Bill Gates, Anita Moorjani et moi, Nicole Guihaumé

Soit deux cas d'école, puisque j'ai tendance à voir le harcèlement déployé contre Bill Gates, dans lequel tout en m'en prenant plein la tête, je ne suis qu'instrument, comme un cas d'école même si deux personnes sont visées.

Anita a décrit l'expérience de mort imminente dont elle est revenue guérie d'un cancer en phase terminale, après un coma de trente heures dans son merveilleux livre « Dying to be me »-lien en VF-. J'ai toujours plaisir à l'écouter, son livre est cadeau tant il est riche d'enseignements. Et cependant, la suivant en tous points, je ne la suis pas. Ou pour être plus claire, je me fie à mon expérience, ainsi qu'elle le préconise, expérience depuis laquelle je parviens à des conclusions différentes des siennes sur certains points. 

Si je ne connais pas Bill Gates, tout indique qu'il connaît la maltraitance depuis toujours ou presque, il semble pris dans une relation très violente avec son père, et depuis seize ans pour ce qui concerne le harcèlement évoqué, il est la cible de déloyautés comme peu en expérimentent. Si je prends ce résumé déduit de la perception que j'ai depuis ma position d'alliée face à réseau ordurier, je suis aussi concernée par cette description, à ça près que je ne connais pas les personnes qui s'en prennent à moi. Je ne connais que leur lâcheté. Leur machiavélisme aussi. 

Il est évident que j'ai cherché dans la littérature ce qui pouvait valider son regard ou le mien. J'ai repensé à deux choses : 

  • si les karmas négatifs sont peu documentés, et pour cause, ceux qui les subissent pouvant en ressortir traumatisés et non désireux d'en parler, on sait qu'ils existent, Kenneth Ring en parle notamment ici,

  • le travail sur les enfants qui se souviennent de leurs vies antérieures -Ian Stevenson puis Jim Tucker, le cas de Shanti Devi- pose un réel problème puisqu'ils ne sont soulagés pour certains que quand on finit par les entendre, et accepte de les mener sur les lieux de l'ancienne vie qui les hante : il en ressort que si « de l'autre côté » le temps est tout autre et l'accès à ses différents espaces simultané, cet aspect n'annule pas la linéarité ; les deux coexistent, chacun sur le plan de réalité qui est le sien.

Pour ce qui me concerne, et je suis sensible à l'aspect logique démonstrative de l'intelligence supérieure, j'ai écrit plusieurs billets sur un événement de vie déterminant dans ma trajectoire : le suicide mon voisin de palier que j'ai découvert par l'odeur de gaz sur le palier en rentrant seule de l'école quand j'étais enfant. Ce suicide m'a hantée des années, jusqu'à ce que je demande un acte de décès. Je ne pouvais me souvenir que de ma main sur la porte de l'ascenseur, mon haut le cœur à l'odeur, ma hâte pour prévenir ma mère, les compteurs, la foule sur le palier, le silence après. Personne autour de moi n'a jamais accepté de me répondre. Age, saison...tout le reste était gommé. J'ai demandé l'acte de décès en 2005. La date de suicide était le 6/6/1966, à 16h. Je ne me souviens pas du moment où j'ai réalisé que le 6/6/1966, moi, j'avais 6 ans, 6 mois, 6 jours, mais l'effet a été certain. Ma hantise de provoquer le suicide d'un autre a disparu, et j'ai senti un poids de moins sur mes épaules. Il y a eu beaucoup plus qui dépasse le cadre de ce billet, mais en deux mots, cet homme s'est vu reconnaître « mort pour la France » ce qui ne se peut pas quand on s'est suicidé des années après (il était vétéran des guerres d'Indochine et d'Algérie), il y a donc eu intervention de personne haut placée pour obtenir cette mention donnant droit à pension, et inscription postérieure à l'enregistrement de l'acte de décès. Un homme habitait au dessus de lui, haut placé effectivement, décalé socialement puisque du fait de son importante évolution de carrière, il aurait du quitter le HLM où nous étions depuis longtemps. Il avait le pouvoir d'obtenir cette mention "mort pour la France". La veille du 6 juin suivant, sans aucunement réaliser que j'approchais de la date à laquelle je ne pensais pas, j'ai fait un bilan écrit de mes dernières années. La nuit qui a suivi, le visage de l'épouse de cet homme m'est apparu. Le lendemain, 6 juin donc, j'ai réalisé cette chose étonnante que dans le même immeuble à des années d'écart (6 juin 1966-27 décembre 1992) il y a eu suicide et selon toute probabilité suicide altruiste selon les mêmes modalités. Le couple qui habitait au dessus du vétéran suicidé est mort à l'hôpital après qu'un incendie s'est déclaré chez eux un dimanche après-midi, et la porte était tellement blindée que les pompiers les pompiers sont arrivés trop tard ; ils sont mort asphyxiés. Comme lui.

De tels faits ne sont pas anodins. Leur constat a eu sur moi un impact certain qui s'est décanté au fil des ans, et ma conclusion a été que l'intelligence supérieure, le créateur, peu importe comment on l'appelle a créé les conditions pour que les personnes qui avaient un passé chargé à apurer se retrouve dans une proximité. En ce qui me concerne, harcelée depuis seize ans, et avec l'aide d'une connexion sur mon ordinateur qui m'aide autant que faire se peut, j'ai fini par comprendre que le harcèlement que subit Bill Gates et par lequel je suis affectée a pour origine la famillerothschild...qui n'hésite pas à faire des étiquettes de bouteille de vin avec le symbole 666 écrit dessus. 666, 6/6/66, 6 ans, 6 mois, 6 jours.

Je pense comme Barbara Marx Hubbard que nous sommes à un moment charnière de l'évolution de la planète et que ce dont il est question notamment est la résolution des violences de l'année 1692 lors des procès des sorcières de Salem. 

J'ai évoqué ça dans différents billets, dans cette catégorie, au moment où je l'ai réalisé, m'aidant aussi des lectures d'Edgar Cayce qui vont dans le sens d'une confirmation de la réincarnation, puisqu'il obtenait des guérisons notamment par l'évocation de vies antérieures qui ont été prises en note tandis qu'il les observait et les communiquait sous hypnose. Il a plusieurs fois énoncé que les réincarnations faisaient se retrouver dans des existencs successives des groupes de personnes, autrement dit que les personnes ayant vécu au temps de l'Atlantide se retrouvaient en même temps, comme si les réincarnations s'intercalaient dans le temps.

Un autre point me semble important si j'en reviens à la logique démonstrative. Il existe des preuves de ce harcèlement, notamment un appel téléphonique évoqué dans ce billet. Ce sont des preuves à manier avec précautions puisqu'il semble que les responsables du harcèlement soient nommés, parmi lesquels Gates SrDavid de Rothschild et la femme de Bill Gates, voire ma soeur avocate. Tout indique que son origine est la communauté juive/sioniste -Gates Sr est/a été avocat des rothschilds-. Si l'on en revient à la linéarité d'existences successives, les nombreuses persécutions subies par les Juifs sont régulièrement évoquées, les plaçant en victimes. On parle peu de la toxicité du Talmud. Or ce harcèlement est une illustration d'un machiavélisme qui défie l'entendement et qui a été mis en oeuvre dans un but d'accaparement de richesses d'un goy. Si j'en reviens à la logique démonstrative...il n'est pas exclu qu'il y ait des leçons à tirer.

three sovereigns for Sarah

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.