Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

2709 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2022

Humour. Une docteure en physique (29 ans) virée ! ! ! (En Algérie)

https://www.franceculture.fr/ jeudi 07/04/22 3 jours avant L’ÉLECTION DE MACRON LE GRAND ! ! ! ‘(Celui qui « emmerde » tout ce qui le gène »). Ce billet sera transmis à des tas de médias et autres !

Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a dix ans, Amira a quitté l’Algérie par amour de la culture française et pour étudier la physique fondamentale à Paris. Elle réussit brillamment, mais dix ans après son arrivée, au moment de renouveler son titre de séjour, elle reçoit une lettre qui va changer le cours de sa vie.

Quand un ressortissant étranger reçoit une OQTF, il dispose d'entre 15 et 30 jours pour partir.• Crédits : Sophie Simonot

La décision d'éloignement ou d'obligation de quitter le territoire français est prise par le préfet, notamment en cas de refus de délivrance de titre de séjour ou de séjour irrégulier en France. Si vous êtes concerné, elle vous oblige à quitter la France par vos propres moyens dans un délai de 30 jours. Dans des situations limitées, elle peut aussi vous obliger à quitter la France sans délai. Un recours est possible.

C’est ce qu’on peut lire sur le site du gouvernement, à la page Obligation de quitter la France (OQTF). A priori, rien de plus clair. Sont concernés les étrangers entrés irrégulièrement en France, ceux qui n’ont pas fait renouveler leur visa ou à qui le titre de séjour a été refusé, ceux qui travaillent clandestinement, les demandeurs d’asile dont la demande a été rejetée, et, enfin, ceux qui représentent “une menace pour l’ordre public” et qui résident en France depuis moins de trois mois.

Quelques exceptions cependant : si vous êtes un mineur isolé, si vous êtes marié depuis au moins de trois ans avec un Français, si vous vivez en France depuis plus de dix ans, entre autres, alors “l’administration ne peut pas vous obliger à quitter la France”.

La liste des règles et des exceptions est longue, et les conditions parfois alambiquées, mais Amira pensait avoir tout juste. Cette Algérienne amoureuse de la langue et de la culture française a décidé de faire des études en France, comme ses parents, tous deux chercheurs, avant elle. Acceptée à la faculté d’Orsay à Paris puis à la faculté de Lyon, elle a effectué un parcours d’excellence en physique fondamentale. En 2020, elle soutient une thèse qui lui vaut les félicitations du jury.

Établie à Lyon et mariée avec un Algérien également Lyonnais d’adoption, Amira a construit sa vie en France. C’est donc tout naturellement qu’à la fin de ses études, elle cherche et trouve aisément un poste d'ingénieure dans la région. Seulement, au moment de renouveler son titre de séjour, Amira reçoit une lettre qui vient bouleverser ses projets d’avenir.

J'ai la main qui tremble. Je vois que ça vient de la préfecture. Je ne me sens pas très bien. Je commence à monter les escaliers, à lire la lettre et là, plus je monte les escaliers, plus mon cœur se serre. Et lorsque j'arrive au bout de la lettre, je m'effondre dans les escaliers. Arrêtez, c'est pas possible. Il y a une erreur. On me refuse le statut, mais en plus, on me demande de partir chez mes parents en Algérie. C'est ce qu'on appelle une obligation à quitter le territoire français. OQTF.Amira

En effet, toujours sur le site officiel, on lit que “l’administration ne peut pas vous obliger à quitter la France” si “vous séjournez régulièrement en France depuis plus de dix ans”, ce qui est le cas d’Amira, “(sauf si vous avez été titulaire pendant toute cette période d'un titre de séjour étudiant)”. Une parenthèse qui condamne Amira, mariée, récemment docteure et prête à commencer à travailler dans un poste prestigieux, à renoncer à la vie qu’elle s'était imaginée.

À LIRE AUSSI

28 min

Les Pieds sur terre

Lydia, Laye et Séverin : essentiels mais expulsables

Amira décide alors de contester l’OQTF, comme il est possible de le faire. Elle commence à rassembler des preuves indiquant qu’elle “mérite” d’être régularisée, qu’elle est “intégrée”, “sérieuse”, qu’elle a "de la valeur" et “peut apporter quelque chose à la société française”, mais aussi que son mariage est un vrai mariage. Je ne pensais pas me retrouver dans une telle situation à 29 ans.

Quand arrive le jour du procès, elle est aux côtés de soixante autres personnes en situation irrégulière, pour différentes raisons. Mais après avoir entendu toutes les audiences, une chose est sûre pour Amira : “Personne ne méritait de recevoir d’OQTF.Son dossier à elle est expédié en “quelques minutes”.Je suis sortie persuadée que mon dossier serait rejeté. Certains passent, d’autres non. C’est une loterie.” Et Amira avait raison. On lui refuse sa demande de titre de séjour une nouvelle fois, sous prétexte que sa relation avec son mari semble “factice” et ne peut donc constituer un argument en sa faveur.

“Pour moi, OQTF, c'était, je sais pas, pour des personnes qui avaient commis quelque chose sur le sol français ou qui étaient venues de manière illégale. C’était peut-être une vision naïve, mais il fallait quelque chose qui justifiait qu'on leur demande de partir. C'était pas pour une personne qui vient d'avoir son doctorat.” Amira

Désemparée, Amira se sent “réduite à sa nationalité” et “traitée comme une criminelle” dans un pays qu’elle aime depuis toujours et dans lequel elle s'apprêtait à travailler. “J'aurais pu être l'exemple d'une immigration choisie”, regrette-t-elle, confiant sa difficulté à s’imaginer retourner vivre en Algérie, un pays qui a "énormément changé" depuis dix ans et auquel elle a du mal à s’identifier.

Reste que la perspective de rassembler une fois de plus toutes ses forces pour faire un second recours ne l’enchante guère. “J’ai fini par faire une dépression. Ça m'a beaucoup, beaucoup, beaucoup affectée.La jeune femme sait qu’elle va devoir partir et se résigner à reconstruire sa vie ailleurs.Est-ce que je veux vraiment rester, ou revenir, dans un pays qui m'a traitée comme ça ?”, en vient-elle même à se demander, blessée et désillusionnée.

À LIRE AUSSI

28 min

Les Pieds sur terre

L'asile et l'exil : deux histoires d'accueil

Merci à Amira.

Reportage : Sophie Simonot

Réalisation : Emmanuel Geoffroy

Chanson de fin : "Crossroads" de Tracy Chapman

Pour aller plus loin :

Assma Maad et Romain Geoffroy, "Comprendre la querelle sur les chiffres de l’immigration illégale entre la France et l’Algérie", Le Monde, 15/10/2021

Juliette Bénézit, "Immigration : l’exécutif veut intensifier les expulsions d’étrangers délinquants", Le Monde, 17/06/2021

Les Dernières Diffusions

À découvrir

Déplacés par la guerre d'Algérie

Utoya, dix ans après : des rescapés racontent leur reconstruction dans une Norvège menacée par l’extrémisme

France-Algérie : l'impossible divorce

L'équipe

Coordination

Sonia Kronlund

Production déléguée

Sophie Simonot

Avec la collaboration de

Jeanne Coppey

Réalisation

Emmanuel Geoffroy

Stagiaire

Justine Callé

C'est sans doute pour cela, parce que ne faisant plus du tout confiance aux fonctionnaires de ministères, qu'il se remet à l'organisme Mckinsey ! ! !

Brigitte, toujours très compatissante, lui enverra une lettre lui expliquant que son sort est meilleur que celui d'une docteure ukrainienne !

 + 3h tweet :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu