Dysfonctionnements de la justice française liée à la crise du Covid-19 ?

Bonjour chers lecteurs, aujourd'hui je prends la peine d'adresser au procureur de la république de Charleville-Mézières monsieur Laurent de Caigny un texte suite à son silence depuis le dépôt de plusieurs courriers à destination de son service fin décembre 2019.

BOUTICHE Mohamed 

Le jeudi 7 mai 2020 à 16h10.

Monsieur le procureur de la république de Charleville-Mézières Laurent de Caigny,

je publie ce post suite à l'absence de réponse de vos services à mes deux mails du 23 avril 2019 et du 30 avril 2019, dans celui du 30 avril, j'avais précisé qu'en cas de non réponse de vos services je publierais un post sur mon blog hébergé par mediapart. Je peux comprendre l'absence de réponse à mes mails par une désorganisation de vos services liée à la crise du Covid-19, mais je tiens à vous écrire que quoiqu'il arrive, les fonctions régaliennes de l'état doivent subsister.

Le lundi 23 décembre 2019 en début d'après midi, j'ai déposé 4 courriers accompagnés d'annexes à l'accueil du tribunal de grande instance de Charleville-Mézières, voici les liens de ces courriers :

- premier courrier;

- deuxième courrier;

- troisième courrier;

- quatrième courrier.

Trois des courriers étaient des plaintes et le quatrième était une demande d'ouverture d'information judiciaire.

Je tiens à vous dire que je rends publiques ces informations par soucis de transparence vis à vis de l'opinion publique française et qu'elle prenne conscience des graves dysfonctionnements de ses administrations et de sa justice. Mais ce texte va aussi être adressé à des juridictions internationales. 

Je vous adresse ces correspondances car madame la juge d'instruction Mathilde LOUIS ne semble pas dotée d'envergure et encore moins de charisme... 

En effet le 18 février 2020, j'ai adressé différents éléments à madame Mathilde LOUIS qui ne m'a jamais répondu; mais ce sont vos services à travers une OPJ du commissariat de Charleville-Mézières qui m'ont répondu

Ce n'est un secret pour personne mais la fonction de procureur de la république est fortement politisée en France, et la fonction de juge d'instruction a perdu son prestige (du fait de son indépendance et de ses prérogatives), ce que les lecteurs constatent par eux mêmes. 

Je demande juste à retrouver une vie "normale" sous protection et sans persécutions de l'état avec d'importants dédommagements ainsi que des poursuites judiciaires de tous les acteurs cités dans les liens de cet article. 

Une simple question. Est-ce qu'un procureur peut enquêter contre lui-même en "France"? 

Cordialement. 

 

PS : le lien de l'article va être envoyé à différentes juridictions internationales mais je laisse le soin à la DGSI de le transmettre au procureur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.