L'état de pauvreté est un état créé et entretenu.

L'état de pauvreté est un état non naturel. Cet état est la preuve d'une répartition inégale, partiale des subsistances essentielles à nos vies. Cela est la conséquence directe d'un asservissement d'un individu par un autre. Cela s'apparente à la traite, à l'exploitation de l'individu par un autre individu.

Le seul accroissement du système économique capitaliste est l'accroissement des destructions naturelles et de la pauvreté.

Mais cette continuité est cohérente avec les objectifs du dit système capitaliste. Ses objectifs étant de s'approprier, détourner des ressources pour les revendre sur son marché dit mondial. 

La pauvreté est instrumentalisée, sans quoi, l'autoritarisme du séparatisme ne pourrait être exercé. Si l'ensemble de nos ressources et richesses étaient parfaitement réparties, de manière égale, impartiale et appropriée, il ne pourrait exister de pauvreté, ni de séparation.

La pauvreté est un des résultats de l'inégalité systémique de notre société. Elle est répandue sur l'ensemble de nos territoires et fait partie du décors depuis ma naissance et au-delà. Elle est entretenue et augmente de façon exponentielle, à mesure que l'autoritarisme installe ses contrôles, restrictions et interdictions en tous genres, celles-ci fort bien réparties équitablement par département, par les arrêtés préfectoraux.

Notre état de pauvreté est essentiel au maintien des pouvoirs exclusifs de ce régime autoritaire et séparatiste. Si nous ne manquions de rien, ni de ressources ni de libertés, alors nous nous opposerions à un tel régime restrictif et répressif. 

Hors c'est belle et bien la privation, la mise sous condition, de notre subsistance, de notre existence qui apeure et passe sous silence l'indignation, la honte, le mépris d'un tel chantage à la survie.

Ce chantage à la vie nous maintient dans la corvéabilité, la docilité, l'obéissance et cela s'apparente à l'esclavage. L'esclavage, la traite d'êtres humains n'a jamais disparu. Elle s'est adaptée à la forme et la taille du nouveau marché mondial. Selon le lieu et la forme du système de gestion, l'exploitation des êtres humains n'a pas les mêmes règles ni mêmes tarifications.

Le système économique capitaliste est en réalité un système d'exploitation de ressources et richesses, et nous faisons partie de ces ressources. Telles des marchandises quelconques, et toutes les marchandises n'ont pas les mêmes valeurs financières.

La pauvreté est un signe indéniable d'une société insane et impropre à la condition humaine. Elle est le signe indéniable de la séparation de pouvoir entre chaque individu. 

Des individus meurent sur nos territoires et dans nos eaux, par manque volontaire d'assistance à personne en danger de ce régime. 

Ce régime autorise l'empoisonnement de nos terres et de nos eaux et de notre air, autorise la destruction de nos écosystèmes naturels, violente les individus défenseurs de ces écosystèmes, interdit l'assistance à personne en danger, interdit toute forme de rassemblement pour nous confiner au silence et à l'inaction.

Espace et temps des individus sous contrôle exclusif du régime, contrôle des ressources, contrôle au faciès des individus et anonymat des individus de la milice. Je dis milice car la violence n'est pas et ne sera jamais garante de sécurité ni garante de la paix.

Je sais bien que ces individus sont aussi soumis au chantage à la vie, comme tous les individus placés sous l'autorité directe de ce régime. Quelques individus fonctionnaires se sont opposés aux injonctions de ce régime et se sont retrouvés placés en commission disciplinaire, au mieux ou radicalement viré. Jusqu'alors viré, licencié un fonctionnaire était plus ardu que de virer, licencier un individu sous l'autorité directe du système capitaliste.

 

Sauf que l'association du régime au système capitaliste n'est plus cachée mais justifiée. Ce régime propage l'idée que le système économique est notre sauveur. 

Plus de sens commun, plus de biens communs, plus de valeurs communes, plus de territoires communs. Telle est le fléau et la solution.

Avec tout mon amour, Céline.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.