Tout va bien chez moi!

Tout est sous contrôle exclusif de celles et ceux qui nous ont déclaré un état de guerre. Contrôle du faciès et anonymat de la milice armée. Contrôle aux frontières car un siège demande l'imperméabilité de son espace défini. Contrôle de toutes les finances et des ressources vitales. Tout ceci teinté d'une inhumanité sans pareille. Chez moi, c'est en France.

Etat de guerre déclarée, propagande de terreur par le contrôle d'une milice armée, contrôle des médias, contrôle aux frontières, contrôle législatif et exécutif et déploiement de ces pouvoirs aux lieux stratégiques, départementaux. Contrôle de l'espace, du temps et des ressources pour l'ensemble de notre population, à quelques exceptions près. La bourse et la vie. Autrement dit, rien ne nous appartient et tout est placé sous un contrôle exclusif de quelques membres d'entre nous.

Je voudrais bien vous alerter sur l'urgence que nous avons à reprendre le contrôle de notre pays, de notre territoire, de notre Etat. Notre situation appelle à protéger nos protections. Ce qui signifie que nous sommes toutes et tous placés en péril. Cette guerre déclarée est sans répit aucun.

Laisser se noyer des personnes tentant de rejoindre une terre salvatrice est un signe indéniable d'insanité, de maladie. Occulter, nier et dénigrer les appels au secours, les souffrances est également un signe d'insanité. 

Je voudrais vous dire à quel point il nous est essentiel, vital, capital de nous rassembler en un seul collectif, en une démocratie vivante en somme. 

Comment faut-il que je vous appelle pour vous faire part de mon appel à reprendre le contrôle, par la paix bien entendu, car elle seule assure la sécurité de toutes et tous, le contrôle légitime de l'ensemble des commandes de notre pays, Etat.

Le seul moyen de sauver l'ensemble de nos biens communs est de déployer la toute puissance d'un peuple uni, sacré à l'encre de la paix. Ce n'est pas la démocratie qui est en danger, ce sont nos vies. 

Avons-nous d'autre choix que de stopper, mettre fin à cette guerre? Avons-nous d'autre urgence que de nous libérer des contraintes qui nous font obstacles à notre sauvegarde, survie, obstacles à nos vies?

Avec tout mon amour, Céline.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.