Le temps...

Alors que chaque être humain dispose de la même source du temps. Chaque être humain vivant, possède l'éternité, l'infini moment, le cadeau : Le présent. Le présent est le temps universel de chaque être humain de cette planète. Le temps est une ressource universelle. Mais aujourd'hui, les ressources universelles sont en voie de raréfaction et de disparition, dans le monde entier.

Le monde entier sait cela. L'humanité s'entend pour se décrire comme une espèce évoluée et développée, et elle continue à s'autodétruire et à détruire toutes les autres ressources universelles.

Autrement dit, cette humanité consent encore à l'exploitation de l'homme par l'homme.

Je suis un être humain et je passe mon temps à organiser mon temps, à gérer mon temps, à organiser mon temps, afin que je puisse y loger la gestion de la survie et de la protection de l'ensemble de nos ressources universelles ou vitales ou capitales. De l'ensemble de ma famille. Mon foyer avec mon mari et ma fille de 14 ans. Et du foyer de mon fils de 22 ans.

En ce moment, je dois faire rentrer la procédure d'inscription au CNED de ma fille, pour lui faire cours à domicile. Les administrateurs de mon pays ont décidé d'assouplir les mesures sanitaires protectrices, avec le concours des autorités sanitaires, d'ôter la distanciation physique dans tous les lieux, jadis, clos, totalement inadaptés, pour assurer une protection suffisante pour nos enfants. Ces administrateurs souhaitent également que le plus d'enfants rejoignent leurs établissements. 

Face à autant d'indifférence à l'égard de la vie de mes enfants ainsi qu'à l'égard de ma vie, de la part des personnes qui administrent mon pays, je me retrouve dans l'obligation de veiller et protéger la vie de ma famille, sans leurs concours. Protéger les intérêts de chacun d'entre nous, sans leurs concours. 

Voilà à quoi je consacre mon temps. Car le temps est sacré, précieux. C'est une ressource sacrée, précieuse. C'est un trésor universel. 

Mais comme toutes les autres ressources, elle n'est pas partagée, ni échangée, donc non enrichie. Elle est, comme toutes les autres en voie de raréfaction et de disparition.

Quatre, face, à un système de gestion économique mondial, qui continue de raréfier et faire disparaître les dites ressources et face aux administrateurs de mon pays, qui encouragent le dit système.

 

Toutes les ressources de l'humanité et leur gestion sont détenues par les administrateurs du système économique et par les administrateurs gouvernementaux des pays.

Les démocraties sont impuissantes car pas une seule n'existe à ce jour. Elle appelle de tous ses cris, mais toujours pas de réponse commune.

Des problèmes communs, des solutions communes mais toujours pas de volonté commune. 

Notre démocratie n'existe pas tout simplement parce-que le peuple français n'a jamais exercé sa souveraineté, de manière directe. Notre système démocratique est indirect. Il est dit représentatif.

Voilà ce qui a été décidé en 1789, en résumé. Le gouvernement par le peuple, pour le peuple.

Un gouvernement souverain. Ça, c'est le fondement de notre Etat. Mais je ne l'ai jamais expérimenté ni exercé, ni même me l'a t-on enseigné.

Un gouvernement souverain qui s'administre de façon indirecte. Un système dit représentatif de la souveraineté.

Et là encore, paf, impossibilité de gérer une souveraineté en divisant cette même souveraineté. 

La souveraineté est l'expression de l'union, de l'indivision. Il paraît que notre république a l'obligation d'être indivisible. 

Et pourtant, elle l'est, c'est certain, divisée. 

Le bien commun de la souveraineté française s'est transformé en bien publique, pour une gestion administrative et décentralisée du bien publique.

Le bien commun n'a rien à voir avec le bien publique. Car le bien publique coexiste avec le bien privé. Le bien publique est divisé.

Notre république est divisée en deux. Biens publiques et privés. Droit commun et droit privé.

Oups! l'humanité se démunie de sa raison et de sa foi et ses lois ne font plus lois. Oups! la loi du talion fait loi. Chacun pour soi et Dieu pour tous.

Que Dieu ou une civilisation avancée lointaine me vienne en aide. 

Aide toi et le ciel t'aidera. Mets de l'ordre chez toi si tu veux mettre de l'ordre dans le monde, a dit monsieur le sage Gandhi. 

J'ai beaucoup questionné Dieu à propos de ma situation et de ce que je pouvais faire pour y remédier. Bien entendu, il m'a répondu. 

Mais tout de même, mettre de l'ordre dans ses affaires, alors que tu es cernée par un monde de désordre, ce n'est pas un exercice aisé.

L'ordre a perdu son sens. Du sens de la priorité la plus haute, il a pris le sens d'obéissance. 

L'ordre des priorités humaines a été remplacée par l'asservissement de l'être humain, sous toutes ses coutures, dans toutes ses cultures, sous toutes les formes. 

C'est difficile de constater que notre société n'a pas évoluée depuis que des fermiers, des paysans, des artisans ont du s'armer de fourches et faire couler le sang pour montrer au monde entier comment éradiquer la famine et l'éviter pour les générations futures.

Oui, c'est super évolué. Cela s'est développé au galop à travers le monde. Le petit peuple de fermiers, de paysans, d'artistes et d'artisans s'est proclamé souverain et a partagé les fruits de ses ressources et richesses avec le monde entier. 

C'est vrai que seule la souveraineté peut assurer, peut garantir la paix et la prospérité. La souveraineté est l'assurance et la garantie de la protection des biens communs et donc des biens de tous les sujets souverains. La souveraineté assure et garantit le point d'équilibre et l'enrichissement de tous les systèmes de gestion. La souveraineté est la seule à pouvoir assurer et garantir dynamisme et pérennité dans tous les systèmes de gestion des biens communs.

Le nôtre, de système de gestion a grand besoin d'une mise à jour. Le temps de la traite et de l'exploitation de l'homme par l'asservissement de l'homme  est toujours d'actualité. Ce temps devrait déjà faire partie du passé. 

Nous sommes toutes et tous les héritiers des clefs de délivrance de la famine et de l'asservissement, et nous ne nous en servons pas. 

Nous possédons toutes et tous, les clefs qui offrent, garantissent la sécurité de chacune et chacun d'entre nous, et nous ne nous en servons pas.

On ne s'en sert pas pour la simple et bonne raison qu'elles sont cachées par celles et ceux à qui elles ont été confiées.

La honte internationale. Les fermiers, les paysans, les artistes et les artisans de jadis doivent se retourner dans leurs tombes. 

Tellement tout ce qu'ils ont réussi à protéger, à assurer et à garantir est détourné, volé et détruit.

Chacune et chacun d'entre nous, en tous cas, pour la plupart, pour une grande majorité d'entre nous, cherche à vivre ensemble dans la sécurité.

Comment l'organiser, comment l'ordonner, comment l'administrer? Créer, élaborer un véritable plan de sauvegarde et protection de la vie et des ressources communes. Tout un programme, tout un projet d'études à mettre en oeuvre pour une société dite évoluée et en développement.

Pourquoi un tel système de gestion n'a pas encore vu le jour en l'an 2020 après Jesus-Christ?

Parce-que la gestion, l'ordonnance, la répartition des ressources et richesses du monde n'est pas à l'ordre du jour du monde.

Sommes-nous un peuple si irresponsable, de laisser la gestion de nos vies et de toutes nos ressources vitales, à celles et ceux-là mêmes, qui nous en prive?

Bon, je dois écrire un courrier au directeur d'académie de ma région pour l'informer de ma décision de retirer ma fille de son établissement et de lui faire suivre son cycle d'approfondissement à domicile. 

Cette demande est soumise à réglementation interne à l'administration de l'Education nationale. Si cette "autorité" ne délivre pas son avis favorable, Nina sera obligée de suivre sont cycle à ses frais et ne bénéficiera plus des recommandations des professeurs en fin d'année.

En clair, une seule option, soumise à conditions, sans savoir lesquelles, pour assurer la gratuité des cours et le concours de l'institution.

Pas d'avis favorable et la continuité pédagogique sera payante et sans lien d'avec l'institution.

Je vous tiens au courant dès que j'ai le retour de ma demande.

Avec tout mon amour, Céline.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.