MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

214 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2021

MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

SÉNÉGAL: ULTIMES SOUBRESAUTS D’UN ZOMBIE POLITIQUE

Le Chef de l’État vient de lancer une campagne électorale prématurée, aussi cocasse qu’irrationnelle, prétextant une tournée économique, incluant l’inauguration avec une décennie de retard des hôpitaux de Kaffrine et Kédougou.

MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Inauguration du nouvel hôpital de Kédougou

À mesure qu’approche la date fatidique des présidentielles de 2024, qui verront le passage de témoin entre le président Macky Sall et son successeur, on constate, pour le déplorer, une perpétuation de pratiques politiciennes combattues depuis des décennies par les démocrates sincères de notre pays.

Après avoir chamboulé le calendrier électoral avec la complicité de quelques ténors de l’Opposition, le Chef de l’État vient de lancer une campagne électorale prématurée, aussi cocasse qu’irrationnelle, prétextant une tournée économique, incluant l’inauguration avec une décennie de retard des hôpitaux de Kaffrine et Kédougou (érigées en régions par la loi 2008-14 du 18 mars 2008).

En effet, dans cette chasse aux voix, on ne se contente plus  d’utiliser les moyens de l’État, à des fins partisanes. C’est l’appareil d’État tout entier, avec de braves fonctionnaires soumis aux devoirs de réserve et de loyauté républicaine, qui est pris en otage par les courtisans du Prince et se substitue à un parti présidentiel défaillant.

De fait, l’opinion s’attendait, à l’orée de ce second mandat usurpé, à ce que le président de l’APR appelé à se décharger, bientôt, de ses fonctions étatiques, s’attelle à structurer son parti encore immature, pour le mettre en meilleure position d’affronter les différentes consultations électorales prévues dans les trois prochaines années.

Au lieu de cela et alors que le syndrome du deuxième mandat est en train de produire ses effets, marqué par une perte graduelle de son influence politique, le président semble vouloir persister dans ses travers coutumiers d’instrumentalisation des institutions. 

Cela lui sera d’autant plus difficile, qu’il a fini de faire le vide autour de lui, d’abord en supprimant le poste de premier ministre, puis en limogeant, pour délit supposé d’ambition présidentielle, des personnalités jusque-là considérées comme des leaders de premier plan de l’APR.

Le meilleur exemple en a été donné par les émeutes de février – mars dernier qui vont bien au-delà du fait divers auquel on cherche à le réduire. En plus de traduire une défiance populaire contre cette fâcheuse habitude d’initier des cabales judiciaires contre des adversaires politiques, elles ont fini de signer l’arrêt de mort des rêves chimériques de troisième mandat. 

Il faudra bien que les membres du staff dirigeant de l’APR cessent de considérer comme une adhésion à leurs choix politiques erratiques, la présence à leurs rassemblements d’immenses foules bigarrées mobilisées par des opérateurs politiques ayant leurs propres agendas, surtout à l’approche des locales de l’année prochaine.

Il suffit, pour s’en convaincre, de voir les rivalités féroces qui apparaissent au sein d’une coalition présidentielle plus hétéroclite que jamais. L’expérience a prouvé, qu’il était très difficile de concilier les positions des différents candidats à la direction des collectivités territoriales, car leurs conflits, que le Président aura, cette année, encore plus de mal à arbitrer, loin de reposer sur des divergences programmatiques, sont plutôt liés parfois à des égos surdimensionnés, mais surtout à de froids calculs politiciens.

En réalité, la plupart des hommes politiques de notre pays se sont convaincus, que dans la conquête d’un fief local, préalable à leur futur plan de carrière, ils devront compter plus sur eux-mêmes que sur des mentors au crépuscule de leurs carrières.

Pour sortir de cet imbroglio inextricable, la classe politique doit s’accorder sur des mesures de rationalisation, de modernisation et de fonctionnement démocratique des partis politiques, qui apprendront à choisir leurs candidats à l’issue d’élections primaires. 

En outre, la récente loi sur l’élection du maire au suffrage universel combinée au mode de scrutin inique actuel devrait être revue et corrigée. Elle risque de favoriser l’apparition de potentats locaux et reproduire, au niveau local, les tares de l’hyper-présidentialisme central.

Pour promouvoir la diversité, l’esprit de concertation entre divers groupes et secteurs de la population au sein des territoires, l’adoption de projets fédérateurs et de programmes communs, on devrait plutôt s’orienter vers un mode de scrutin proportionnel intégral ou tout au moins majoritaire à deux tours. 

NIOXOR TINE

leelamine@nioxor.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff