Humour. M. Macron se pose des questions sur Me Belloubet !

Me Belloubet, Garde des Sceaux, 64 ans et-et fatiguée, raconte des contrevérités inconsciemment ! Il lui a fallu 3 jours pour réaliser la gravité de sa bourde ! Même chose pour Me Pénicaud (V. la seconde partie)

Elle s'est contentée de minimiser l'affaire en plaçant le tout sous le signe d’une expression maladroite et d’une polémique ridicule ! ! !

C’est notre M. Jupiter-Sisyphe qui aurait envoyé M. Castaner au Sénat pour tout recadrer

Au Gouvernent on se demande si ce n’est pas le début de la maladie d’Alzheimer qui est en train de se confirmer ! Il paraîtrait que ses erreurs d’inattention ne se compteraient déjà plus !

M. Jupiter, effectivement, ne peut plus contester qu’un homo sapiens de 64 ans, même si son travail n’a jamais été « pénible », risque d’être dangereux pour la Société et pour lui-même ? !

Que l’âge de la retraite doit être reconsidéré à la baisse ? !

Ne serait-il pas curieux que cette Dame qui rêvait, enfant, d’être cosmonaute, terminât dans le Monde D’Alzheimer ?

Internet : NICOLE BELLOUBET : "ENFANT, JE RÊVAIS D’ÊTRE COSMONAUTE" Paris Match | Publié le 24/08/2019

Mariana Grépinet Quel métier rêviez-vous de faire enfant ? Cosmonaute. L’espace me fascinait.

PierrePayen (Dunkerque)

 

N. B. LA CERISE SUR LE GÂTEAU !

De bonne source, j’ai appris que la ministre du travail, Me Pénicaud aurait trouvé son « erreur » (Congé de deuil parental) rangée à l’écart dans un coin du couloir !

Ce serait son chien qui aurait aboyé et lui aurait permis de la faire sortir de sa cachette … !

Cela ne s’invente pas : Lorsque elle avait été nommée ministre, elle avait adopté un petit chien qu’elle avait appelé « Macron » pour mieux pouvoir se déstresser par un effet de symétrie : Ex : Macron, au pied ! Etc. !

Conclusion : Un chien, ça peut servir de multiples façons, voire éviter une crise gouvernementale !

Qu'on se le dise !

C'est peut-être d'ailleurs pour cette raison que tous les présidents s'entourent d'un chien !

Amen.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.