SAINTE-NATHALENE ... Les anti-Linky s’éveillent …


Un petit groupe de citoyens de Sainte-Nathalène, constatant que, dans d’autres communes alentour, des
réunions d’information sur l’installation des compteurs Linky avaient eu lieu ( alors que la municipalité d’ici
restait silencieuse sur le sujet ), a contacté le Collectif Compteurs Communicants 24 (CCC24). Une réunion
d’information a été programmée le 9 août 2018 à 18 h, dans la grande salle de l’Hôtel-Restaurant « L’Escale »
(ceci en raison de l’absence de salle municipale libre momentanément).
Cette initiative a rassemblé un peu plus d'une quarantaine de personnes ( ce qui est bien en cette
période de congés d’été !). Daniel Coutant, membre du CCC24 en Sarladais, a animé le débat. Il a tout d’abord
fait l’historique de l’opération Linky, vaste campagne nationale d’un montant de 5 à 7 milliards d’euros
(d'après l'estimation en 2011 de M Proglio, ancien PDG d'EDF). Évidemment les usagers auront à
rembourser, de manière détournée (par le biais des changements d'abonnement et de quantification de la
consommation en KVA au lieu des KWH actuellement !), puis a dévoilé les secrets technologiques de ce
nouveau concept, ainsi que leur répercussion pour les usagers.
Alors qu’Enedis vante les mérites du produit et du système qui se veut économique et écologique
(rappelons que le compteur linky n'est que la partie visible d'un système qui va générer de grandes dépenses
énergétiques supplémentaires et une aggravation du problème climatique par les trop nombreux Data
centers qui géreront toutes les informations des 35 millions de compteurs, LINKY), le collectif en a montré
les nombreux aspects négatifs pour l'usager.
Le CCC24 dénonce également le risque de nocivité sanitaire résultant des radiofréquences incontrôlées,
car passant par des fils non blindés (le blindage contraindrait les effets de ces fréquences), s'ajoutant à un
brouillard électromagnétique permanent, déjà présent par le WIFI, les CPL des « boitiers télé », et les
téléphones portables, à l’intérieur des habitations.
L'ensemble de ces éléments mettant déjà en péril la santé des occupants,(particulièrement de ceux qui
sont déjà fragilisés par l’âge ou le handicap), cette nouvelle technologie va, de surcroît,( puisqu’elle est
« communicante » !), fournir à Enedis des renseignements sur leurs habitudes de vie, qui permettront aux
spécialistes de la prospection commerciale, de créer de véritables banques de données (ce que confirme M
Monloubou Président du directoire d'ENEDIS, qui parle de 35 millions de « CAPTEURS DATA »(capteurs
de données), assurément monnayables.…
De nombreuses vidéos, mettent en lumière les propos idéalement rassurants d'ENEDIS, ou les
mensonges (preuves à l’appui !) de certains de ses dirigeants.
On a également pu entendre un député expliquer, lors d'une commission à l'assemblée Nationale le 13
mai 2016, que LINKY avait été décidé en 2005 par les députés, donc bien avant la directive européenne
(2009) et la loi de transition énergétique (2015). Ce qui indique que nos gouvernants, plus préoccupés à
satisfaire les lobbies qu’au bien-être des citoyens et à celui de leur descendance, ne sont pas obligés par
l'Europe, mais la devancent.
Dans la salle, à l’heure du débat, des témoignages du public à propos des abus commis par les
installateurs de compteurs Linky ont provoqué la colère : ... compteurs changés au domicile d’usagers quand
ceux-ci sont absents, même avec envoi de lettre de refus recommandée !, ... personnes âgées accaparées par
un individu/poseur de Linky, pendant qu’un autre effectuait le remplacement de compteur à leur insu ! ... les
intrusions dans les propriétés privées sans autorisation, le harcèlement téléphonique et les menaces
mensongères, voire brutales… !
A ce propos, rappelons qu’aucune loi n’oblige les usagers à accepter le compteur Linky, qu'aucune
sanction n'existe en cas de refus du Linky et qu'il est fortement recommandé de protéger son compteur par
tous les moyens dissuasifs : barre de fer, chaines, cadenas, etc...!
L’implantation d’antennes relais au niveau des concentrateurs, à proximité des habitations a également
suscité l’inquiétude des participants. Les fréquences et la puissance utilisées par ces antennes sont comparables
à celles de la téléphonie mobile.
En outre, on a appris, au cours du débat que l’ensemble des bâtiments communaux de Sainte-Nathalène
avait déjà été équipé de compteurs Linky.
En conclusion de cette réunion, nombreux sont ceux qui ont demandé à être tenus informés des
avancées de la lutte anti-Linky, comme par exemple les nombreux recours juridiques collectifs en cours contre
ENEDIS. Diverses actions ont été envisagées, particulièrement au niveau local.
Dan -  CCC24 :  <coordonnateursccc24@orange.fr>,

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.