Michel J. Cuny
Ecrivain-éditeur professionnel indépendant depuis 1976. Compagnon de Françoise Petitdemange, elle-même écrivaine-éditrice professionnelle indépendante depuis 1981.
Abonné·e de Mediapart

243 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 avr. 2015

Pour en finir avec la Cinquième République (9)

Michel J. Cuny
Ecrivain-éditeur professionnel indépendant depuis 1976. Compagnon de Françoise Petitdemange, elle-même écrivaine-éditrice professionnelle indépendante depuis 1981.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

    Les moyens institutionnels nécessaires pour produire une conversion de la France au "rêve américain"

     Alors qu’il était vivement poussé par trois membres du Comité consultatif constitutionnel à "organiser", d’une façon ou d’une autre, l’interdiction du parti communiste à partir de la nouvelle Constitution elle-même, Michel Debré a donc répondu par la sanctuarisation du pouvoir réglementaire (domaine de l’exécutif) au détriment du pouvoir législatif (domaine de l’Assemblée élue au suffrage universel). Ce qui paraît d’abord n’être qu’une petite affaire de technique…

    En réalité, il s’agit là d’un "événement" qui a fait hurler certains membres du Conseil d’État lorsque celui-ci a dû fournir son avis sur le projet de Constitution ainsi centré autour d’une véritable souveraineté de l’exécutif à deux têtes : le président de la république et son premier ministre.

    Mais où donc Michel Debré était-il allé pêcher ce que lui-même n’hésitait pas à présenter comme un "stratagème " ? Dans la tradition déjà longue du "parlementarisme rationalisé "… L’Assemblée unique élue au suffrage universel, voilà l’ennemi ! De qui ? De quoi ? Nous finirons bien par le comprendre.

    Ce qu’il faut retenir, c’est qu’on doit à tout prix, quand on est Michel Debré, interposer entre une population dotée du suffrage universel et l’État - l’instrument de la volonté d’un pays - autre chose qu’une Assemblée unique souveraine.

    Consultons l’ouvrage collectif publié en 1990 sous le titre Naissance de la Cinquième République, par les très sérieuses Presses de la Fondation nationale des sciences politiques. Il s’ouvre, lui aussi, sur une Préface due à la plume véritablement prolixe de… Michel Debré. Immédiatement après lui, voici venir l’Américain Nicholas Wahl et son "Introduction à une relecture". Il s’y penche bientôt sur le problème qui est le nôtre en en situant la provenance historique :
    « L’analyse critiquant la médiatisation parlementaire [par le biais d’une Assemblée élue au suffrage universel] du lien entre l’État et l’opinion [le suffrage universel !] a commencé avec l’essai classique du réformisme républicain de Robert de Jouvenel, La République des camarades (Paris, Grasset, 1914), pour se terminer avec les pamphlets d’André Tardieu, lui, franchement révisionniste de droite, dans les années 1930, que De Gaulle a lu "comme tout le monde" dans la classe politique de l’époque, comme il me l’a avoué dans un interview en juillet 1961. » (page XXI)

    Un peu plus loin, Nicholas Wahl effectue un véritable mea culpa que nous aurions tort de ne pas prendre très au sérieux :
    « Sans doute, j’ai sous-estimé, en 1959, l’influence de Tardieu et d’autres révisionnistes de droite sur De Gaulle, ne sachant pas à l’époque que ce dernier a fréquenté Tardieu à partir de 1931 au secrétariat général de la Défense nationale (1931-1937) - Tardieu était au ministère Laval avant de redevenir président du Conseil brièvement en 1932. » (page XXII)

    Ayant maintenant un recul d’un peu plus de trente années, et se trouvant sans doute mieux placé pour comprendre ce que c’était que cette Constitution de 1958, le spécialiste américain va jusqu’à écrire en 1990 :
    « Si j’avais à porter une seule correction à ce que j’écrivais en 1959, cela serait à la dernière page où je nie "une affinité directe (ou) un lien doctrinal" entre la Constitution de 1958 et cette école de pensée d’avant guerre. Aujourd’hui, j’écrirais que cette affinité et ce lien sont presque établis et que c’est De Gaulle lui-même qui représente le trait d’union principal. » (page XXII)

Ainsi ce que n’ont produit ni les émeutes du 6 février 1934, ni la défaite organisée de 1940, De Gaulle l’aura enfin obtenu en 1958… Mais qu’était-ce donc ?

Puisque nous tenons André Tardieu, essayons de ne pas le lâcher trop vite, et ouvrons la biographie qui lui a été consacrée par François Monnet en 1993, chez Fayard, sous le titre : Refaire la République - André Tardieu, une dérive autoritaire.

    Aussitôt, un élément attire notre attention. À peine élu député à Belfort en février 1926, André Tardieu reçoit de Georges Clemenceau - dont les "Félicitations" sont reproduites dans Le Républicain de Belfort du 18 février - "la mission de parler au nom de la France". De quelle France ?

    Allons bon : serions-nous victimes d’une hallucination ? Il nous semble pourtant reconnaître ce langage-là… Ne serait-ce pas celui que Churchill n’aura plus guère cessé d’entendre résonner à son oreille, à Londres, après juin 1940 ?

    Faisons un pas de plus, et retrouvons André Tardieu le 4 juin 1928, un peu plus de deux ans après sa précédente élection. Il intervient devant le congrès de la Fédération des syndicats patronaux du bâtiment et des travaux publics de l’Est :
    « Rappelons aux ouvriers qu’il existe un pays où deux ouvriers sur trois ont leur automobile, où les maisons ouvrières, qui ne manquent pas, ont leur ascenseur, leur téléphone, le chauffage central, le bain. » (page 91)

    Nous sommes effectivement en présence d’un promoteur avéré du "rêve américain", et cela juste au moment où, du fait de la crise financière qui s’apprête à éclater, ce rêve partira en quenouille, pour ne se redessiner qu’après - et en raison de - rien moins qu’une seconde guerre mondiale dont il est possible de penser qu’elle lui était bien nécessaire… pour croître et embellir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi