Droit de réponse au « Croquant » à propos du LINKY

Récemment j'ai lu un article d'un personnage qui s'autoproclame investi de la science infuse et qui sait , de source sûre, (par révélation divine ?) ce qu'est la vérité ! (et cochon qui s'en dédit!)

Heureusement qu'il est là et qu'il veille sur la validité des arguments des ci-devant « imbéciles heureux », que sont ceux qui émettent des doutes sur les arguments d'une entreprise qui n'a de service public que l'apparence et n'en a plus la réalité : «ENEDIS est une SA au capital social de 270 037 000 euros» ...

De fait nous connaissons d'expérience l'objectivité des entreprises dont l'objectif est de vendre leur produit et qui lui trouvent naturellement toutes les qualités possibles.

Nous assistons quotidiennement aux effets du «progrès» technologique, utilisant des produits dont l'inocuité était vantée : l'amiante, le plomb, les produits phytosanitaires (quel magnifique association «oephémisme» demettre ensemble «fleur» et «sain» pour qualifier des produits qui détruisent notre terre et notre santé après avoir ravagé l'éco-système). Sans oublier le nucléaire...

Il est vrai que la France a un « super pouvoir », comme elle l'a prouvé en 1986 en arrêtant les radiations de Tchernobyl à ses frontières. Sans doute ce croquant a-t-il cru à cette fable servie par les médias et le pouvoir ?

Et ce monsieur attaque, en les traitant d'imbécile, les personnes qui se préoccupent de leur santé, de la viabilité, du coût et de l'utilité du projet LINKY (entre cinq et sept milliards, d'après M Proglio, ex PDG d'ERDF, en 2011), alors que les « vieux » compteurs fonctionnent tout à fait bien et pour longtemps encore. Peut-être n'avons-nous pas les mêmes lunettes pour évaluer l'état économique et écologique de notre société ?

Il est vrai que ce « FORMIDABLE » nouveau compteur, étant un véritable ordinateur dont on connaît la fragilité, sera à renouveler bien avant les cinquantes ans de durée des vieux compteurs. Peut-être dix ou quinze ans ?, vingt ? Quand on aime on ne compte pas : On remettra des milliards dans la machine.

Ce n'est pas comme si on était en crise avec quinze pour cent de la population en dessous du seuil de pauvreté et une dette à plus de 95% du PIB.

Tiens ça me rappelle une autre affaire locale avec des dépenses pharaoniques, sans commune mesure avec les moyens du département et les besoins en infrastructures routières, ainsi qu'un autre «déni de démocratie». Comme pour LINKY.

D'ailleurs on devrait bientôt voir un article de ce monsieur à ce propos et dans la même veine, si ce n'est déjà fait ?

On peut effectivement être admiratif d'une telle perspicacité et objectivité : Il sait, lui, où aller chercher les bonnes réponses. Chez quelqu'un qui a tout intérêt à nous vendre le produit. C'est un peu comme si on allait chercher les lois pour réguler la chasse, chez les chasseurs, ou bien demander à Gattaz pour réguler les meilleures conditions de travail des ouvriers, ou bien chez les banquiers pour avoir une idée sociale de la répartition des richesses... Comment ? Ah oui, c'est comme ça que ça se pratique déjà partout. Donc j'ai tout faux en espérant faire réfléchir les pro-linky ?

D'ailleurs il est intéressant que ce « croquant » qui reprend intégralement les arguments d'Enedis, et qui se pose en citoyen objectif aille s'adresser à un employé d'ENEDIS du conseil municipal de Cénac.

D'autant plus intéressant que cet employé a préféré ne rien répondre à nos arguments lors d'une rencontre avec le conseil municipal de Cénac l'an passé. Peut-être effectivement a-t-il révélé ses arguments une fois que nous avons été partis ? Mais pourquoi pas en notre présence ?

D'ailleurs c'est une situation récurrente puisque le responsable ENEDIS du département refuse d'être confronté à nos arguments en réunion, et qu'il a posé, en ultimatum, mon interdiction d'entrer lors d'une réunion à Simeyrols il y a quelques mois.

J'espère que le journal qui donne régulièrement la parole à ce croquant me permettra de lui répondre dans ses pages.

En tout cas, question mystification, ce «CROQUANT» est très fort : il prend le surnom d'un rebelle réputé pour faire le jeu du système : Bravo la duplicité M le « croquant » !

 

Daniel Coutant CCC24 (Collectif Compteurs Communicants 24)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.