Border-Line

Border-line

Qui dissipe la cause humaine

Zone portuaire densifiée sans horizon

 

Jets de rocaille à la rocade

                       À cran-lame tunnel

                       À l’accroche-drame dans la lande

Il pleut des coups d’armes et de tonfa et des visières

                       Sur la contrebande humaine

 

Tu es devenu un ennemi, un assaillant, un occupant

Jungulaire habitant d’une zone d’inhumaine condition

 

Hommes à bout de force des assauts de violence

Frondes projectiles depuis les lassos et les amarres

 

Sonne l’alerte

Sécession terrestre et maritime

Séparation cernée d’uniformes va-t-en-guerre

 

Mais tu rampes encore plus vers la crayeuse Albion cerclée de douves

Le dos rompu les os déjà rincés par le crachin d’hiver sans fin

Quel espoir t’est permis

Que ne s’achève là ton chemin ?       

L’Europe, la vieille Europe est trop vieille pour s’éveiller à la misère. Elle sévit, sombre

et s’abîme aussi. Après avoir occupé des deltas, dragué des fleuves et des rivières, épuisé des mines et étêté des sommets, elle blesse et matraque.

 

C’est la border-line ultime et cruciale

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.