culotte menstruelle est beaucoup plus confortable et permet un meilleur maintien. Elle ne risque pas de bouger, que ce soit pendant la journée ou la nuit. Cet accessoire dispose d’une meilleure capacité d’absorption pour rester au sec plus longtemps, surtout pour les flux abondants. Il permet d'être protégé pendant 12 heures.

Le réutilisable prend le pouvoir dans nos comportement quotidiens, découvrez encore plus d'objets de la vie courante qui tendent à passer au zéro déchet sur le site www.reutilisables.com Nous ne pouvons qu'encourager toutes ces petits intentions qui, au final, forme une habitude de penser et des réflexes qui sauveront notre bonne vieille planète pour les générations à venir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.