Humour. Tiens donc ! Notre Jupiter serait chahuté ? !

Il serait en train de se rendre compte qu’entre le Capitole et la Roche Tarpéienne, il n’y a pas loin ? ! Attaque par les égouts, course-poursuite… Les folles infos d’un documentaire sur Emmanuel Macron (En fait, des vieux trucs de décembre 2018)

ERREUR ! Ces « trucs » n’étaient que des extraits de décembre 2018 repassés par une chaîne TV ! Désolé de m’être trop précipité, parce que m’attendant à tout ! Mais cela montre l’état d’esprit d’un ou une Français.e devant les comportements du LREM !

Il peut tout arriver ! Les conduites les plus basiques ou « allant de soi » peuvent être balayées, saccagées, à tout instant par des Jupiter, Benalla, Castener, Philippe, Buzyn, Belloubet, etc. !

Nous ne sommes plus à l’abri de rien !

Si les radiations de Tchernobyl ont été arrêtées à la frontière, les produits exportés par Lubrisol sont passés sans encombre ailleurs :

Rouen. Lubrizol : inquiétudes après des analyses sur le lait maternel

Après des analyses montrant la présence d'hydrocarbures dans le lait maternel de neuf femmes à Rouen (Seine-Maritime), l'Agence régionale de santé de Normandie se veut prudente. Elle attend d'obtenir des données supplémentaires.

 

Publié le 7 novembre 2019 à 15h51

Par Amaury Tremblay

Neuf femmes allaitantes de l'agglomération de Rouen (Seine-Maritime) ont fait réaliser des analyses sur des prélèvements de leur lait maternel et de leur urine, effectués le 7 octobre 2019, auprès du laboratoire de toxicologie du CHU de Rouen.

Manque de données comparables

Menés plusieurs semaines après l'incendie de Lubrizol, les résultats ont montré la présence d'hydrocarbures dans les prélèvements. "Aujourd'hui, on ne peut rien en dire dans ces seuls résultats-là [...] il faut que l'on ait plus d'informations, et c'est ce qu'a demandé le CHU à ces femmes", a expliqué, mercredi 6 novembre 2019, Christine Gardel, la directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS) de Normandie.

Elle est dans l'attente de pouvoir comparer ces données avec des prélèvements de "bruit de fond", c'est-à-dire de femmes allaitantes se trouvant dans des villes industrielles comparables, mais épargnées par les effets de l'incendie de Lubrizol. "Ce sont des hydrocarbures que l'on peut retrouver dans des villes industrielles", souligne Christine Gardel.

Le problème : l'ARS n'a pas en sa possession ces données. Des analyses vont donc être menées par le laboratoire du CHU de Rouen pour pouvoir les comparer avec ces prélèvements sur neuf femmes allaitantes. "Des villes ont déjà répondu", assure Christine Gardel.

Continuer à allaiter

Ensuite, la directrice générale de l'ARS de Normandie souhaite savoir si ces résultats sont liés, ou non, aux conséquences de l'incendie de Lubrizol "Le CHU a demandé à ces femmes de remplir un questionnaire pour connaître leur mode de vie, pour pouvoir interpréter ces résultats".

Christine Gardel rappelle également que ces hydrocarbures n'ont pas été retrouvés lors des analyses de la qualité de l'air après l'incendie. "Il faut réussir à argumenter cela, d'autant que ces hydrocarbures ne sont pas persistants dans l'air", explique la directrice générale, renvoyant le dossier au laboratoire du CHU de Rouen qui mène ainsi, selon elle, un projet universitaire de recherche.

Malgré ces résultats, l'ARS "maintient les recommandations" de continuer à allaiter pour "toutes les femmes", y compris celles qui habitent Rouen.

Faute d'avoir réussi à recopier l'article de Planet.fr, voici les références ...

http://t.planet.fr/c/ynbv5G?p=3&u=y9P5VM&n=BJp64D&cp=3


Attaque par les égouts, course-poursuite… Les folles infos d’un documentaire sur Emmanuel Macron

La vie de président de la République n’est définitivement pas de tout repos. Un récent documentaire revient sur quelques-uns des moments qui ont le plus angoissé Emmanuel Macron, depuis son élection. Lire l'article

 

planet-fr-6-nov-2019

Pierre Payen (Dunkerque)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.