Lèvre érogène et protectrice d'érogénéité, le prépuce est un organe sexuel ; son ablation est une mutilation

Pour une meilleure présentation, voir lien en fin d'article

 Le prépuce, une lèvre

 

            "Foreskin", la traduction anglaise de "prépuce", est un abus de langage. Le fourreau du gland n'est en effet pas une "peau" mais une chair à double face incluant un muscle périphérique, le dartos. Or une chair avec de la peau à l'extérieur et une muqueuse à l'intérieur est une lèvre. Les lèvres sont les organes frontières des ouvertures du corps (à l'exception des oreilles). La face externe protège l'intérieur du frottement et de la dessiccation qui transformeraient la muqueuse en peau. Toutes sont amplement fournies en terminaisons nerveuses extéroceptives de toucher fin[1], [2], [3]. Mises à part celles du visage, elles sont contournées, ridées, inesthétiques et malodorantes. Elles comprennent les paupières, les narines, les lèvres de la bouche, celles, externes et internes, de la vulve, le capuchon du clitoris, le prépuce et l'anus (le tube digestif est le seul organe possédant une lèvre à chaque bout). Les trois dernières et les narines sont circulaires. Sauf les narines qui, humidifiées en permanence par la respiration, n'ont pas besoin d'être closes, toutes peuvent s'ouvrir et se refermer. Celle de l'anus inclut un sphincter et le rétrécissement terminal de l'anneau du prépuce opère une fonction un peu similaire. La plupart sont des organes du toucher érotique (avec cette réserve que l'anus interne ne contient pas de terminaisons nerveuses érogènes), ce qui peut expliquer l'absence de généralisation du concept au prépuce jusqu'à aujourd'hui.

 

            Cette généralisation fait du prépuce un organe à part entière. De plus, comme le clitoris, il possède une innervation érogène particulièrement dense1, 2, 3, en synergie avec son innervation de toucher fin. Cette sensibilité est particulièrement notable à son extrémité (l'anneau), dont l'existence et la fonction érotique ont été mises en lumière par Taylor[4] et Fleiss[5]. Enfin, le mécanisme d'enroulement et de déroulement du prépuce5 est unique dans la nature. Il permet un nettoyage facile et une stimulation efficace et réciproque de lui-même et du gland5, [6]. Comme celle du clitoris, l'excision du prépuce n'empêche pas la reproduction. Les deux organes ne sont pas des organes génitaux mais des organes de pur plaisir. Mais contrairement à une rumeur répandue par les féministes, l’excision du gland est pire que celle du clitoris parce qu'elle interdit la reproduction ; quoique n'interdisant pas nécessairement l'orgasme, elle empêche  l'émission du sperme[7].

 

 

Symétries et dissymétries

 

            Avec le clitoris, le prépuce est l'organe spécifique du plaisir personnel (l'expression vient de la jeunesse chinoise qui rejette le terme 自慰 (masturbation), composé des idéogrammes "main" et "débauche". Les racines latines de masturbation ("manus" et "stupratio"), ont exactement la même signification puritaine). Dans la manusexualité, il procure un plaisir complémentaire, certes, mais différent de celui du gland. Manié avec délicatesse, l'organe féminin de l'homme apporte des joies appréciables, aussi exquises qu'infinies puisque sa présence favorise (ou même permet) les petits orgasmes en série[8] (contractions orgasmiques isolées, répétitives, s'opposant à l'éjaculation, comparables aux orgasmes clitoridiens). Les adversaires du prépuce nous traiteront d'histrions. Laissons dire ces esprits puritains ; la fonction érotique du clitoris et du prépuce est telle que la psychanalyste Elisabeth Roudinesco affirme :

 

"… la masturbation…,… autorise un plaisir illimité,… "[9]

 

            Le prépuce serait-il érectile que sa fonction érotique serait absolument symétrique de celle du clitoris. Tous deux sont les organes de la jouissance indéfiniment renouvelable des préludes. Organes du pur plaisir : ils présentent la même "symétrie" que le vagin et le pénis. Le clitoris est l'organe pénien spécifique du plaisir personnel de la femme, le prépuce est l'organe vaginal spécifique de celui de l'homme. Si l'organe phallique de la femme est un mini-pénis, le rôle du prépuce dans l'autosexualité ressemble à celui d'un mini-vagin. Aussi, la manusexualité masculine présente une certaine ressemblance avec le coït. Puisque le clitoris est extérieur au vagin, ce n'est pas le cas de la manusexualité féminine. En conséquence, comme celle du membre viril de la femme, l'excision de l'organe féminin de l'homme est une mutilation, certes moins importante. Cependant, si le clitoris est inutile au plaisir masculin, nous allons voir qu'en dépit des rumeurs, le prépuce profite aux dames.

 

 

Les inconvénients sexuels de la circoncision

 

Des inconvénients pour les hommes

            Des inconvénients sexuels pour les hommes sont la principale conséquence à long terme de la circoncision qui, s'agissant des enfants, est ignorée. La grande conséquence de la circoncision est une double perte de sensibilité :

- perte de la sensibilité du prépuce lui-même[10], [11],[12], [13], [14],

- désensibilisation du gland6,[15]. Elle est le plus facilement observable dans les groupes homosexuels ; dès qu'un circoncis entre dans un groupe d'intacts, son handicap saute aux yeux.

            Cette perte de sensibilité a de multiples conséquences :

- autosexualité laborieuse11, [16]. Il est bien connu que le plaisir personnel du circoncis demande une lubrification artificielle. Incapable de recourir aux préservatifs, Freud, qui la considérait comme névrotisante[17], choisit l'abstinence comme méthode contraceptive[18].

- impuissance progressive6, 15, [19], [20]. S'étalant sur toute une vie sexuelle, elle est insidieuse.

- difficultés dans l'érection et l'orgasme. D'abord signalées par Hammond11, elles ont été mises en lumière par les enquêtes de Fink12, Dias[21], Frisch[22] et Bronselaer14. Celle de Frisch est décisive puisque menée sur 5.550 sujets, dont 2.345 circoncis, et leurs épouses. Normalement rares (4% de la population), ces difficultés sont presque trois fois plus fréquentes chez les circoncis (11%). Les USA à la fois riches et circoncis sont les premiers consommateurs mondiaux de Viagra et une enquête[23] a découvert qu'aux USA, les circoncis sont 4,5 fois plus susceptibles d'utiliser des drogues contre le disfonctionnement sexuel. Par contre, la rumeur concernant l'éjaculation précoce des intacts est un mythe ; plusieurs enquêtes16,[24],[25] n'ont pas relevé de différence entre circoncis et intacts. Une enquête chinoise[26] affirme au contraire que les circoncis en sont cinq fois plus affectés.

- réticence à l'usage du préservatif[27],[28],[29]. Cette dernière semble expliquer la forte prévalence du SIDA en Afrique et aux USA, très supérieure à celle de l'Europe intacte(*). De même, sa fréquence est très faible au Japon, intact mais premier consommateur mondial de préservatifs. Le professeur Rozenbaum, président de l'Office national du SIDA, a déclaré[30] : "… le préservatif est le seul moyen efficace de prévention individuelle, que les hommes soient circoncis ou non."

- pratiques sexuelles risquées. Elles sont plus fréquentes chez les circoncis10, 15, [31], [32], [33],[34].

- au total, une méta-analyse[35] a montré que, chez les circoncis à l'âge adulte – seuls en position de comparer – la circoncision, bien qu'effectuée pour motifs médicaux, ne satisfait qu'un tiers des sujets, un tiers sont indifférents, le dernier tiers étant insatisfaits. Ces chiffres confirment que, comme toutes les mutilations, la circoncision devrait être une chirurgie de dernier recours.

 

Des inconvénients pour les femmes

 

            Il est connu depuis l'antiquité que le prépuce contribue au plaisir féminin :

 

"La femme qui s'est livrée à l'amour avec un incirconcis peut difficilement se séparer de lui."[36]

 

            Quatre enquêtes ont confirmé cette observation empirique. Les deux premières portent l'une[37] sur 139 femmes, l'autre[38] sur 35 femmes ayant eu des rapports avec des intacts et des circoncis. Portant sur un grand nombre de sujets : 5 550, et leurs épouses, celle de Frisch22 est particulièrement crédible. La quatrième[39] est intéressante parce qu'elle a été menée à long terme (hommes mariés avec la même épouse pendant plus de cinquante ans). Les résultats sont identiques : les intacts satisfont davantage leurs partenaires qui relèvent chez eux moins de conclusions prématurées de l'acte sexuel, ils leur apportent davantage d'orgasmes et moins d'irritations. Goldman confirme en suggérant que les circoncis divorcent davantage[40].

            Les deux premières études expliquent que le prépuce limite les frottements irritant le vagin, pour cinq raisons : (1) les entiers n'ont besoin que de trois minutes pour parvenir à l'orgasme et peuvent prolonger cette durée au besoin, (2) ils recherchent les sensations fines procurées par l'exquise sensibilité érogène et de toucher fin du prépuce (celle du gland est purement érogène) par des mouvements d'amplitude modérée, dans un acte moins gymnastique, plus lent, doux et tendre (le bang-bang de Jack Nicholson ne peut être comparé à la douceur aérienne des scènes d'amour de Michelangelo Antonioni), (3) n'étant plus une muqueuse, le gland du circoncis, devenu une peau calleuse, dix fois plus épaisse15, a perdu sa délicatesse et son moelleux, (4) le prépuce coulisse sur la hampe si bien que les frictions contre le vagin sont réduites, (5) par sa mobilité et ses replis, il joue un rôle semblable à celui des segments d'un piston et limite l'évacuation des sécrétions vaginales par la couronne du gland. La plus grande sensibilité des intacts est donc contrebalancée par une meilleure lubrification, ce qui est particulièrement apprécié par nos compagnes âgées.

            A l'inverse, Hammond11 signale : "une extraordinaire stimulation nécessaire à l'orgasme". Pour compenser leur perte de sensibilité, les circoncis ont besoin d'une grande amplitude de mouvement qui, par massage profond du gland, leur permet une simulation suffisante d'un organe devenu relativement insensible. Mais cela frotte rudement la muqueuse vaginale. Selon l'étude de Frisch, leurs partenaires ont d'une part des difficultés plus fréquentes pour parvenir à l'orgasme, d'autre part, quatre fois plus souvent (12% versus 3%), des douleurs dans les rapports (dyspareunie). Le comble est atteint avec les monstrueuses pratiques de l'excision et du "dry sex". En supprimant la lubrification naturelle, elles raccourcissent la durée leurs laborieux efforts. C'est au prix d'irriter le vagin et même, très souvent, de douleur pour la femme mais il arrive que certains de ces messieurs résistent lorsque leur partenaire excisée veut utiliser un lubrifiant pour la diminuer[41]. En conséquence, comme confirmé par les rapports 2004 et 2006 d'ONUSIDA qui ont révélé la contamination de 13 femmes pour 10 hommes en Afrique, la circoncision aggrave la transmissibilité du SIDA aux femmes. En Afrique subsaharienne,les femmes représentent 59% des contaminés et 75% des séropositifs de 15 à 24 ans. Une étude[42] a montré que le risque de contracter l'épidémie est de 55% plus élevé pour les compagnes de circoncis séropositifs dans les deux années suivant la circoncision de leur partenaire (cette dernière, inutile, est effectuée pour que ces derniers ne soient pas "discriminés" !). Si le risque est diminué de 50% à 60% pour les hommes mais augmenté d'autant pour les femmes, alors les éventuels fœtus, non-inclus dans la statistique, devraient faire la décision contre la circoncision.

            L'intégrité préputiale offre un autre avantage lors du coït : en se déroulant graduellement, le prépuce non rétracté facilite l'intromission[43], [44], [45].

            La nature a prévu l'amour muqueuse contre muqueuse (certains y voient une promesse d'échanges subtils) et non peau contre muqueuse : ce n'est pas un exercice de gymnastique ou de massage mais une démonstration de tendresse.

 

 

Conclusion

 

            Le concept de lèvre et son extension au prépuce ne figurent pas dans les manuels de médecine. La raison en est simple : comme la sexualité hypocritement dite infantile, l'organe de la jouissance féminine de l'homme est tabou ; derrière des motifs le plus souvent culturels ou religieux (notamment le fantasme de renforcer la virilité ou la féminité), et parfois médicaux mais controversés, la grande raison des mutilations sexuelles est d'interdire l'autosexualité[46] aux enfants.

            Mais confirmée par l'enquête de Sorrells, la découverte de Taylor que le prépuce est une zone érogène majeure opère un décentrement de notre vision de la sexualité masculine. Le phallus perd son privilège d'organe unique au bénéfice de l'enveloppe du gland qui acquiert le statut d'organe sexuel associé. La circoncision est une mutilation qui méconnait la fonction biologique et sexologique du fourreau du gland. Elle appauvrit la vie sexuelle. Elle se perpétue à cause de l'ignorance de ceux qui, croyant bien faire, n'ont pas la moindre idée du handicap qu’ils imposent à leurs enfants. Parmi ces derniers, certains ont réussi, patiemment (il faut au minimum trois ans), à restaurer non leur prépuce et sa délicieuse sensibilité érogène mais, cette fois-ci oui, un repli de peau qui permet le retour du gland à son état naturel. Des couples à la vie sexuelle brisée ont ainsi pu se reformer, apportant une démonstration incontournable que le prépuce est un organe essentiel aux deux sexes.

            Les mutilations sexuelles sont irréversibles, elles nuisent d'abord aux enfants, mais aussi aux adolescents, aux couples momentanément séparés, divorcés ou à besoins sexuels différents, aux célibataires et aux veufs, soit à toute la population. Leur éradication doit aller de pair avec l'abandon de la répression et du mépris de l'autosexualité. La démonstration que le prépuce est un organe sexuel précieux ruine le mythe de la circoncision cosmétique et exige l'application stricte de la bioéthique élémentaire qui interdit les mutilations électives[47],[48],[49]. La médecine ne peut pratiquer ces dernières sans apporter la caution de la science à des rituels primitifs doublement traumatisants : ils provoquent une séparation précoce d'avec la mère, ils répriment la sexualité infantile. Quant aux demandes de circoncision à l'âge adulte, leur acceptation créerait un nouveau monstre conceptuel : l' "Autopunition sexuelle médicalement assistée" !

 

 

Corollaire

 

            La médecine ne peut désigner la toute première forme de la sexualité humaine par un concept dépréciatif et culpabilisant sans affecter plus ou moins gravement la psyché de la population. L'existence même des organes du pur plaisir interdit de qualifier ce dernier de perversion. La psychanalyse enseigne que c'est précisément la répression de la sexualité infantile qui est à l'origine des perversions et autres maladies mentales. Le mot "mas……..n" doit être rayé des manuels. Un terme scientifique, est nécessaire. Usité par le docteur Paul Denis (ex-président de la Société psychanalytique de Paris), autosexualité[50] semble le plus simple et neutre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] Bazett H., McGlone B., Williams R., Lufkin H. Depth, distribution and probable identification in the prepuce of sensory end-organs concerned in sensations of temperature and touch; thermometric conductivity. Archives of neurology and psychiatry 1932 ; 27 (3) : 489-517.

[2] Winkelmann R. The cutaneous innervation of the human newborn prepuce. J Invest Dermatol 1956 ; 26 (1) : 53-67.

[3]MartínAlguacil N., Scott Cooper R., Aardsma N., Mayoglou L., Pfaff D., and Schober J. Terminal innervation of the male genitalia, cutaneous sensory receptors of the male foreskin. Clinical anatomy 2015. http://dx.doi.org/10.1002/ca.22501

[4] Taylor J., Lockwood A., Taylor A. The prepuce: specialized mucosa of the penis and its loss to circumcision. BJU 1996 ; 77 : 291-295.

[5] Fleiss P. The case against circumcision. Mothering winter 1997 : 36-45.

[6] Pertot S. Sensitivity is the rising issue on circumcision. Australian doctor, 1994.

http://cirp.org/library/restoration/pertot/

[7]Money J. Components of eroticism in man. II. The orgasm and genital somesthesia. J nevr mental dis 1961 (132): 290.

[8] Bertaux-Navoiseau H. 81% des circoncis ignorent les petits orgasmes en série, 87% des intacts en jouissent !

https://www.academia.edu/5917294/81_des_circoncis_ignorent_les_petits_orgasmes_en_s%C3%A9rie_87_des_intacts_en_jouissent_T%C3%A9moignez_mis_%C3%A0_jour_27.04.2015_

[9] Roudinesco E. Le sexe mutilé. Brève histoire d'une passion chirurgicale. Préface à : Bonomi C. Sulla soglia della psychoanalisi, Freud i la follia infantile. Torino : Bollati Boringhieri ; 2007.

[10] Money J., Davidson J. Adult penile circumcision, and the politics of sexual pleasure. Journal of sex research 1983 (19), 289-92.

[11] Hammond T. A preliminary poll of men circumcised in infancy or childhood. BJU 1999 (83) suppl. 1: 85–92.

https://www.academia.edu/9993250/Preliminary_Poll_of_Men_Circumcised_in_Infancy_or_Childhood_1999_

[12] Fink K., Carson C., De Vellis R. Adult circumcision outcomes study: effect on erectile function, penile sensitivity, sexual activity and satisfaction. J urol 2002 ; 167 (5) : 2113-2116.

http://cirp.org/library/sex_function/fink1/

[13] Sorrells M., Snyder J., Reiss M., Eden C., Milos M., Wilcox N., Van Howe R. Fine-touch pressure thresholds in the adult penis. BJU int 2007 ; 99 (4), 864-69.

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1464-410X.2006.06685.x/abstract

[14] BronselaerG., Schober J., Heino F, Meyer-Bahlburg, T'Sjoen G., Vlietinck R., Hoebeke P. Male circumcision decreases penile sensitivity as measured in a large cohort. BJU international 2013.

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1464-410X.2012.11761.x/abstract

[15] Foley J. The unkindest cut of all. Fact magazine 1966 ; 3 (4) : 2-9.

http://www.cirp.org/news/1966.07_Foley/

[16]Kim D.  and Pang M. The effect of male circumcision on sexuality. BJU international 2007, Volume 99 (3). 619-622. http://www.cirp.org/library/sex_function/kim2006/

[17] Les premiers psychanalystes, minutes de la Société psychanalytique de Vienne. Paris : Gallimard ; 1983. IV, p. 59-60.

[18] Roudinesco E. Préface de Correspondance Sigmund Freud – Anna Freud, 1904 – 1938. Paris: Fayard ; 2012. p. 12.

[19] Goldman R. The psychological impact of circumcision. BJU int 1999; 83 (suppl. 1): 93-103.

[20]Bollinger D., Van Howe R. Alexithymia and circumcision trauma: a preliminary investigation. Men's studies press, 2011, 10 (2).

https://www.academia.edu/6395216/Alexithymia_and_Circumcision_Trauma_A_Preliminary_Investigation

[21] Dias J., Freitas R., AmorimR., Espiridião P., Xambre L. and FerrazL. Adult circumcision and male sexual health: a retrospective analysis. Andrologia 2014, 46 (5), 459–464.

http://dx.doi.org/10.1111/and.12101

[22]Frisch M., Lindholm M., Grønbæk M. Male circumcision and sexual function in men and women: a survey-based, cross-sectional study in Denmark,Int J Epidemiol, 2011, 1-15.

http://www.doctorsopposingcircumcision.org/pdf/2011-06_Frisch.pdf

[23] Bollinger, D. and Van Howe, R. , "Alexithymia and circumcision trauma: a preliminary investigation," International Journal of Men's Health 2011;184-195.

[24] Waldinger M., Quinn P., Dileen M., Mundayat R., Schweitzer D. & Boolell M. A multinational population survey of intravaginal ejaculation latency time. J Sex Med. 2005 ; 2(4) : 492-7.

[25] Waldinger M., McIntosh J. & Schweitzer D.A five-nation survey to assess the distribution of the intravaginal ejaculatory latency time among the general male population. International society for sexual medicine 2009, 6, 2888-2895. doi : 10.1111/j.1743-6109. 01392.x.

[26] Tang, W.S., Khoo, E.M. Prevalence and correlates of premature ejaculation in a primary care setting: a preliminary cross-sectional study. Journal of Sexual Medicine 2011 (8) : 2071-2078. doi: 10.1111/j.1743-6109.2011.02280.x

[27] Kimmel T. Men scarred by circumcision. National organization of circumcision information resource centers. San Anselmo: 2000.

[28] Bensley, Boyle, Physical, sexual and psychological impact of male infant circumcision: an exploratory survey. In Denniston C. Hodges F., Milos M. Understanding circumcision: a multi-disciplinary approach to a multi-dimensional problem. New York: Plenum; 2001.

[29] Boyle G., Goldman R, Svoboda J., Fernandez E. Male circumcision: pain, trauma and psychosexual sequelae. J health psychology 2002; 7 (3): 329-43.

(*) Les opposants à la circoncision utilisent le terme "intact" parce qu'ils répugnent à celui de "non-circoncis" qui suggère que la circoncision apporterait un bonus.

[30] Rozenbaum W., Bourdillon F., Dozon J-P. et al. Report on Male Circumcision: An arguable method of reducing the risks of HIV transmission. Conseil national du SIDA, 2007 : 1-10.

[31] Schmideberg M. A note on homosexuality and circumcision. Psychoanalytic review 1948 XXXV (2) : 183-84.

[32] Laumann E., Masi C., Zuckerman E. Circumcision in the United States. JAMA 1997 ; 277 (13) : 1052-1057.

[33] Fleiss P., Hodges F., Van Howe R. Immunological functions of the human prepuce. Sexually transmitted infections 1998; 74: 364-67.

[34] Dave S., Johnson A., Fenton K. et al. Male circumcision in Britain : findings from a national probability sample survey. Sex trans infect 2003 ; 79 : 499-500.

[35] Dalton J. Effect of circumcision on sexual satisfaction. BMJ, réponse rapide à l'article de Hinchley : "Is infant male circumcision an abuse of the rights of the child? Yes")

http://www.bmj.com/content/335/7631/1180/rapid-responses (haut de la page 2)

[36] Midrash rabbah. Genèse, LXXX : 11.

[37] O'Hara J., O'Hara K. The effect of male circumcision on the sexual enjoyment of the female partner. BJU int 1999 ; 83 (suppl. 1) : 79-84.

[38]Bensley G., Boyle G. Effects of male circumcision on female arousal and orgasm. N Z med j 2003 ; 116 (1181) : 595-6.

[39] Hughes G. Circumcision : another look. Ohio medicine 1990 ; 86 (2) : 92.

[40] Goldman R. Circumcision : the hidden trauma. Boston : Vanguard publications ; 1997.

[41] Piet E. Séminaire I.N.E.D. Paris, 10 décembre 2009.

[42] Wawer M., Makumbi F., Kigozi G., Serwadda D., Watya S., Nalugoda F. and others. Circumcision in HIV-infected men and its effect on HIV transmission to female partners in Rakai, Uganda : a randomised controlled trial. Lancet 2009 (374-9685) : 229-237.

[43] Whiddon D. The Widdicombe file. Lancet 1953 ; (15 Aug) : 337-338.

http://cirp.org/library/general/widdicombe

[44] Morgan W. The rape of the phallus. JAMA 1965 ; 193 : 123-4. http://cirp.org/library/general/morgan/

[45] Taves D. The intromission function of the foreskin. Med hypotheses 2002 ; 59 (2) : 180.

http://cirp.org/library/anatomy/taves1

[46] Masters and Johnson on sex and human loving. Boston: Little, Brown and company ; 1982. ch. XII.

[47] Haas J. The totality and integrity of the body. Ethics & Medics 1995, 20.2.

[48] Austriaco N. Requests for elective amputation. Ethics & Medics 2011, 36.2.

[49] Peters E. Canon law and apotemnophilia. Ethics & Medics 2011, 36.2.

[50] Denis P. Paris : PUF – Que-sais-je ? ; 2012. p. 51.


Lèvre érogène et protectrice d'érogénéité, le prépuce est un organe sexuel ; son ablation est une mutilation (mis à jour 08.07.2015)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.