Un texte de 1980, l'autre de 1998Tendance historique des réformes de la Fonction Publique :

Caporalisation et management renforcés :licenciement des auxiliaires, emploi massif de contractuels, auxilliarisation des titulaires

Au moment où l’on parle dans les médias de lapossibilité de licenciement des fonctionnaires en l’envisageant à court terme, par le petit bout de la lorgnette et en se perdant dans les détails, il importe au contraire de donner les grands axes et orientations des réformes depuis la fin des années 70, grands axes qui seuls permettent, justement, de comprendre les détails.

Ceci estd’autant plus important que la stratégie adoptée par le pouvoir depuis les années 75, stratégie conseillée par de nombreux sociologues et conseillers en communication, consiste justement en une stratégie de l’araignée incompréhensible pour qui n’a pas de recul.

 

En résumé, sur un fond global de 30 ans de précarisation de la majoritédes titulaires et des non-titulaires, pour contrer les rigidités du statut de fonctionnaire, les réformes peuvent être comprises globalement comme un double processus diminuant tendanciellement les fameuses rigidités que sont essentiellement le manque de mobilité fonctionnelle et géographique du fonctionnaire

 

aggravation du sort des non-titulaires : remplacement des auxiliaires par des contractuels

dualisationde la situation des titulaires : auxiliarisation de la majorité destitulaires / renforcement des garanties et du pouvoir de la hiérarchie


Il importe de comprendre, comme le disait en 1980 un comité de MA cité infra,

puce-96d77.gifqu’il y a depuis les années 70/75 une stratégie qu’il est indispensable de saisir si l’on veut s’en défendre, stratégie qui n’est pas encore arrivée à son terme même si elle a bien avancé puisque seuls en gros 30% des d’emplois de l’EN sont touchés par la précarisation alors que, par exemple, le rapport Longuet en prévoyait en 1978 la contractualisation de 80%
puce-96d77.gifque la création au début des années 80 des titulaires remplaçants dont sortiront les rattachés, les TZR, brigades ... , création souhaitée et réclamée par tous les syndicats, a été "la pièce maitresse de l’auxiliarisation des titulaires " puisqu’elle créait, enfin, juridiquement, un titulaire qui ne l’était plus tout à fait

puce-96d77.gifqu’il ne s’agit pas, comme le disaient et le disent encore les syndicats"d’une « démolition » du statut de la Fonction publique puisque, s’ il prévoit d’exclure des protections classiques la majorité des fonctionnaires, le apport Longuet renforce le statut des chefs de service chargés de fonction de direction et de répression"
puce-96d77.gifque la difficulté pour convaincre les enseignants sera toujours la même que celle que le comité de MA signalait en 80 en mettant en avant lesillusions répandues sur les protections qu’apporte le statut de laFonction publique : "l’esprit aristocratique et de défense de la hiérarchie de couches plus favorisées qui vivent dans l’illusionque ça ne sera jamais leur tour : elles se croient toujours protégéespar un diplôme, un concours , une formation, une ancienneté, une «qualité » que « les autres » n’ont pas." En 1980, on passait pour un catastrophiste ou un martien si l’on tentait d’expliquer à un professeur titulaire que, pour favoriser la mobilité géographique, il aurait un poste sur plusieurs établissements, et que, pour favoriser la mobilité fonctionnelle, il faudrait qu’il remplace ses collègues absents tandis que le chef d’établissement pourrait recourir à un ntretien d’embauche pour engager directement des contractuels.
Ceci dit, sans mésestimer les dangers de licenciements par application directe de la loi mobilité dont parle les médias qui est une simple forme de la tendance de fond, il serait beaucoup plus judicieux, au lieu de suivre exclusivement ce leurre

puce-96d77.gifde comprendre les caractères généraux de l’enjeu et des formes des réformes de la fonction publique
puce-96d77.gifdefixer son attention, en pensant aux conséquences de l’annonce de Christian Beullac sur la suppression des auxiliaires, accueillie favorablement par les syndicats en 1980 et aux enjeux de la création dela fonction publique, sur l’annonce de Nicolas Sarrkozy , également accueillie favorablement et pratiquement dans les mêmes termes que 30 ans avant par le monde syndical :

"La situation des contractuels dans la Fonction publique, de mon point devue, est profondément anormale. l’État ne peut pas dire aux entreprises: faites des CDI, contrats à durée indéterminée, plutôt que des CDD,contrats à durée déterminée, et proposer des contractuels [...] Je suistout à fait prêt à envisager la titularisation progressive descontractuels pour ne pas les laisser en situation de précarité. Cen’est pas juste [...] je suis par ailleurs très favorable àladiversification des voies d’accès à la fonction publique, [qui se faitaujourd’hui sur concours.]"

 

Ceci dit, vous trouverez ici

A) Un texte de 1980 " Le sens des attaques du ministère et des orientations des syndicats", extrait de la brochure "Le comité des MA fait progresser la science"

 

B) Un texte de 1998 "Allègre et le mouvement lycéen", paru 18 ans après sur le site de l’APED,qui résume le texte de 1980 et montre que la stratégie décrite en 80 est un bon ressort explicatif d’un évènement qui semble a priori assez éloigné de la reforme de la fonction publique : la manipulation du mouvement lycéen par Claude Allègre cette année-là.

 

Ilest de plus à remarquer que la garantie de l’emploi apportée par le statut de la FP a été effective disons pendant les trente glorieuses... alors que le chômage était très faible et qu’elle était donc quasiment inutile. Et a contrario qu’elle a tendance à disparaitre lorsque le chômage augmente ... et qu’elle serait utile.

Cette tendance est en général vraie pour toutes les protections censées être apportées par le statut de la Fonction publique.

 

Cabanac, le 4 février 2010

Michel Delord

Lire la suite à : http://michel.delord.free.fr/314/reform-fp1980-1998.html

A lire aussi : Autres textes sur ce sujet parus sur le site de Nico Hirtt en 1998

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.