Humour. Brigitte Macron/ Blanquer/ Zemmour ? ! Un terrain d’entente ! « DEHORS ! »

Un père adoptif se bat pour son fils guinéen sous le coup d’une expulsion  Par Claire Lefebvre cllefebvre@lavoixdunord.fr Le 03/06/2021

Retenu dans les Alertes Google Humour du 04/06/21 :

image-2021-06-04-090004
Alassane n’a plus d’attache en Guinée où sa famille a été décimée par le virus Ebola. Photo «la voix»

Alassane S., âgé de 24 ans, est menacé de devoir quitter la France où il vit depuis quatre ans et demi avec son père adoptif à Coquelles, et où il est devenu chaudronnier. Une situation ubuesque, qui suscite une mobilisation au-delà des clivages politiques et du Calaisis. 

un-guineen-expulse

Coquelles.

« Je veux rendre à la France ce que j’ai déjà reçu en formations et aides de toutes sortes, mais aujourd’hui j’ai peur de baisser les bras », souffle Alassane S., en ôtant ses baskets. Il rentre de la société de tuyauterie de Coulogne où il travaille, et retrouve son père adoptif, Jean-Pierre Duwat, 64 ans. Cet habitant de Coquelles, ancien instituteur spécialisé, qui l’héberge depuis son arrivée en France début 2017, l’a adopté en février 2020. Mais cette adoption ne donne pas droit à une naturalisation.

Obligation de quitter le territoire

L’avenir d’Alassane est entre les mains de l’administration : il a reçu le 29 avril le refus de son titre de séjour assorti d’une obligation de quitter le territoire français avant ce 3 juin.

Pourtant, le Guinéen coche toutes les cases de l’intégration républicaine.

Un parcours scolaire exemplaire pour ce non-francophone, jamais allé à l’école.

Un CAP puis un BEP de chaudronnier au lycée pro de Calais. Et une promesse d’embauche de BLPipping, son employeur, après son contrat d’apprentissage.

Contrat qu’il pourrait perdre.

C’est ce qu’a mis en avant – avec le fait qu’il n’a plus d’attache en Guinée où sa famille a été décimée par le virus Ebola – M e Orsane Broisin, l’avocate qui a déposé une requête en référé auprès du tribunal administratif de Lille.

Pour plaider sa cause, Alassane, apprenti fiable et discret, ne s’invente pas un destin : il raconte le périple d’un migrant économique, passé par l’Italie et misant sur l’Angleterre.

« Le soir de mon arrivée à Calais, j’ai vu un jeune comme moi se tuer en essayant de monter sur un camion… J’ai décidé de rester ici pour m’intégrer. »

« Je suis dévasté et démuni », confie Jean-Pierre, face à la préfecture du Pas-de-Calais inflexible malgré ses « supplications ».

Dans son petit pavillon, il y a toujours une lessive qui sèche et des imprimantes crachant de la paperasse : ce militant, qui donnait des cours dans la « jungle » (démantelée en octobre 2016), se consacre à l’accueil des jeunes exilés qui ne veulent plus traverser illégalement la frontière, mais s’intégrer ici.

Alassane, et aussi Amadou depuis 2018, vivent avec lui.

Ce père adoptif, qui souffre d’une longue maladie chronique, a été dissuadé par d’autres militants de faire une grève de la faim.

Une pétition a recueilli un millier de signataires en ligne. Et, à trois semaines des régionales, des soutiens politiques arrivent, des Républicains (Natacha Bouchart, la maire de Calais, en tête) à La France insoumise.

Jean-Pierre et Alassane sont suspendus à la décision qui devrait être rendue d’ici à fin juin par le tribunal administratif et aux courriers de la préfecture du Pas-de-Calais.

NO PROBLEM ! Tout va très bien Madame la MARQUISE BRIGITTE !

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. 1) Sur ce journal, une autre vision, non frelatée, non politicienne, non conditionnée mais plus « innocente » et-et plus « saine » et-et d’adolescent.e.s !

ZUYDCOOTE.

Vers 17 heures, hier, route de Furnes, à une vingtaine de mètres du pont de Zuydcoote, un piéton a été violemment percuté par une voiture. La victime, âgée d’une vingtaine d’années, marchait le long de la route, d’après des témoins. Le véhicule en cause circulait en direction de Ghyvelde. Le jeune homme a été secouru sur place dans un état grave par les pompiers et le SAMU. Son état a nécessité un transport au centre hospitalier régional de Lille par hélicoptère. Son pronostic vital est engagé.

La gendarmerie devra déterminer les circonstances de cette dramatique collision. Des témoins ont laissé entendre que le piéton aurait pu se jeter volontairement sous les roues du véhicule. Des éléments que les gendarmes devront établir ou non à travers la confrontation des témoignages.

Reims : un adolescent de 14 ans poignardé et grièvement blessé, un jeune du même âge interpellé

LCI

Près de trois semaines après un drame similaire - l'agression mortelle de Marjorie, 17 ans, à Ivry-sur-Seine -, un adolescent de 14 ans a été ...

Belgique: son viol est diffusé sur les réseaux sociaux, une ado se suicide

La Voix du Nord

A Gand, une adolescente de 14 ans s'est suicidée quatre jours après avoir été violée par cinq adolescents, rapporte Het Nieuwsblad. Les auteurs des ...

N. B. 2) Panne des numéros d’urgence en France, des lignes de secours dans le Nord et le Pas-de-Calais 

Parce que les politiciens n’ont pas voulu du tout tenir compte des découvertes des Bilans de 2011 (Néocortex/Durabilité/Redondance), de 2018 (Corps/Interstitium) [[[QUI CONNAÎT ? !]]] hier, une panne téléphonique concernant les réseaux d’urgence (15/17/18,112) constitue un avant-goût de ce qui nous attend ! ! ! Exactement comme le Covid est le 1ier avertissement et-et le préludes d’autres catastrophes mondiales ! ! !

N. B. 3) Humour. Nestlé ose se mettre à table parce que le moins toxique ! ! !

Impossible de laisser passer ! Moi, j’ai les moyens de manger bio (Quoique, OK ! Mais encore ! OUI !) Mais que peut-il en être dans la production de masse à bas prix ? !

***   ***   *** Alimentation : Nestlé reconnaît que plus de 60 % de ses produits ne peuvent pas être qualifiés de bons pour la santé

20 Minutes avec AFP

mar. 1 juin 2021 à 9:57 AM·1 min de lecture

MAUVAISE PUB - Seulement 37 % de ses produits et boissons obtiennent une note supérieure à 3,5 étoiles sur 5

Le géant de l’industrie agroalimentaire Nestlé ne fait pas que des produits sains. Ça, ce n’est pas forcément une grande surprise. Ce qui l’est plus, c’est que la multinationale suisse le reconnaisse elle-même. Le journal Financial Times a eu accès au contenu d’une présentation interne diffusée aux cadres dirigeants de Nestlé.

Selon le quotidien britannique, le groupe a reconnu que plus de 60 % de ses grands produits alimentaires et boissons ne répondaient pas à « la définition de santé » établie par système de notation australien (notre Nutri-Score en France).

La nutrition infantile, médicale et pour animaux non concernés

Ainsi, seulement 37 % de ses produits et boissons obtiennent une note supérieure à 3,5 étoiles sur 5. Or, dans le système de notation australien, le produit alimentaire doit dépasser la barre des 3,5 pour être considéré comme bon pour la santé. Les dirigeants ont admis que certaines catégories « ne seront jamais saines », quelle que soit la façon dont le groupe les reformule.

Point rassurant : la nutrition infantile, celle pour les animaux de compagnie, le café ou encore la nutrition médicale ne font pas partie des 60 % d’aliments jugés non sains.

Nestlé dévoilera de nouveaux engagements

Après la publication de cet article, Nestlé a affirmé qu’il avait l’intention de modifier sa stratégie concernant ses produits alimentaires. « Nous nous concentrons d’abord sur la partie de notre portefeuille d’aliments et de boissons qui peut être mesurée à l’aide de systèmes externes sur le profil des nutriments », expliqué la porte-parole du groupe en citant le système australien et le Nutri-Score.

Le Financial Times assure dans son article que « les dirigeants de Nestlé sont en train d’examiner quels nouveaux engagements prendre sur la nutrition » et prévoient de « dévoiler un nouveau plan cette année ».

les-cendres-et-le-super-mec

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.