Pourquoi les politiques guyanais rechignent-ils à appeler à la vaccination ?

La récente sortie de Christine Taubira disant qu'elle n'avait pas vocation à appeler les guyanais à la vaccination a été fortement remarquée. Elle n'est cependant pas la seule politique guyanaise dans ce cas, alors que la Guyane subit de plein fouet la quatrième vague avec plusieurs centaines de contaminations par jour et un taux d'incidence dépassant les 500 cas pour 100 000 habitants.

La Sénatrice

La première sortie antivax remarquée fut, fin mai 2021, celle de la Sénatrice Marie-Laure Phinéra-Horth. Elle déclarait refuser de se faire vacciner car elle connait des personnes vaccinées qui sont mortes du covid. Elle avait à l'époque précisé que ses propos avaient été sortis de son contexte et que c'était là son choix était personnel et dicté par des doutes sur l'efficacité du vaccin et non pas par une crainte de sa dangerosité.

En plus d'alimenter les doutes d'une population déjà peu encline à se faire vacciner on peut noter que la Sénatrice tombe dans le piège de la solution parfaite. Personne n'a prétendu que le vaccin protégeait à 100% du covid. Cependant, si le vaccin ne rend pas immortel, il diminue fortement, sans toutefois réduire à zéro, le risque d'attraper une forme grave du covid-19 et d'en mourir.

Elle a récidivé au début du moins d'août. Après avoir signé une tribune des soignants guyanais qu'elle pensait être pour le respect des gestes barrières, elle s'est immédiatement rétractée et l'a fait savoir sur Twitter et Facebook, puisque la dite tribune incitait également, comble de l'horreur, à la vaccination. Plus de deux mois après sa première sortie ses doutes sur la vaccination ne sont donc pas levés et on est en droit de se demander ce qui pourrait, justement, les lever...

e8c5b4hxsacadcp-1

Le tweet supprimé de la Sénatrice

Suite au tollé qu'a entrainé la publication du communiqué, la Sénatrice a ensuite été contrainte de le supprimer sur Facebook et, coïncidence, a même totalement supprimé son compte Twitter quelques minutes après que j'ai eu outrecuidance de rappeler qu'elle était orthophoniste (et donc une profession paramédicale, qui est quand même censée faire un minimum confiance aux études scientifiques si elle veut effectuer correctement son métier) et qu'elle était en ce moment jugée pour emploi fictif, car elle aurait continué à percevoir son salaire d'orthophoniste à l’hôpital de Cayenne pendant son mandat de Maire de Cayenne. Malheureusement la presse régionale ne tient que peu informé la population guyanaise de l'avancée de ce procès.

Le Président de la CTG

L'autre grande figure antivaccin que l'on entend fréquemment dans les médias, c'est Gabriel Serville, l'ancien député, qui est à présent le Président de la Collectivité Territoire de Guyane. Serville a été élu au second tour en formant une union des listes de « gauche ». Il a notamment été soutenu par l'association Tròp Violans. Il s'agit d'une association qui se déclare être une « Association de lutte contre toutes les formes de violences (économiques, sociales, juridiques, administratives...) » et qui est un des fers de lance du mouvement antivaccination/antipass local : la caravane pour la liberté.

Serville lors de ses prises de position n'a eu de cesse de ménager ses soutiens et de diminuer l'importance du vaccin. Il déclare ainsi le 27 août pour le canard local France Guyane : « Je ne prône pas la vaccination. Je ne prône pas non plus le refus de celle-ci. J’ai eu des positions sur l’utilisation de la pharmacopée. Ça vaut ce que ça vaut, je n’ai jamais dit que c’était LA solution. Mais pourquoi ne pas mener des réflexions dans cette direction afin de sortir du schéma de l’opposition frontale en vaccinés et non-vaccinés ? »

Ce n'était pas la première fois qu'il parlait de traitements totalement hypothétiques contre le covid puisqu'il disait quelques jours plus tôt lors d'un point presse : « Nous avons des échanges avec des personnels de santé et des médecins qui ont évoqué des traitements, qui seraient efficaces. Notre objectif n’est pas de nous mettre à la place de celles et ceux qui délivrent les prescriptions. Si, par hasard, il y a des médicaments et des traitements proposés qui sont efficaces, il ne faut pas les écarter au motif que la seule ambition est la vaccination. On ne veut pas rentrer dans un clivage stérile entre la vaccination et les traitements mais faire en sorte de sauver des vies ».

De quels traitements parle-t-il ? Monsieur Serville aurait-il des études scientifiques qui auraient échappé à tous les chercheurs du monde entier ? On se croirait revenu en Mars 2020 où c'était la course pour annoncer le premier, sans preuve, un traitement qui peut-être pourrait être efficace contre le covid. Mais surtout ce que ne dit pas Serville, c'est pourquoi s'obstiner à dévaloriser le vaccin (Pfizer en Guyane), qui a pourtant fait ses preuves sur, à présent, des centaines de millions de personnes ?

On constate donc que les croyances sur l'efficacité de la pharmacopée locale pour guérir le covid ne font qu'alimenter la suspicion autour du vaccin qui ne serait là que pour gagner de l'argent et que Serville entretient ces croyances. Et comme souvent les croyances infondées dans le domaine médical poussent les patients à se détourner de la médecine pour lorgner du côté des pseudos-sciences et leurs traitements miracles parfaitement inefficaces... Ce qui peut avoir de graves conséquences pour le patient et notamment dans le cas du covid : le décès du malade.

Alors certes il y en aura toujours pour dire : j'ai pris X et j'ai recouvré la santé en quelques jours, tout va bien... On se souvient par exemple de Bolsonaro positif au covid avalant ses pilules d'hydroxychloroquine. Il s'agit là d'un biais du survivant, tous ceux qui ont pris ce remède X et qui n'ont pas réussi à vaincre la maladie, ne sont aujourd'hui plus là pour témoigner. Il est donc bon de rappeler que seules des études scientifiques sérieuses, menées en double aveugle, vérifiées par les pairs peuvent aider à savoir si un traitement marche et on aurait pu espérer que Serville, ancien professeur de mathématiques aurait une meilleure connaissance de la méthode scientifique.

Par ailleurs, qui sont ces médecins qui informent Serville ? Il dit devant ses sympathisants que les informations transmises par des médecins le font douter des informations officielles (sic) et sur ce qu'il se passe réellement à l'hôpital de Cayenne.

Il prendra donc soin de visiter avec son équipe l’hôpital, contrôlant vraisemblablement qu'il y a bien des gens en réanimation et que l'ARS ne ment pas. Le comble est que durant cette visite, la Vice-Présidente à la santé Patricia Saïd, ancienne cuisinière à l’hôpital et déléguée syndical UTG Santé, se fera remarquer en ne portant pas son masque... comme on peut le voir surla photo de l'article France Guyane couvrant l'événement. Serville tentera de justifier ce choix disant qu'elle avait du mal à respirer et qu'elle a fini par mettre un masque FFP2... plus filtrant... laissant donc moins l'air passer...

Si l'anecdote peut prêter à sourire elle témoigne d'un manque de prise au sérieux de cette épidémie, puisque le Président doute de la version officielle (sic) et que la Vice Président à la santé juge bon de se montrer à l'hôpital sans masque. Bel exemple !

Donc si l'épidémie ne semble pas si terrible, qu'il suffit de prendre un traitement issu de la pharmacopée locale, pourquoi les guyanais accepteraient de se faire vacciner ? accepteraient un confinement/couvre-feu ?

D'ailleurs une partie des guyanais ne s'y sont pas trompés et ont formé la Caravane pour la liberté afin de manifester contre les restrictions sanitaires. Les manifestations sont parfois tendues, notamment celle du 20 août où deux personnes sont interpellées. L'un des interpellés, membre de Tròp Violans est placé sous contrôle judiciaire et a interdiction d'approcher de la préfecture. Interdiction qu'il ne respecta pas à l'occasion d'un pique-nique organisé un dimanche par la Caravane de la liberté. Le manifestant s'est donc fait arrêter pour non respect de son contrôle judiciaire, ce qui a entraînéplusieurs nuits d'émeutes à Cayenne.

Le lundi de la rentrée des classes qui avait été retardée en zone rouge, les militants de la Caravane pour la liberté ont bloqué le pont du Larivot, principal axe de communication en Cayenne et Kourou afin d'exiger la libération de leur camarade et le retrait des restrictions sanitaires. La levée du barrage sur le pont a été l'occasion, non sans heurt, de lever la barricade qui bloquait l'entrée principale de l'ARS depuis deux semaines.

Plutôt que de calmer les tensions, Serville a cru bon de dire dans France Guyane: « Je ne vais pas répondre aux Guyanais qui ne veulent pas se faire vacciner, mais à tous ceux et celles qui les traitent de nom d’oiseau. »

Le problème n'est pas donc pas, pour lui, le durcissement du mouvement antivaccinal en Guyane. Chacun ses priorités. D'ailleurs les manifestants antivaccin se sont sentis pousser des ailes et en ont profité pour fairefermer un centre de vaccination situé dans un quartier spontané. Selon eux il ne faudrait pas imposer la vaccination... et la méthode pour y parvenir semblerait être d'empêcher quiconque de ce quartier de se faire vacciner...

Les suites de la déclaration de Taubira

Si Taubira a eu l'intelligence, malgré sa sortie discutable sur la vaccination, de condamner les violences des antivaccins, Serville a cru bon d'en rajouter sur BFMet de dire qu'il n'appelait pas à la vaccination. « Je n'ai pas été élu pour ça » dit-il ! Ce qu'il faut comprendre par là c'est que la vaccination n'était pas à son programme électoral et qu'il n'aimerait pas se froisser avec une partie de sa majorité qui n'est pas vaccinée. Est-ce donc là un calcul politique ? éviter de perdre des soutiens ?

Notons aussi que Serville aime à rappeler l'incompétence de l'ARS, quitte à inventer, notamment lorsqu'il dit (à plusieurs reprises) que les informations sur la vaccination ne sont pas traduites dans les toutes langues de Guyane. Ce qui est bien évidemment faux.

fajti2bucaum5xq

Il va par contre falloir engager un graphiste pour éviter d'avoir la petite vague rouge du correcteur orthographique...

ça ne fait pas très sérieux...

Dans tous les cas, il faut signaler que les prises de paroles de l'ancienne Députée Christiane Taubira, de l'actuelle Sénatrice Marie-Laure Phinéra-Horth et du Président de la CTG Gabriel Serville ont des conséquences. En alimentant la défiance vis à vis des informations officielles (sic), vis-à-vis du vaccin, ils délivrent un message. Ce message c'est : ça ne sert à rien de se vacciner. Or on sait, moult études scientifiques à l'appui que le vaccin diminue les formes graves, diminue les contaminations, se faire vacciner c'est moins risquer de tomber malade, de développer une forme grave et d'en mourir. Si faire vacciner la population diminue le nombre de décès (et on peut le prouver), je suppose que Monsieur Serville, ancien prof de maths n'aura aucun mal à savoir ce qu'entraîne une absence de vaccination...

Sur BFM il fanfaronne à vouloir trouver les coupables... et s'il a raison sur le manque de dotation des hôpitaux il faut se rappeler que le but n'est pas de guérir du covid, mais de ne pas l'attraper et que pour ça on a une solution, proposée gratuitement à la population et que lui refuse d'en faire la promotion... La responsabilité du faible taux de vaccination pèse donc également sur ses épaules, car plutôt que de raisonner les antivaccins (dont il fait finalement partie puisqu'il n'est lui-même pas vacciné) il préfère les galvaniser. Avec les conséquences tragiques que l'on connait...

Un motif d'espoir ?

Suite au double échec Taubira-Serville, le deuxième Sénateur Georges Patient a tiré son épingle du jeu en appelant à la vaccination...

Qu'en est-il du député LREM Lénaïck Adam ? (à part pour faire la promotion de Spotify ?) Il s'est fait vacciner, a invité sur les réseaux sociaux à suivre son exemple... et depuis ? Pas grand chose... Du moins grand chose qui soit aussi relayé que les propos effarants des politiques cités plus haut.

Mais à l'heure de l'explosion du taux d'incidence osera-t-il se mouiller un peu plus ou préférera-t-il assurer sa réélection en ne prenant aucune position qui pourrait lui faire perdre des voix ?

Courage, fuyons !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.