Ça me rend dingue!

Dur, dur d'être humaine de nos jours... L'humanité constate les dégâts, les résultats de la gestion de son monde. L'humanité cherche et peine à retrouver le lien indéfectible qui lui assure sa vie et sa survie. Toutes les lignes sont occupées. Et en France, on fait quoi?

En France, il y a des tas de gens qui réclament l'unique balance de la justice, de nouveau parfaitement ajustée en son parfait point d'équilibre entre ses deux parties. Ces gens cherchent à mobiliser l'ensemble de la population pour aider à rétablir le déséquilibre.

Il y a aussi des tas de gens qui réclament l'égalité des genres humains, surtout le genre féminin. La société confond genre et nature. Les hommes et les femmes sont de même nature. Point. Ces gens cherchent à mobiliser la population pour rétablir le déséquilibre.

Il y a aussi des tas de gens qui réclament la protection de la nature, des ressources et des richesses. La société continue de polluer l'air, l'eau et les sols. De saccager et de ravager des hectares de terre. Ces gens cherchent à mobiliser l'ensemble de la population pour rétablir le déséquilibre le plus meurtrier. Détruire des hectares de ressources devrait être considéré comme un crime contre l'humanité car c'est ce que c'est. Destruction de la ressource et destruction des êtres tout autour assurée. 

Toutes les réclamations sont justes, mais notre système gouvernemental se refuse à écouter. Au lieu et place de cela, ce système gouvernemental  répond aux manifestants par la violence armée, parce-que le gouvernement et son président ne veulent pas que se rassemble le peuple français. Puis, ce même gouvernement et son président offensent publiquement les manifestants de séparatistes. Ils propagent les accusations via la télé afin que toute la population soit informée. Comme quand ils ont propagés la scène d'humiliation nationale de nos enfants agenouillés au sol comme des prisonniers de guerre.

Le système de gestion gouvernemental ou le système politique maintient les déséquilibres. Ce système gouvernemental valorise le système économique. Le système politique est en lien étroit avec le système économique. 

En France, la société a deux employeurs. Les dirigeants du capitalisme et les dirigeants du système politique.

 

Les deux employeurs ont des intérêts communs.

D'abord, les êtres humains se sont transformés en charge. Economiquement, comptablement, nous sommes des charges et non des ressources.

Mais considérés et traités comme des charges. La ressource humaine s'est transformée en charge. Comme n'importe quelle marchandise. 

Et toute marchandise a son marché. Il s'appelle le marché du travail. Les marchandises jeunes sont en promotion depuis peu. Les plus vieilles marchandises sont usées, voire absentes pour raison de santé, ou mortes et chères à remplacer. Le problème est résolu, les plus jeunes sont moins chères à exploiter et jetables, remplaçables à moindre coût.

Les intérêts communs des deux employeurs sont visibles. Un des deux a besoin de marchandises fraîches, et l'autre a besoin de caser une grande partie de sa jeune marchandise car elle lui coûte chère quand elle ne travaille pas. 

Pour le reste de la jeune marchandise, les dirigeants politique avec l'approbation des autorités sanitaires, ont le projet de remettre toute la jeune marchandise dans leurs établissements scolaires, tout en assouplissant les mesures protectrices sanitaires. La distanciation physique disparaît dans tous les lieux clos et communs. Avec masques et sens de la marche. Dans les maternelles, plus de masques obligatoires.

Je ne sais pas si ces dirigeants veulent expérimenter l'immunité collective avec la vie de nos enfants et les nôtres, dans des tubes à essai grandeur nature ou s'ils veulent simplement s'assurer que chacun retournera à son taf, comme avant. Parce-que l'effort est requis pour rembourser les milliards d'aide pour sauver le système économique. J'opte pour la deuxième. 

Quoiqu'il en soit, il apparaît clairement que notre système gouvernemental a pour cap, pour direction, pour objectif, le sauvetage du système économique. La protection et la sauvegarde de nos vies ne sont pas à l'ordre des priorités. 

Et oui, les parents de la jeune marchandise doivent retourner au taf, comme avant. Et les marchandises chères et propres aux dirigeants doivent aussi retourner au taf, comme avant. 

Au pays de la France, nos dirigeants s'apprêtent à négliger la santé et la vie de chacun d'entre nous. 

Est-ce que la protection et la sauvegarde de la vie de nos enfants va l'emporter sur la peur de manquer de biens vitaux?

Réponse à la rentrée de septembre. 

 

 

Parmi toutes les causes à défendre, il y en a une qui se distingue au-dessus de toutes les autres. Nos vies et la vie de nos enfants.

Combien de mères, combien de pères, combien d'enseignants, combien d'enfants vont accepter ou refuser un tel chantage?

Qui que vous soyez, répondez moi. Faites moi part de vos avis.

Avec tout mon amour Céline.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.