Le détournement illégal de la psychiatrie française. 2/3

Une série de quelques posts avec des preuves irréfutables montrant le détournement du rôle des hôpitaux psychiatriques français. En droit international, les hôpitaux psychiatriques peuvent être considérés comme des lieux de privation de liberté.

Post original : https://www.minds.com/newsfeed/1077273573736423424?referrer=moh35 

 

Voici la réponse de monsieur Debontride Olivier (psychiatre à L'UMD de Châlons en Champagne) à madame Delcambre Géraldine qui se trouve aujourd'hui en région parisienne (au CMP 5 Rue RABELAIS 92600 Asnières-sur-Seine).

Je produis des documents issus de mon dossier médical, ils sont censés être confidentiels. Je publie ces éléments par soucis de transparence et d'éthique car je n'ai absolument rien à me reprocher.

Les services de renseignement et les hommes politiques français exploitent des mensonges pour détruire des familles, des vies et jeter l'opprobre sur tout un groupe de personnes (ici les musulmans) innocentes.

 

Faites vous votre propre opinion sur cette dame.

 

Document dans lequel, madame Delcambre s'engageait à me réintégré dans l'unité zr4/Tosquelles de la clinique Henri Ey à Reims : https://drive.google.com/file/d/1CiQyvjscc1Wvjd_xCuvPLWpt5qLrMO6U/view?usp=drivesdk

 

Courrier de madame Delcambre à monsieur Debontride : https://drive.google.com/file/d/1CHHPgPdbY-a7G-afzhSMef-7IprxKFqV/view?usp=drivesdk

 

Reponse de monsieur Debontride à madame Delcambre : https://drive.google.com/file/d/1Chtl-GTYpZWjJ2ScBkIw7ZvbcKmHNOJl/view?usp=drivesdk

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.