Lettre ouverte à la macronie sur les avs et le handicap

Vous et votre groupe parlementaire avez voté le rejet préalable d’un texte de lois visant à améliorer l’accompagnement scolaire des enfants en situation de handicap ainsi qu’à donner un statut, une formation et un revenu digne à leurs accompagnants.

 

Madame la Député de la quatrième circonscription de Dordogne,


Vous et votre groupe parlementaire avez voté le rejet préalable d’un texte de lois visant à améliorer l’accompagnement scolaire des enfants en situation de handicap ainsi qu’à donner un statut, une formation et un revenu digne à leurs accompagnants. Cette attitude d’empêchement d’un débat est indigne d’une élue de la République dont la fonction est justement de participer à la vie de la nation dans (et par) le débat.
Les conséquences de votre vote pour notre département sont  des dizaines d’enfants scolarisés en attente d’AVS  . La plupart des AVS sont des femmes en situation de grande précarité. Des personnels non formés confrontés à des situations très complexes allant du trouble du langage au handicap physique ainsi que les différents troubles du comportement dont l’autisme.
Depuis  la loi sur l’école inclusive en 2005 ces enfants sont scolarisés dans des classes surchargées. Ils se retrouvent seuls à devoir surmonter leur situation de handicap. Cela participe à leur difficulté d’intégration et accentue leur risque d’échec scolaire. Pour certain d’entre eux la poursuite de la scolarité devient alors impossible. Tout ceci rajoute du désespoir à leur souffrance : quelle honte, quelle mépris.
 Leurs accompagnant-e-s sont des personnes dévoué-e-s qui font du mieux qu’elles peuvent mais sans formation , elles sont  souvent sans solution pour aider ces enfants.
Par ailleurs elles vivent dans la plus grande précarité financière. Tout travailleur devrait pouvoir vivre dignement et honorablement de son travail, et non d'une aumône : Accepteriez-vous d'échanger votre salaire contre le sien ?(entre 680 et 800€, pour le sien).
Votre vote, madame la député, pour toutes ces raisons, est soit d’un cynisme odieux soit d’une irresponsabilité coupable. Madame la député  votre refus d’ouvrir ce débat en prétextant que "vous vous en occuperez"  plus tard et que "les choses avancent"  est inaudible pour les familles de ces enfants ainsi que pour ces centaines de femmes maintenues dans la grande précarité.

Aurez vous le courage de les rencontrer et de défendre votre position ?, ou vous cacherez vous derrière la ligne politique de votre parti ?

LA FRANCE INSOUMISE DE LA QUATRIEME CIRCONSCRIPTION DE DORDOGNE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.