MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

214 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2022

MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

DÉCLARATION DE DOLEEL PIT-SÉNÉGAL SUR LA SITUATION NATIONALE APRÉS LES LÉGISLATIVES

Il est extrêmement rare, sur notre continent, qu’un Parti-Etat, coaché par un hyper-président, subisse un désaveu aussi massif à l’occasion des élections législatives.

MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il n'y a nul doute à entretenir au sortir des élections législatives du 31 juillet 2022: une aube nouvelle est entrain de poindre dans le ciel sénégalais...

Les résultats ainsi connus, traduisent une surprenante défaite politique, historique et indéniable de la coalition BBY au pouvoir depuis dix ans.

Autrement dit, même si, en cette période où l'histoire semble bégayer, il y a de légitimes raisons de s'inquiéter du prix qu'il faudra payer pour amener Macky Sall et ses souteneurs locaux et étrangers à l'accepter et à renoncer à leur projet liberticide de confiscation de la volonté, de la souveraineté populaire, par le biais de l'imposition d'une candidature que la loi fondamentale tout autant que la morale réprouvent.

Désormais, il est plus évident que les jours que le Président Macky Sall va passer à la tête du pays ne peuvent excéder, dans le pire des cas, l'horizon du 25 février 2024.

Les élections législatives ont constitué un véritable séisme, car il est extrêmement rare, sous nos cieux, qu’un Parti-Etat, coaché par un hyper-président, subisse un désaveu aussi massif à l’occasion de ces joutes électorales. Cela renseigne sur le rôle de garant du caractère irréversible de nos acquis démocratiques, que joue le peuple tout entier, face à des velléités dictatoriales menaçant nos droits et libertés.

Le taux d’abstention particulièrement élevé, observé lors de ce scrutin suscite bien des interrogations. Il pourrait relever de la programmation (période hivernage, examens de fin d'année scolaire) et de la démarche d’exclusion qui a été celle de l’administration électorale ayant écarté pas moins de 17 dossiers de candidature et amputé la liste de Benno Bokk Yakaar de ses suppléants et celle de Yeewwi Askan Wi de ses titulaires.

Il y a également eu la vive tension pré-électorale avec son lot de surenchère, d’arrestations arbitraires, de violences et même de morts, qui faisait craindre des affrontements, le jour du scrutin.

En définitive, la coalition BBY, qui proclame une victoire entachée, a certes engrangé le plus grand nombre de députés élus, 82 au total, mais ne peut plus gouverner seule, car n’ayant pas atteint la majorité absolue qui est de 83. Elle a également perdu le vote populaire, parce qu’elle a obtenu moins de suffrages que les coalitions de l'opposition réunies (YAW et Wallu ayant eu respectivement 56 et 24 sièges et s’étaient constituées tactiquement en Inter-coalition). Enfin, trois autres coalitions, Bokk Gis Gis, AAR Sénégal et Les Serviteurs obtiennent, chacune, un député, devenant, ainsi, malgré elles, les arbitres du jeu politique, contraignant le camp présidentiel à un équilibrisme, à défaut de cohabitation.

La percée historique de l'opposition confirme les résultats des élections territoriales de janvier 2022 dans les grandes villes et démontre l'impopularité du Président Macky Sall.

En effet, les élections législatives du 31 juillet dernier ont revêtu un caractère référendaire, du fait que les ténors de la coalition présidentielle ont choisi de mettre en avant les réalisations de leur mentor, dans le même temps, où l’opposition exhortait les électeurs à ne pas accorder la victoire à Benno Bokk Yakaar, qui pourrait être tentée de l’assimiler à un blanc-seing accordé à Macky Sall pour postuler à un troisième mandat.

Les Sénégalais devraient aussi, au-delà des artifices et du clinquant, se choisir pour dirigeants des femmes et des hommes à la probité avérée, attentifs aux valeurs de la République, au respect de la parole donnée, à l’éthique de gestion. Le Président Macky Sall doit ouvrir ses yeux et sortir de sa « bulle », de sa puérile et pathétique stratégie d’autosuggestion pour se rendre à l’évidence.

Il devrait, dans un dernier sursaut de lucidité, ne pas tenter le diable, se faire une raison, se convaincre qu’il n’est pas dans le destin des hommes, d’être éternels.

Au vu de cette situation, le Comité pour la Plateforme de Réflexions "Dooleel Pit-Sénégal ngir defaraat reewmi", convaincu de la nécessité d’une réflexion autour des conclusions des Assises nationales et des recommandations de la CNRI:

  • Appelle le président Macky Sall à respecter sa promesse maintes fois réitérée de ne pas postuler à un troisième mandat présidentiel, en se conformant  à la Constitution de notre pays et en prenant en compte la large désapprobation populaire de toute nouvelle tentative de reniement de sa parole, telle qu’elle est ressortie dans les résultats des élections législatives qui viennent de se tenir,
  • L’invite à créer les conditions pour une réforme des institutions, en vue de :

- rompre avec l'hyper-présidentialisme qui gangrène la société en développant le clientélisme et la courtisanerie,

- garantir l’équilibre et la séparation réelle des pouvoirs,

- suspendre la loi sur le parrainage, en attendant de la réformer,

- parvenir à un assainissement du jeu politique et à une modernisation du rôle des partis politiques, auxquels, il sera plus tard, loisible de se fédérer par affinité idéologique ou autre...

- protéger davantage les droits et libertés des citoyens sénégalais,

- ouvrir de larges concertations inclusives sur le processus électoral, en tirant les leçons des errements des deux dernières décennies, pour en arriver à un nouveau code électoral consensuel,

- permettre la tenue d'élections dans la transparence, la paix civile et la stabilité politique,

  • Exhorte la classe politique et la société civile à tout mettre en œuvre pour éloigner les démons de la malédiction de nos ressources

En direction de notre septième Congrès de décembre prochain, le Comité pour la Plateforme de Réflexions "Dooleel Pit-Sénégal ngir defaraat reewmi", fidèle à son manifeste du 3 Décembre 2020, interpelle les instances du Parti, afin qu’elles tirent toutes les leçons de notre expérience politique de ces deux alternances, en vue de :

- lutter contre le danger que représente la prédominance de valeurs qui nous sont étrangères sur nos modes d’élaboration, de décision, de vie, de pensée,

- réenraciner le PIT-Sénégal dans le camp du travail et du progrès social et

- renforcer l’unité de la gauche sénégalaise pour espérer diriger et transformer le pays.

Dakar le 10 Aout 2022 

Comité pour la Plate-forme de Réflexions

"Doleel PIT-Sénégal ngir defaraat reewmi"

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome