7 ans après la catastrophe, un point sur la santé

Depuis la catastrophe nucléaire : près de 50% des enfants de la région de Fukushima sont atteints de kystes, nodules et cancers de la thyroïde. sources : Le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, jc.2017-01603 (14 December 2017)

Le cancer de la thyroïde infantile est particulièrement préoccupant depuis l'explosion en mars 2011 de la centrale nucléaire de Fukushima-Daïchi au Japon. Obtenir des données analytiques de référence de l'impact sur les enfants, notamment de l'état de leur thyroïde, permet de cerner l'impact de la radioactivité sur la vie humaine et plus généralement sur le vivant. Les enquêtes sanitaires permettent un suivi de la santé des victimes. Pas étonnant donc que les pouvoirs publics et le lobby nucléaire ne se précipitent pas pour les diligenter. Et quand ils sont contraints de le faire sous la pression des habitants et des populations : les biais, erreurs voire trucages sont nombreux et édulcorent les résultats.

Aussi lorsqu'une revue scientifique de référence publie les résultats d'une enquête sanitaire de grande ampleur le voile se déchire et révèle la monstruosité.

Ainsi de octobre 2011 à mars 2014, 294.905 jeunes personnes âgés de 18 ans ou moins lors de la catastrophe nucléaire mondiale de Fukushima-Daïchi au Japon ont volontairement subi une échographie thyroïdienne dans le cadre de l'enquête sanitaire "Fukushima Health Management" (FHMS). Un deuxième examen de confirmation a été réalisé sur 2 032 personnes.

 

Les scientifiques ont analysé la répartition par âge et par sexe des résultats des examens des enfants et des adolescents. 

Des kystes thyroïdiens, des nodules et des cancers cytologiquement suspects ont été détectés chez 68 009 garçons et adolescents et sur 73 014 fillettes et jeunes filles sur un  total de 294.905 jeunes examiné-es.

La prévalence et la taille des kystes thyroïdiens, des nodules et des cancers ont été analysées en fonction de l'âge et du sexe. Le taux de détection des nodules thyroïdiens et du cancer augmente en fonction de l'âge. Les kystes thyroïdiens atteignent un sommet vers l'âge de 11-12 ans.

Les scientifiques ont ainsi clarifié ce que représente ce taux de détection de cancer de la thyroïde. Et ce n'est qu'un résultat partiel d'autant qu'il n'y a pas que la thyroide à être affectée par la radioactivité et il n'y a pas que des jeunes non plus en ce monde.

Malgré ces travaux scientifiques - ou plutôt pour les masquer - l'État déverse à tour de bras des subventions en direction des associations de toutes natures, des fédérations et clubs sportifs notamment.

 

sources : Le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, jc.2017-01603 (14 December 2017) https://academic.oup.com/jcem/advance-article/doi/10.1210/jc.2017-01603/4630428

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.