Le choix est inéluctable.

Soit Ëtre soit Avoir. Soit la paix, soit le conflit. Soit la division, soit la multiplication. Soit la désunion, soit l'union. Quelles sont les priorités d'une société dite évoluée et développée?

 

Notre façon de nous gérer est totalement obsolète et dangereusement mortelle. Cela fait trop longtemps que nous vivons avec une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, et ce, de manière constante.

La peur du moins, du manque, du jugement, de l'abandon, du bannissement, de l'oubli. Nous sommes quelques millions dans ce pays à tenter de survivre la peur au ventre, du matin jusqu'au soir, sans aucun répit et sans aucune issue

Gagner sa vie, réussir sa vie et sauver sa vie. Voici les injonctions de notre société à l'égard de nos vies et de celles de nos enfants.

La continuité pédagogique de notre société est le déséquilibre constant, la division, jusqu'au coeur de nos familles, jusque dans nos coeurs. Car la peur, la torpeur a pris toute la place. Plus de temps pour autre chose que la survie.

 

Moins de ressources, moins d'accès aux ressources, moins de recours, moins d'accès aux recours. Disparition des ressources et disparition des recours.

La gestion par et pour le moins, autrement dit la gestion économique capitaliste, est une gestion totalement inappropriée pour toute société soucieuse de veiller, garder, entretenir et développer ses ressources et richesses. 

La prospérité et la paix sont des objectifs inatteignables compte-tenue de la méthode de gestion. Il est absurde de croire qu'une gestion par l'appauvrissement du plus grand nombre au profit d'un tout petit nombre, puisse avoir, obtenir des résultats positifs pour le plus grand nombre.

Un système de gestion qui considère l'être humain à la fois comme une ressource et comme une charge, c'est à dire au même titre et conditions qu'une marchandise, n'est pas un système de gestion mais un système d'exploitation.

Qui exploite qui? L'exploitation d'un être humain par un autre être humain. Voilà notre modèle de gestion collective en l'an 2020. 

Il est évident qu'un tel modèle de gestion ne peut perdurer tant ses résultats sont négatifs, contre-productifs, et enfin des résultats de faillites et de ruines. Voilà exactement où ce système de gestion nous a conduit. La faillite et la ruine de nos ressources et richesses, quelles qu'elles soient.

Pourquoi garder un tel modèle de gestion? Est-ce que la création d'un nouveau modèle, système de gestion collective est à la portée de notre grande et belle famille française? Un challenge collectif, un projet d'études collectif, une entreprise collective, une volonté collective de transformer notre façon de vivre ensemble, de réfléchir ensemble, de décider ensemble et enfin d'agir ensemble. 

Pouvez-vous imaginer le dynamisme, le développement et la pérennité d'un tel système?

Avec tout mon amour, Céline.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.