Guerre et Paix

Je ne l'ai pas lu... Je suis née dans un pays en guerre, j'ai été éduquée dans un pays en guerre, j'ai été instruite dans un pays en guerre, j'ai pratiqué diverses activités avec d'autres dans un pays en guerre. Je vous écris et j'essaie de survivre encore dans mon pays en guerre, la France.

Je n'ai connu que la guerre. Je me suis sentie en sécurité avec une seule personne durant les premières années de ma vie. C'est ma grand-mère. La mia nonna, comme on disait chez mes grands-parents paternels. Je suis le fruit du mélange de deux peuples méditerranéens, la Sicilia et la France.

La seule disait-je. ce qui signifie, que je ne vivais pas en permanence avec elle. Pour autant, c'est bien elle qui m'a élevée, porter vers le haut.

Une femme bienveillante, protectrice et gardienne du plus petit, me traitant toujours avec soin. Point de guerre à l'horizon, juste l'amour comme éducation. Merci mémé. Merci pépé. Car avec toi, j'ai pû m'exercer au Non et au je ne suis pas d'accord avec toi. Non, tu n'étais peut-être pas le joueur de belote le plus honnête, mais tu étais là à veiller au maintien de l'union de notre famille. Non, je n'étais pas d'accord avec toi sur la traduction de certains mots car toi, tu parlais un patois teinté d'italien, de sicilien, de tunisien, et moi, j'étudiais l'italien littéraire...

Sinon, j'étais dans un état de guerre constant, selon le potentiel, le degré de danger que représentait la personne. J'étais un être d'une extrême vigilance, toujours sur le guet, sur la défensive. J'étais prête à fuir ou à bondir. En tous temps, avec tout le monde. Facile à retenir comme ça.

C'est comme ça, me répondait toutes les personnes qui ne savaient et surtout, surtout, qui ne voulaient pas savoir. Et j'en ai rencontré très tôt, à l'école. Et pourquoi...? Et si je ne suis pas d'accord avec ça....? réponse : c'est comme ça!

Et si tu n'écoutes pas? J'en profite pour crier au blasphème. Utiliser, se servir du merveilleux mot "écouter" avec pour sens et non par définition, le sens du mot, du verbe, que dis-je, du ton impératif, du commandement "obéir". Et vlan, mesdames et monsieur les enseignants, les cultivateurs et récolteurs privilégiés de notre plus grande richesse. On lui dit quoi à cette enfant qui te demande pourquoi tu as le droit de détourner le sens d'un mot et de t'en servir pour menacer de sanction, punition, expulsion, condamnée à l'exile du savoir? Hum, non, ce n'est pas discutable, non, nous ne voulons pas de ton avis, c'est comme ça, et puis c'est tout. ö résignation ou obéissance? Pour moi, c'est du pareil au même.

Oui, la guerre ou la Paix. Bien entendu que ce ne peut être les deux à la fois. C'est comme en maths, ça s'annule. Donc c'est mis en question. C'est, soit l'un, soit l'autre. C'est un choix très personnel et donc par conséquent très universel. Le virus le plus mortel a éradiqué est la guerre. C'est le coupable, c'est le responsable, c'est le désordre, c'est le chaos, c'est la terreur. C'est pourquoi je connais la terreur, les erreurs, les conséquences de mes erreurs, c'est pourquoi je vous ouvre mon coeur. 

Et c'est à peu près systémique dans l'ensemble de la civilisation humaine, dans à peu près tous les pays dits, appelés, civilisés... Là encore, je vous invite à vous questionner sur la définition d'un peuple, d'une société qui se prétend évoluée, d'une personne évoluée?

Je me délecte à l'avance de vous délivrer ma dernière découverte anthropologique et sociologique. La définition du nom féminin "évolution", du latin "evolvere", dérouler... C'est une histoire fascinante...

Je déroule. PASSAGE PROGRESSIF d'un état à un autre... (Si et oui, je mets des majuscules où je veux)! Hum miam!... SUCCESSIONS de PHASES, d'un PROCESSUS! Miam aussi!... courage, ça vaut le coup, comme dit France Gall. TRANSFORMATIONS, du caractère, du comportement, des opinions de quelqu'un, au cours du TEMPS.... Hum! le TEMPS....Mais aussi, MODIFICATIONS, considérés comme un PROGRES, un DEVELOPPEMENT. Progrès et développement, ils sont bien aussi. Et enfin : ENSEMBLE de CHANGEMENTS produits par le TEMPS et la VIE, ayant pour résultat : l'APPARITION de formes de VIE NOUVELLES...

Le dernier me laisse songeuse... je me plonge immédiatement dans le film, documentaire, à la plus haute teneur éducative et instructive. Un véritable remède à prendre en famille devant Netflix. Our Planet. En V.O. et n'ayez crainte, c'est parfaitement traduit en langue universelle. C'est une véritable transmission par le partage de l'enchantement et de l'émerveillement que produit notre planète. A regarder de toute urgence avec des élèves de tous âges confondus, par exemple. Il y a aussi un autre remède à regarder en famille et qui se développe et qu'il faut aider, car ils représentent à beaucoup d'égards, un véritable programme scolaire. Libérer l'individu, par la parole, par la puissance des mots, ces mots que j'aime tant parce-qu'ils m'aident à me défendre. 

Libérer, défendre. Mais libérer qui et défendre quoi bon sang?! 

Cela fait 48 ans que j'observe aussi, comme vous. Comme vous, j'ai été nourrie à la guerre dès le biberon et ne m'a jamais laissée un seul moment de répit. Oui ça fatigue un peu. Cela fait à peu près dix ans que je soigne, ou que j'essaie de soigner ma conscience, de la résignation, du désespoir, de l'impuissance et de la plus haute trahison, prendre conscience de ma lâcheté.

Mais une fois que vous aurez entendu ces jeunes personnes, tellement riches, qu'ils sont tous des ambassadeurs de la Paix, tous, sans exception des ambassadeurs du courage. Des ambassadeurs de la Liberté. Des ambassadeurs de l'égalité. Des ambassadeurs de la Fraternité. Ces jeunes personnes représentent nos professeurs car ils sont des ambassadeurs de leur savoir, des enseignants car ils sont des ambassadeurs du partage et parce-qu'ils sont toutes et tous des ambassadeurs de l'Amour.

Eloquentia est une association qui intervient dans les collèges et lycées, pour transmettre, partager et libérer la parole par la maîtrise et l'amour du langage. Le langage est un art ainsi qu'une science. Il est l'expression de ma pensée. Les mots que je vais utiliser sont l'expression de qui je suis et de ce que je veux partager avec vous.

Ma pensée m'appartient depuis toujours et cela ne fait que quelques jours, que je cherche à laisser une trace d'amour.

Guerre ou Paix, j'ai fait mon choix. Plus qu'un choix, c'est une allégeance. Si je suis sujet, je suis un sujet de la Paix. Si je suis souveraine, je suis souveraine de la Paix, de la prospérité, de la Liberté, de l'égalité, de la fraternité et souveraine de la justice.

En fait, en vérité, je vous le dis, je suis souveraine en mon pays!

Tout m'appartient dans ce monde, parce-que c'est le lieu, l'espace et le temps dans lequel j'ai été crée, dans lequel je suis née, dans lequel j'évolue, dans lequel je suis avec vous en tous lieux et en tous temps. Et cela, grâce à la grâce des grâces, un moment d'amour... Ouaih je suis née dans les années soixante-dix, et yeah, mais je vois un Woodstock plus grand qui se dessine, qui s'envisage...

Et comme le monde m'appartient, il m'appartient aussi, de le protéger, de le cultiver et de le défendre. 

Voilà la proposition du choix de notre gouvernement et de son président, sur la nécessité et l'urgence d'emprunter un passage progressif d'un état à un autre : comme avant. parce-que le choix entre l'obéissance et la mort. C'est tout ce qu'on a en stock! Parce-que nous, membres de ce gouvernement et sa majesté le président, avons, empochons tous les intérêts du non changement. 

Mourrez en silence ou obéissez. C'est tout ce qu'on a en stock. Et ne nous demandez aucun compte, parce que bien évidement, on n'a pas l'intention que vous mettiez votre nez dans les comptes de résultats de votre pays. Ah bon, c'est un long, non?

Taisez-vous, pleurez votre désespérance, mourrez en silence ou obéissez et peut-être, vous resterez en vie. C'est assez court ainsi?

Voilà une autre proposition faite par notre gouvernement et son président sur les transformations des opinions des gens : 

Oui il y a bien transformations mais on ne veut pas les entendre et on ne veut pas qu'elles soient entendues, sous peine d'être accusé de séparatisme ou de communautarisme, au minimum. Sous peine d'être blessé et/ou tué par nos propres armes de guerre.

Je voudrais connaître le chiffre exact du montant des recettes produites par la vente d'armes. Je voudrais savoir combien de personnes ont été blessées et tuées avec le fruit de la production , de la fabrication et de la vente des armes de mon pays. Tuer par personne interposées. Des intermédiaires, comme dans le commerce quoi. Des criminels patentés. Ces gens sont des 007, ils ont le permis de tuer. Ah oui, ceux-là même qui condamnent, emprisonnent, réprouvent, jugent, enferment les criminels? Comme c'est étrange comme concept. La question : 

Est-ce que celui qui fabrique l'arme est tout aussi criminel que celui qui s'en sert? Je vois un grand débat internationale sur la question....

C'est faux de dire que tous les secteurs de notre économie sont en lambeaux... J'en connais au moins deux qui font recette. C'est un marché dit en développement. La fabrication, la production et la vente d'armes. Il y a aussi le marché de la mort, le marché funéraire. Avec pour comptes de résultat, un accroissement sans pareil. C'est un marché qui n'a l'air de craindre aucune décroissance. Il est un exemple de la définition d'exponentiel. Qui augmente de manière continue et rapide. 

Réjouissons-nous, nos morts font recette. Si, si, même chez nous, dans notre beau pays, nous avons des morts provoquées par nos armes de guerre.  

Bien-sûr que cela a un coût. Il est besoin de rassurer les agents qui portent ces armes, que le gouvernement et son président continueront à les payer. Ils ne sont que des personnes interposées, je vous le rappelle. Ils donnent les ordres, ils ne tiennent pas les armes. 

Notre gouvernement et son président ne sont que des fonctionnaires au service de la souveraineté du peuple français. Autrement dit, ces personnes ne sont que des employés du peuple. Il me paraît intéressant de reconsidérer leurs fiches de postes. Où simplement d'examiner minutieusement les fonctions et rôles qu'ils remplissent pour le salaire qu'ils perçoivent.

Aux vues du nombre de personnes licenciées, renvoyées, limogées, virées, humiliées, malmenées et suicidées par le biais du monde utile et merveilleux qui est le monde du travail. 

Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi notre gouvernement et son président ne veulent pas se soumettre aux volontés de leur peuple, réclamées par leur peuple et pour leur peuple? 

Si ces gens continuent de croire qu'il y a eux d'un côté et le peuple d'un autre côté, alors cela signifie que ce gouvernement et son président ne connaisse pas ou ne reconnaisse pas le fondement même de leur Etat. Et oui, au lieu de choisir entre la main de gauche qui me ment et la main droite qui me tape, je dis : je ne veux ni l'une ni l'autre.

Je choisis la démocratie, parce-que la démocratie réconcilie tout le monde. Le pouvoir par le peuple pour le peuple. Entraînez-vous, ça fait beaucoup de bien. La démocratie est la garantie du partage de tous les pouvoirs entre chacun et chacune d'entre nous. Nous possédons tous les pouvoirs, la question se pose alors : que faisons-nous de tous ces pouvoirs, comment les organisons-nous, dans quelle direction? Vive l'incertitude! Vive le mystère! Vive l'étude! Vive l'expérimentation! Vive le tube à essai! Vive l'union sacrée! Vive nous!

Ces personnes ne reconnaissent pas leurs patrons. Le peuple est le patron. Le peuple est souverain. Le peuple demande, réclame et j'ajoute le magnifique, le grand verbe : j'exige que ce gouvernement et son président soit mis à pied et quittent leurs fonctions et rôles respectifs sur le champs. Exiger. Déjà que je veux est impoli alors j'exige?! Pour autant, cela signifie, demander avec nécessité.

En effet, ils ont bel et bien d'autres patrons. des patrons bien plus fortunés que ce foutu peuple qui ne cesse de se plaindre alors qu'on a de cesse de leur jeter des miettes de pain... Des gueux! Oui, bien-sûr que ces personnes obéissent, elles obéissent au profit personnel. Ces personnes seront récompensées, rétribuées sous forme financière par les dirigeants de l'économie capitaliste. On appelle cela le néo-libéralisme. 

Je lui préfère la prime du politicien. La seule chose qu'ils sont aptes et capables de faire, c'est de faire prospérer et augmenter leurs profits financiers personnels et respectifs. A hauteur du poste, de la fonction, etc etc... Il y aurait, paraît-il une hiérarchie du pouvoir. Cela laisse rêveur non?

Et non, vous n'avez pas de pouvoir que le peuple ne possède pas. Non, aucun. Absolument aucun. Ce président et ce gouvernement ont déclaré un état de guerre, pour rendre légitime ce qui est illégitime. 

Pour raison de guerre déclarée, ce gouvernement et ce président veulent légitimer la restriction de notre Liberté, entre toutes autres choses.

Allô, les défenseurs des droits de l'homme, y a t-il quelqu'un à l'appareil?

Mais revenons à nos définitions. Ensemble de modifications, considéré comme un progrès, un développement. Je vous laisse seul, un instant avec cette idée que la guerre est une modification qui tend vers le progrès et le développement. Un concept plutôt ravageur!

Enfin, ensemble de changements ayant pour résultat l'apparition de formes nouvelles de vie.... Là encore, la question est obsédante. Est-ce que la guerre a pour résultat l'apparition de formes de vies nouvelles? Hum. 

Guerre ou paix?

Stérilité ou prospérité?

Perte ou gain?

Pauvreté ou richesse?

Désespoir ou célébration?

Vol ou partage?

Les choix sont multiples, c'est exact. Et ils s'offrent à nous à chaque instant, à chaque souffle de notre vie. 

Sommes-nous une société évoluée, alors que nous pataugeons encore dans le sang et le désespoir de la guerre?

Sommes-nous une société évoluée, alors que nous acceptons l'inacceptable et l'illégitime?

Sommes-nous une société évoluée si rien ne bouge comme la mort dans son immobilité?

Sommes-nous une société évoluée si la transition, la stagnation du modèle est la norme?

Avec tout mon amour, il faut que j'aille faire les courses avec mon marie pour le dîner de ce soir et de demain car je dois aider mon fils de 22 ans à écrire un courrier à son employeur, pour lui soumettre sa demande de rupture de contrat tellement il en a assez de se faire humilier, menacer, et isoler par le directeur de son enseigne, Gémo. Afin d'obtenir séparation entre un employé et son employeur, de nos jours, nécessite temps, connaissance de l'humain et connaissance de ses droits. C'est mon deuxième courrier, en ce qui me concerne, et le premier de mon fils de 22 ans, dans son premier job en C.D.I.

Oui, oui, le monde du travail est très tourné vers notre jeunesse. Ce travail lui offre l'opportunité de faire des choix essentiels. Dois-je continuer de me mettre au service de personnes qui s'emploient à me dévaloriser par l'humiliation et la menace? Où est-ce que je veux rompre ce contrat qui nous lie, lui et moi?

Mon fils est en arrêt de travail, car rien que l'idée de se rendre sur le lieu de son travail est devenu source d'insomnie, d'angoisse teintées de sentiments d'impuissance aux vues des injonctions répétées de son directeur à le suivre, seul, dans son bureau, histoire de lui passer un savon en toute impunité... De lui mentir en toute impunité sur des soi-disant intentions ou plaintes de certains autres employés... De lui assurer qu'il sera le premier à dégager, parce-que le dernier arrivé... De lui dire qu'il a douze ans d'âge mental, et que sa fille de douze ans comprend mieux que lui...

De lui dire qu'ils ne fournissent plus de masques et qu'il doit prendre celui qui a été déjà lavé dix fois...

Et tant d'autres, depuis la reprise de son travail...

Oui, écrire prend un certain temps, surtout lorsque nous n'y sommes pas exercé. J'aide mon mari à écrire ses lettres de motivation depuis son lynchage communiqué à toutes les institutions concernées et pourtant sans aucune réponse, si ce n'est : oui, on sait tout ça, monsieur, on l'a déjà relevé, communiqué, mais on est désolés. Il vous reste la Justice, poursuivez-les.

J'aime écrire, mais trouver du temps pour écrire mes mots est difficile car je dois aussi me servir de mes mots pour défendre les intérêts de mon fils , car il a eu cette curieuse idée, cet enthousiasme à mettre à profit ses connaissances, ses compétences et ses qualités de vendeur au sein de cette enseigne.

C'est parce-que ce même directeur lui a dit qu'il ne signerait pas de rupture conventionnelle, que mon fils s'est vu interdit de quitter cette enseigne, sauf s'il démissionnait...

Le monde du travail continue tellement d'émerveiller qu'il est nécessaire de lui écrire des courriers, ainsi qu'au syndicat en question ainsi qu'aux médias tellement c'est d'actualité.

Merci à vous. je vous aime.

Céline Bellanca.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.