L'obsidienne

 

Il pleut des larmes vertes

   sans gouttes

 

ce dont les gouttes disent qu’il pleut sont larmes vertes

         c'est l'âme-rôde fantastique des accents verts

 

Et j’ai aimé l’avers des larmes vertes parce que ce sont elles qui m’ont faite

                   dans la nuit je suis rentrée et vu

au fond de l’impasse verte

dont il pleut la dot des saules sur les peules têtes

 

J’ai vu qu’au fond de la larme verte

                larme déserte du poète au fond donc de la lame verte

il y a la gamme et l’amalgame

l’agalma des sonnets nègres

 

Il y a l’ab-sainte et l'abscisse

l’ob-sens et l'abside

il y a le siège

              de l'obsidienne 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.