michel uteau
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2015

La condition transandine (ou j'ai rencontré des couillons heureux)

michel uteau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(traduction du billet d'humeur d'un supporter argentin après la défaite de son équipe en finale de la "Copa America" le 4/06/2015)

Avec les chiliens nous avons en commun ce qui nous sépare: la Cordillère. C'est pour cela que nous nous qualifions réciproquement de « transandins ». Pour eux, cette barrière, plus proche, est plus présente.Inévitable. Une culture de corniche. Ils s'appuient aux Andes et regardent vers elles. Pour la majorité d'entre nous autres, qui avons la possibilité de regarder de l'autre côté, la cordillère est à peine un lointain horizon. Pour nous, elle n'est pas toujours là. Cela donne une sensation très curieuse, ils se vivent plus proches de nous que nous d'eux, plus prisonniers e nous que nous le sommes d'eux. C'est une fausse vision certes, mais pas tant que cela : la condition réciproque transandine n'a pas, à l'est et à l'ouest les mêmes connotations. La géographie et l'histoire nous l'écrivons et décrivons en parallèle mais cette proximité nous pèse moins à nous autres dans le temps et dans l'espace. Nous nous tournons le dos mais nous avons l'impression qu'ils le font plus volontiers.

Géopolitiquement et footballistiquement parlant, c'est le contraire de ce qui se passe avec les urugayens (et inversement) : il existait – au moins au siècle dernier dans un dictionnaire historique – l'adjectif « rioplatense » (du Rio de la Plata) pour définir une identité « rêvée » footballistique urugayo-argentine à partir d'une limite qui, curieusement, nous réunissait. Ce n'est certainement qu'une réalité partielle mais elle a servi à nous définir unis, dans notre coin de la planète, face à l'Europe. Avec les urugayens nous nous regardons, nous nous mesurons face à face, de rive à rive tout comme on peut se défier avec des cris et des gestes d'un trottoir à l'autre dans une rue.

En revenant à ce qui s'est passé hier, la condition transandine chilienne a montré son meilleur visage, la notre, non. Dans une rencontre équilibrée, je pense que, au-delà des performances tactiques ou individuelles, il est apparu que l'envie était chez eux, pas chez nous. Il est juste que les choses en aient été ainsi, par leur volonté et leur désir, dans l'enceinte de leur Stade National de si douloureuse mémoire.. Ce n'est pas qu'ils aient eu plus d'opportunités de marquer ou une question de « huevos » (1), non ! La différence qu'il y eut était mentale, cela se voyait dans l'attitude par rapport au ballon et à l'adversaire.

Il ne fait pas considérer cela comme une tragédie, simplement dire : « dommage ! ». Je préfère participer à la joie méritée de mes grands couillons de copains chiliens qui sont en train de fêter ce qu'ils attendaient depuis si longtemps, espérant que, grâce à cette finale sportive, s'ouvre une nouvelle étape, avec des rapports nouveaux, dans la définition réciproque de la condition « transandine ».

(1)..huevos...au sens premier: oeufs....au sens trivial: couilles

(paru le 5 juin 2015 dans le journal -Pagina 12-)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77