Ecologie : pourquoi la technologie ne nous sauvera pas

Face à un "techno-solutionnisme" omniprésent et aux "thurifaires de la technique " qui promettent de sauver la planète par la technologie, Philippe Bihouix nous rappelle la réalité bien matérielle et consommatrice du numérique et des nouvelles technologies.

Ecologie : pourquoi la technologie ne nous sauvera pas

Face à un "techno-solutionnisme" omniprésent et aux "thurifaires de la technique " qui promettent de sauver la planète par la technologie, Philippe Bihouix nous rappelle la réalité bien matérielle et consommatrice du numérique et des nouvelles technologies.

Arc-en-ciel sur le Vogelsberg (Hesse, Allemagne, 2019)Arc-en-ciel sur le Vogelsberg (Hesse, Allemagne, 2019) Crédits : Uwe Zucchi/picture alliance - Getty

Réchauffement climatique, pollution… Pourquoi le progrès ne nous sauvera-t-il pas ? L’ingénieur Philippe Bihouix, auteur de L'Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable (Seuil, 2014) et du Désastre de l'école numérique (seuil, 2016), revient avec Le Bonheur était pour demain (Seuil, 2019). 

Constituées en dix promenades rousseauistes, ces rêveries d’un ingénieur solitaire reviennent sur la promesse des scientifiques - une promesse devenue croyance politique - d’un progrès qui sauverait l’humanité en repoussant les limites du possible, par des technologies capables de corriger les erreurs humaines et d’inventer un monde  de bonheur pour tous.

Jusqu’à présent, les rêves étaient d’un classicisme fou : "toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus fort". […] S’ajoutent  aujourd’hui les rêves d’une économie réparatrice : nettoyer les océans, ressusciter le mammouth..              
(Philippe Bihouix)

Pour réussir notre transition écologique, il faudrait abandonner un certain nombre de croyances, ce qui semble plus facile à dire qu'à faire dans un monde habitué à l’idée que la technologie et la géo-ingénierie, qui sont pour beaucoup dans l'état actuel de la planète, pourraient aussi la sauver.

Beaucoup de cadres innovent « la baïonnette dans le dos » […] Si on n’innove pas, c’est le concurrent qui va innover.          
(Philippe Bihouix)

Il s’agirait donc d'abord de « réparer » le monde plutôt que de le changer, d'agir à la source et de faire preuve de sobriété dans les solutions recherchées, à l'inverse, donc, des promesses spectaculaires des ingénieurs, scientifiques, entrepreneurs et même designers, qui redoublent parfois d'absurdité dans leurs inventions high tech prétendument destinées à une "croissance verte".

Non gratuité et matérialité d'internet, limites du recyclage et des alternatives citoyennes (auxquelles il ne faut pas pour autant renoncer)... Dans une société hyper-industrielle, contre la philosophie du progrès et le « technosolutionnisme », Philippe Bihouix rappelle les limites matérielles de l’utopie."

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/ecologie-pourquoi-la-technologie-ne-nous-sauvera-pas#xtor=EPR-2-[LaLettre15052019]

.

Le bonheur était pour demain

Le bonheur était pour demain

les rêveries d'un ingénieur solitaire

de Philippe Bihouix

chez Seuil

Collection(s) : Anthropocène

Pendant des siècles, les chantres du progrès par la technique et la science appliquée ont promis à l'humanité le bonheur pour demain, ou au plus tard après-demain. L'emballement numérique, la perspective de technologies « révolutionnaires » ou « disruptives », les limites sans cesse repoussées, les annonces tonitruantes de milliardaires high-tech ont redonné un nouveau souffle aux promesses d'un monde technologique meilleur, d'abondance et de bonheur pour tous, de l'immortalité à la conquête spatiale, en passant par les énergies « propres » et la capacité à « réparer » une planète bien fatiguée.

Non content de tailler en pièces ce « technosolutionnisme » béat, du passé comme du présent, ignorant les contraintes du monde physique et de ses ressources limitées, l'auteur questionne aussi les espoirs de changement par de nouveaux modèles économiques plus « circulaires » ou le pouvoir des petits gestes et des « consomm' acteurs », face aux forces en présence et à l'inertie du système.

Une fois balayées les promesses mystificatrices ou simplement naïves, rien n'empêche de rêver, mais les pieds sur terre : nous pouvons mettre en oeuvre, dès maintenant et à toutes les échelles, une foule de mesures salutaires.

Et si, finalement, le bonheur était bien pour demain ?

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.