L’affaire Tariq RAMADAN et la Justice pour les nuls

la justice est rendue au nom du peuple français, et si tout pouvoir a un droit de contrôle et de surveillance, le citoyen devrait avoir un droit de regard pour s’assurer de la bonne application de la loi

Pourquoi ne doit-on pas oublié Tariq RAMADAN ? Ou plutôt l’affaire Tariq RAMADAN.

Le  citoyen n’a pas à interférer dans les affaire de la justice, ni endosser la robe judiciaire pour jouer le rôle du juge (ce que malheureusement plusieurs médias font dans cette affaire). Par contre, n’oublions pas que la justice est rendue au nom du peuple français, et si tout pouvoir a un droit de contrôle et de surveillance, le citoyen devrait avoir un droit de regard pour s’assurer de la bonne application de la loi. La Justice est un service public qui préserve le droit des citoyens et protège leur sécurité. La procédure judiciaire défend les droits de la victime (ou présumée victime), mais aussi assure le droit de la défense et de la présomption d’innocence. Elle est donc censée et doit faire appliquer la loi.

Dans l’affaire TR, force est de constater malheureusement  qu'on a eu droit à toutes les incongruités des actions de la justice qui ne respecte pas un citoyen présumé innocent, de facto, ne respecte pas non plus la nation française en la mettant dans la case des violeurs !! Des droits de l’homme alors qu’elle est le berceau des droits de l’homme.

Dans l’affaire TR, on a eu droit à l’incompréhension la plus totale. Comment la parole d’un présumé innocent n’est pas considérée alors que celle des présumées victimes est considérée comme la parole sainte ! Et ceci malgré les contradictions et la mise à mal de leurs déclarations mensongères par endroit. L’incompréhension quand on sait que n’importe quel individu, même le pire des malfrats a droit au soin et à l’assistance médicale. Chose non assurée pour ce détenu d’exception. Ne sommes-nous pas dans le cas de figure d’une non-assistance à personne en danger ? Ne devrait-on pas se diriger vers d’autres instances européennes et internationales ?

Dans l’affaire TR, on est dans l’inadmissible quand on apprend qu’un individu ne présentant aucun danger et de surcroit atteint d’une sclérose en plaque en stade avancé, est mis en isolement total, n’a pas accès à son dossier, qu’il fait des allers-retours entre la prison et l’hôpital (en urgence) sans que ces proches ni ses avocats soient avertis ni prévenus.

Dans l’affaire TR, les points sombres (pourtant clairs pour le droit français) qui entachent cette affaire se comptent par dizaine. C’est avec amertume voire tristesse et mépris pour le citoyen de constater que le droit est bafoué, que l’Etat de droit a reculé ; que la justice est en perte de vitesse et que la France perd de sa crédibilité devant les autres pays et devant les instances internationales.

  • Une prise de conscience s’impose car nous voulons une reprise de confiance en la France et ses valeurs, une réconciliation avec la France des lumières avant qu’elle s’assombrisse. L’Etat doit prendre sa part de responsabilité, car admettre l’erreur c’est accepter facilement et grandir et l’enjeu est de construire la République de demain, un enjeu qui dépasse de très loin l’affaire Tariq RAMADAN.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.