Le covid 19, la direction générale de la Santé et le professeur Raoult

Médiapart cible le professeur Raoult via une enquête "fouillée". Pourquoi pas... On aimerait surtout savoir si les 50 000 tests réalisés à Marseille et le traitement plaquenil/azythromycine des cas covid+ expliquent que l'épidémie y reste relativement modérée... On pourrait alors remettre à leur juste place les palinodies vespérales du professeur Salomon...

Le covid 19, la direction générale de la Santé et le professeur Raoult

Médiapart a décidé de cibler le professeur Raoult à travers une enquête "fouillée". Pourquoi pas... On aimerait qu'un travail d'investigation aussi poussé fût mené sur tous les acteurs impliqués dans la crise sanitaire actuelle. On aimerait que le ministre de la Santé, Veran, et son fameux acolyte, le professeur Salomon, soient passés au scan performant des limiers de Médiapart.

C'est sur les "réseaux sociaux" qui ont parfois une certaine finesse qu'on voit Salomon cloué au pilori pour ses mensonges patelins, pour ses non-réponses enrobées de pommade aux questions posées . Grâce au professeur Salomon nous savons, à condition de résister à la vague de chiffres dont il nous submerge chaque soir, que les autorités de Santé portent une attention vigilante, constante, à tous les problèmes, qu'elles sont d'une mobilisation totale pour répondre à tous les problèmes qui sont d'ailleurs tous en voie de solution. Grâce au professeur Salomon, nous savons qu'on va recruter du personnel dans les EHPAD et que tout ira mieux sans que des tests systématiques ne soient nécessaires. Grâce à lui nous savons qu'il y a désormais des masques partout pour les personnels de santé et nous continuons d'entendre que le port du masque fait à la maison par tout un chacun est un choix individuel, mais qu'il n'est pas question d'en recommander le port. D'ailleurs il n'est toujours pas question de mener une politique de tests systématiques dans les foyers où un cas de contamination est repéré ni d'organiser le confinement séparé des cas positifs. On pourrait continuer....

La politique du professeur Salomon : ne jamais répondre aux questions et noyer le sujet dans un flux de considérations annexes (que ce soit sur ce que fait le gouvernement face au risque de manque de médicaments dont il nie qu'il se concrétise ici et là, sur le nombre de lits "que nous avons doublé" mais dont il ne parle plus de porter le nombre à 14 000, etc....) Si un chiffre nouveau sur le nombre de Français contaminés - 1,5 millions - est publié par le syndicat de médecins MG France, le professeur le snobe et le noie dans des considérations oiseuses. Des signes dermatologiques sont-ils relevés par les médecins de ville, le professeur Salomon n'en a pas entendu parler....

Mais surtout, il y a l'essai Discovery en cours dans les hôpitaux français : on y teste des molécules - des antirétroviraux- ayant beaucoup d'effets indésirables graves dont il n'est jamais question, alors que des molécules similaires ont montré leur inefficacité dans essais récents bien conduits en Chine. Il se trouve que le laboratoire pharmaceutique qui commercialise ces molécules en France est puissant et que les sommes en jeu sont colossales. Les patients risquent-ils de mourir des effets secondaires de ces traitements chers et inefficaces ?

Dans le même temps, l'association plaquenil/azythromycine qui n'intéresse pas les laboratoires pharmaceutiques car elle ne rapporte pas grand chose, n'est pas intégrée à l'essai Discovery. Qui demandera au professeur Salomon si le gouvernement et le "conseil scientifique" dont il se prévaut ont pris leur décision sous pression des lobbies au point de mettre en jeu la vie de dizaines de milliers de personnes ?

Le décret du 25 mars autorisait l'utilisation du plaquenil à l'hopital ET par les médecins généralistes. Le décret du 26 est revenu en arrière et a décidé de réserver le plaquenil aux cas graves hospitalisés, alors qu'on sait que c'est trop tard. Serait-ce une façon d'obtenir un faux résultat négatif ? Le professeur Raoult et d'autres médecins préconisent l'association plaquenil/azythromycine en phase symptomatique débutante de la maladie covid 19. Des professeurs de médecine se succèdent sur les plateaux de télévision pour dire que s'ils sont malades ils prendront certainement le cocktail du professeur Raoult "puisqu'il n'y a rien d'autre"....

Alors, fallait-il faire une enquête sur le professeur Raoult alors qu'on aimerait surtout savoir si les 50 000 tests réalisés à Marseille et le traitement via l'association plaquenil/azythromycine des cas covid+ expliquent que l'épidémie y reste relativement modérée...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.