Ceci est une requête adressée au peuple français.

Notre histoire est une histoire sans fin. Notre situation, notre société se trouve dans une impasse. Le temps est venu de fermer notre livre, notre histoire emplie de peurs, de terreurs et d'horreurs. Il nous est devenu vital d'écrire une autre histoire. Une histoire commune et au présent. Le temps est venu de vivre selon les exigences de la vie.

Je ne cherche pas de coupables à notre situation. D'abord parce-que la culpabilité est le poison le plus mortel pour l'être humain.

De plus, je crois en la Justice. Je crois en cette balance parfaitement ajustée en son point d'équilibre entre ses deux parties distinctes et parfaitement égales. Voilà ce qu'est la Justice. Des hommes et des femmes justes parce-qu'ils et elles veillent à la parfaite égalité entre chacun et chacune d'entre nous. Si je ne crois pas en la culpabilité, je crois en la responsabilité de toutes et tous.

Nous sommes toutes et tous responsables de notre situation, de notre histoire. Il y a cependant, parmi nous, des personnes plus responsables que d'autres.D'une part, parce-qu'ils se vantent d'être des gens responsables, et d'autre part, parce-que leur job consiste à veiller et à protéger notre souveraineté.

Le hic dans l'histoire, c'est que je n'ai pas été éduquée pour être, devenir un être responsable. Loin de là!

A la place, j'ai appris l'autoritarisme. J'ai appris la soumission et la domination. J'ai appris à avoir peur.

Connais-toi toi même! Une réelle injonction, un réel commandement pour une société qui se dit évoluée. Pour autant, rien à ce propos dans notre éducation, ni dans notre enseignement. 

L'autoritarisme est inculqué dès notre plus jeune âge et entériné par des lois. Nos parents détiennent l'autorité, les enseignants détiennent l'autorité, les employeurs détiennent l'autorité et le gouvernement détient l'autorité. A quel moment il nous est présenté, il nous est enseigné et à quel moment pouvons-nous expérimenter notre autorité. Difficile dans ces conditions de devenir un être responsable. Comment le pouvons-nous sans avoir une connaissance approfondie de notre autorité propre?

En ce qui me concerne, j'ai trouvé toutes les réponses à mes questions dans des livres et sur le tard. 

Comme beaucoup d'entre nous, je me suis résignée à dire et à faire ce que l'on attendait de moi. Et le moins que je puisse dire, c'est que cela a été un échec tragique. Je me suis retrouvée dans un trou noir. dans un état de surendettement et de détresse tels, que mon mari et moi avons émis l'idée de nous foutre en l'air. Ce n'est pas joli comme histoire et je m'en excuse mais c'est mon histoire, l'histoire de ma famille. Et le plus affligeant, c'est que je sais que ce genre d'histoire est très, très répandue parmi nous.

L'hérésie et l'obscurantisme ont remplacé la raison et la Foi. Beaucoup se demande comment nous en sommes arrivés là. A vrai dire, je m'en fous. Parce-que la seule chose qui a un réel intérêt, c'est que toutes ces histoires de terreurs et d'horreurs cessent définitivement.

Car à l'heure où je vous parle, non seulement ces histoires perdurent mais s'intensifient. Notre société, notre civilisation est malade et mourante. 

La peur règne en maître absolu sur nos vies, et nous devons y mettre un terme.

Le modèle économique de notre société, autrement dit le capitalisme, est un système, un modèle fondé sur l'appauvrissement, l'amoindrissement et la perte. Il consiste à prendre à l'un pour enrichir l'autre. Nul besoin d'être économiste pour comprendre que ce système n'est ni viable et encore moins approprié à une société qui se dit évoluée. Il n'y a rien d'étonnant à ce que nous nous retrouvions dans un état de pauvreté et de misère.

Ce modèle économique a tout corrompu, ou plutôt tout vendu. La preuve en est que certains essaient de vous faire croire que le social est optionnel. Quelle démonstration d'ignorance quand même. Nous sommes toutes et tous des êtres sociaux, étant donné que nous vivons en société.

Notre modèle de gestion ne peut être que social. Il ne peut en être autrement.

J'ai besoin de votre aide à toutes et à tous, car je ne veux pas passer le restant de ma vie à survivre dans une société où la loi du plus fort est de rigueur et légitimée par quelques-uns. Je ne veux pas vous quitter avant d'avoir contribué, participé à l'amélioration significative de notre état, de notre société et de notre civilisation. Je me dois de rendre cette société conforme à la dignité humaine. 

Je connais bien l'invisibilité et le déni. Lorsque j'étais SDF, je vendais un journal et j'ai très vite compris pourquoi certaines personnes ne pouvaient même pas me regarder. Après tout, j'incarnais, j'étais le reflet de ce qui pourrait leur arriver. Se retrouver seul, dans la rue, parmi vous. Fort heureusement, j'ai aussi rencontré des personnes qui se sont penchées sur ma petite personne. Je me souviens d'un monsieur qui m'a dit ceci : "je t'achète ton journal si tu viens boire un café avec moi". Ce monsieur ne sait pas à quel point il m'a offert de quoi vouloir continuer à vivre parmi vous.

Il nous faut fermer ce livre d'histoires. Il nous faut en écrire une autre, au présent. Une histoire commune, que l'on racontera à nos enfants. L'histoire où notre peuple a décidé de se libérer à nouveau de la misère et de l'oppression, pour faire place, pour faire régner la Paix et la Prospérité. Croire que ceci est une utopie est encore une preuve d'ignorance. Nos anciens ont réussi à se débarrasser de la misère et de l'oppression à coups de fourches. Je suis libre, je suis ton égale et je te considère comme mon frère, ma soeur. Ceci est notre héritage à toutes et à tous.

Les droits de l'homme ont été écrits par nos anciens. Ils sont également notre héritage. et nous possédons la véritable Justice, à condition, bien entendu de s'en saisir. Car en vérité, tout est là. Il ne nous manque rien. 

Notre système de gestion, autrement appelé système politique, est un système complètement archaïque, totalement révolu. Ce système ne répond et ne sert que le système économique. En aucun cas, il ne sert ni ne répond à notre peuple.

Notre problème est bien notre système de gestion, notre gouvernement. Car celui-ci est censé être un organe représentatif de notre Démocratie. Autrement dit, notre gouvernement est censé être un organe représentatif de notre souveraineté à toutes et à tous.

Et c'est bien là le hic. Notre véritable Etat politique est la Démocratie. Le pouvoir par le peuple pour le peuple. Avec ou sans organe représentatif. C'est au peuple de décider de la manière qu'il veut se gérer. Autrement dit, il nous revient de droit de choisir ou de remplacer tout modèle de gestion.

C'est ce qui fait la toute-puissance de la démocratie. Comme la Justice, il nous faut nous en saisir. Elle est notre sauf-conduit. Notre issue à notre impasse. 

Les soi-disant représentants et dirigeants de notre gouvernement ne représentent en rien notre souveraineté. Ils cherchent encore notre identité, parait-il. C'est effrayant tellement cela reflète leur ignorance et leur incompétence à exercer leurs fonctions et rôles.

Ces personnes sont à la solde du modèle économique. Ils sont les représentants du capitalisme et gouvernent en ce sens. 

Ils et elles ne remplissent pas leurs fonctions représentatives ni leur rôle de gardiens de nos valeurs. Ils et elles font outrages à nos valeurs et mettent en péril nos vies. Nous n'avons pas le droit de les laisser continuer ainsi. Ils et elles ignorent nos revendications car ils et elles n'en ont que faire. Ils et elles n'ont aucune forme de considération pour vous et moi. 

Pourquoi notre peuple n'a que la rue pour s'exprimer? Pourquoi notre peuple est chassé, traqué, gazé, frappé et emprisonné quand il manifeste ses revendications ou ses désaccords? 

Quand un gouvernement se sert de la force, armée de surcroît, pour soumettre son peuple, cela s'appelle une dictature. Et rien d'autre.

Quand un gouvernement braque des armes sur les têtes de nos enfants, assis comme des prisonniers et les humilient devant face caméra. Cela n'a pas de nom. Ignominie? Outrage ultime? Folie? Quoiqu'il en soit, je ne reconnais aucune légitimité à ce système, à ce gouvernement.

A l'aide de notre volonté commune, de nos valeurs, de notre état démocratique et de la Justice, nous pouvons changer tout cela. Nous pourrons enfin envisager un autre monde, une autre société, un autre modèle de gestion social français. Je ne doute pas un seul instant de la réussite d'un tel projet. La crise du covid a rendu visible le fait que nous sommes à même de nous gérer et que ce gouvernement ne sert qu'à nous mettre des bâtons dans les roues. 

Rassemblons-nous autour de notre véritable Etat, saisissons tous les magistrats épris de Justice et devenons responsables de nos vies.

Le temps est venu de récupérer, de reprendre tout ce qui nous appartient. C'est à dire, tout! Absolument tout. Et pas moins. C'est à partir de ce postulat que nous pourrons organiser nos vies et les conditions de celles-ci.

Je m'appelle Céline Bellanca et j'espère de toute mon âme que cette requête vous parviendra.

Avec tout mon amour.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.