Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

2804 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2022

Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

Humour. Comment euthanasier un poisson/POISSON ? !

*** Cet article n’a qu’un intérêt : montrer le raisonnement totalement fallacieux d’un DOCTEUR EN PHILOSOPHIE ! ! ! 1) V. le site Internet sur l’euthanasie sans douleur un poisson. 2) V. le raisonnement du docteur en philosophie POISSON !

Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 1) Comment euthanasier un poisson sans douleur - Aquachange

La dose recommandée pour une euthanasie de poisson est de 1 ml d'huile essentiel de clou de girofle pour un litre d'eau. En pratique : • Dans une cuve de volume adapté, verser la quantité nécessaire d'eau provenant de votre aquarium ; • Verser l'huile de clou de girofle (1 mL/L).

https://www.aquachange.fr/forum_aquariophilie.php?groupe=1&sujet=299

2) Jean-Frédéric Poisson : Euthanasie, nos gouvernants ...

Alors que la légalisation de l'euthanasie devrait être la grande réforme sociétale du prochain quinquennat, Jean-Frédéric Poisson, président de VIA | La voie du peuple et soutien d'Éric Zemmour, rappelle les questions morales insolubles que cette légalisation poserait, et plaide pour des investissements importants sur les soins palliatifs.

https://lincorrect.org/euthanasie-nos-gouvernants-insistent-lincorrect

(En passant, voire la différence entre la docteure en médecine Marie Peltier présentée dans le billet précédent et ce docteur en philosophie qui manie du vent au lieu de la terre ! ! !)

[[[Wikipédia : Jean-Frédéric Poisson, né le 22 janvier 1963 à Belfort, est un homme politique français.

Il est maire de Rambouillet (Yvelines) de 2004 à 2007 et député de la dixième circonscription des Yvelines entre 2007 et 2017.

En 2013, il est élu président du Parti chrétien-démocrate, fondé par Christine Boutin et renommé Via, la voie du peuple en 2020. À ce titre, Jean-Frédéric Poisson se présente à la primaire de la droite de 2016, finissant en sixième position sur sept candidats.

Après avoir annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2022, il décide finalement de la retirer pour soutenir Éric Zemmour.

Il obtient en 2001 un doctorat en philosophie de l'université Paris Sorbonne, sous la direction de Pierre Magnard, avec le sujet « Bioéthique, éthique et humanisme : les lois françaises de 1994 »3. Il est aussi diplômé de la faculté libre de philosophie de Paris (IPC) et titulaire d'un master 2 de droit social, obtenu en 2011 à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines4.]]]

*** Jean-Frédéric Poisson : Euthanasie, nos gouvernants insistent

Alors que la légalisation de l'euthanasie devrait être la grande réforme sociétale du prochain quinquennat, Jean-Frédéric Poisson, président de VIA | La voie du peuple et soutien d'Éric Zemmour, rappelle les questions morales insolubles que cette légalisation poserait, et plaide pour des investissements importants sur les soins palliatifs.

Le 11 avril, Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, a expliqué que la nouvelle « grande réforme de société » mise en place pendant le prochain quinquennat serait le fameux « droit à mourir dans la dignité ». Le recours à des conventions citoyennes, inauguré par Emmanuel Macron lors de la loi climat, semble être devenu la nouvelle et unique manière de gérer les affaires de l’État lorsqu’elles sont compliquées, même lorsqu’il s’agit de lois aussi importantes que l’euthanasie.

Le président reconduit pour un nouveau mandat sait, sur le sujet de l’euthanasie, ne pas avoir beaucoup à craindre en termes d’opposition puisqu’une grande majorité des Français est favorable à sa légalisation. Ainsi selon l’IFOP, en avril dernier, 93% des Français considéraient que « la loi française devrait autoriser les médecins à mettre fin, sans souffrance, à la vie des personnes atteintes de maladies insupportables et incurables si elles le demandent ». Le sujet est donc plutôt consensuel. C’est sans doute la raison qui a poussé Emmanuel Macron à le brandir à la veille du second tour de l’élection présidentielle. Pourtant, malgré un tel consensus, n’est-il pas de notre devoir de nous interroger sur la portée d’une telle décision, même si elle sera probablement approuvée par la fameuse « convention citoyenne » ?

En effet, au-delà de la forme, quelle sera la teneur de cette loi ? Ce qui est certain, c’est que sera confié à l’intéressé encore lucide ou à une personne tierce le soin de prendre la décision. Dans tous les cas, de nombreuses questions morales s’inviteront au raisonnement… des questions qui ne trouveront vraisemblablement pas de résolution à court terme. Étant donné l’aspect définitif de l’euthanasie, et en admettant que l’acte lui-même puisse être toléré dans une société humaine, comment éviter une mort non désirée ? Car, rien ne nous assure jamais que la personne n’ait pas changé d’avis ou ne soit sous l’emprise d’un état psychologique inhabituel au moment ultime. Rien ne nous assure non plus que la tierce-personne choisie pour décider à la place du patient incapable de s’exprimer n’ait quelques intérêts à prendre une décision irrémédiable plutôt qu’une autre. En cas d’erreur, pourrons-nous leur rendre la vie que nous leur aurons prise ?

Plutôt que de se persuader qu’il n’existe aucun autre recours que l’acharnement thérapeutique ou l’euthanasie, pourquoi ne pas plutôt prôner une troisième voie qui concentrerait les investissements et les efforts d’innovation sur les soins palliatifs

On peut légitimement s’interroger sur l’insistance de nos gouvernants et députés qui ne cessent de remettre sur le tapis cette loi de légalisation de l’euthanasie, alors qu’elle a pourtant été bloquée à chaque fois. Ainsi se disent-ils démocrates. Pourtant, ils passent leur temps à proposer continuellement les mêmes lois, même lorsqu’elles ont été refusées par le canal démocratique. Enfin Emmanuel Macron prétend que la convention citoyenne « permet de construire du consensus sur un sujet qui divise et qui inquiète ». Mais concernant l’euthanasie il ne peut y avoir de consensus entre certains Français qui, devant l’extrême souffrance d’un proche qui les supplie, souhaitent y mettre un terme définitif, et d’autres qui, considérant que la vie de toute personne est sacrée de sa conception à sa mort naturelle, refusent de promouvoir une société de mort qui romprait définitivement avec la civilisation de nos pères.

Plutôt que de se persuader qu’il n’existe aucun autre recours que l’acharnement thérapeutique ou l’euthanasie, pourquoi ne pas plutôt prôner une troisième voie qui concentrerait les investissements et les efforts d’innovation sur les soins palliatifs, domaine dans lequel la science a déjà fait des progrès exceptionnels ? Voici quelle devrait être la voix de la sagesse dans une société de plus en plus confrontée au vieillissement de sa population. C’est un sujet aux conséquences lourdes, qui concerne chaque Français personnellement, dans son humanité et sur lequel nous ne pouvons pas nous contenter de prendre des décisions hâtives. Qui plus est dans une société qui vénère le progrès, et dans laquelle la norme collective prétend s’imposer à la conscience individuelle.

Lire aussi : Henri de Soos : « Dans tous les pays concernés, le nombre d’euthanasies ou de suicides assistés augmente (Il faut être abonné …)

3) MES COMMENTAIRES

# 93% des Français considéraient que « la loi française devrait autoriser les médecins à mettre fin, sans souffrance, à la vie des personnes atteintes de maladies insupportables et incurables si elles le demandent ». Le sujet est donc plutôt consensuel #

# Étant donné l’aspect définitif de l’euthanasie, et en admettant que l’acte lui-même puisse être toléré dans une société humaine, comment éviter une mort non désirée ? #

# Car, rien ne nous assure jamais que la personne n’ait pas changé d’avis ou ne soit sous l’emprise d’un état psychologique inhabituel au moment ultime #

# Rien ne nous assure non plus que la tierce-personne choisie pour décider à la place du patient incapable de s’exprimer n’ait quelques intérêts à prendre une décision irrémédiable #

# En cas d’erreur, pourrons-nous leur rendre la vie que nous leur aurons prise ? #

# On peut légitimement s’interroger sur l’insistance de nos gouvernants et députés qui ne cessent de remettre sur le tapis cette loi de légalisation de l’euthanasie, alors qu’elle a pourtant été bloquée à chaque fois. Ainsi se disent-ils démocrates. Pourtant, ils passent leur temps à proposer continuellement les mêmes lois, même lorsqu’elles ont été refusées par le canal démocratique #

# il ne peut y avoir de consensus entre certains Français qui, devant l’extrême souffrance d’un proche qui les supplie, souhaitent y mettre un terme définitif, et d’autres qui, considérant que la vie de toute personne est sacrée de sa conception à sa mort naturelle, refusent de promouvoir une société de mort qui romprait définitivement avec la civilisation de nos pères. #

# nous ne pouvons pas nous contenter de prendre des décisions hâtives. Qui plus est dans une société qui vénère le progrès, et dans laquelle la norme collective prétend s’imposer à la conscience individuelle #

ET ALORS ! ! ! Y A-T-IL OBLIGATION DE SE FAIRE EUTHANASIER ? !

LA LIBERTÉ EST-ELLE SUPPRIMÉE ? !

Quant à la personne qui a signé consciemment cette demande, pourquoi supposer qu’elle change d’avis dans le coma ? ! Et même ! (Ne serait-ce pas 1 cas exceptionnel ? !)

~~~~~~ LE CAS DE M. POISSON N’EST-IL PAS INTÉRESSANT en tant que REPRÉSENTANT « SYMBOLIQUE » DE LA VALEUR « LOGIQUE » (Rigoureuse !) DU DOCTORAT DE PHILOSOPHIE ? ! ! !

4) # # # M. Poisson à succédé à « Madame 9500 € », la présidente du Parti Chrétien-Démocrate !

Voir : Boutin: 9.500 ?/mois pour une mission - Le Figaro

https://www.lefigaro.fr › Actualité › Flash Actu

Boutin: 9.500 ?/mois pour une mission Par AFP Publié le 08/06/2010 à 20:21

Christine Boutin perçoit 9.500 euros net mensuels depuis avril pour une mission sur la mondialisation confiée par l'Elysée, révèle Le Canard enchaîné à paraître mercredi, chiffre que l'ex ministre n'a pas démenti à l'AFP, parlant de "mission très importante".
L'hebdomadaire publie un document du ministère du Travail daté du 28 avril et indiquant que Mme Boutin est employée en "qualité de chargée de mission" depuis le 1er avril, avec une "rémunération mensuelle" de 9.500 euros nets. Il ajoute que la présidente du Parti Chrétien-Démocrate (PCD, allié à l'UMP), débarquée du gouvernement en juin 2009, s'est vu mettre à disposition une "voiture avec chauffeur", des "bureaux dans le XVe arrondissement de Paris" et un "secrétariat particulier".
Contactée par l'AFP, Mme Boutin a confirmé ces informations. Le ministère du Travail n'a pas contesté l'authenticité du document diffusé par le Canard enchaîné. "Ce n'est pas une mission bidon, c'est une mission très importante, avec des rendez-vous au plus haut niveau", a justifié Christine Boutin, précisant qu'elle avait pour objectif de faire des propositions dans le cadre du G20.
Dans son entourage, on a en outre expliqué que le salaire correspondait à un "niveau statutaire dans la grille de la fonction publique", en vertu d'un décret d'application de la loi de finances rectificative du 6 août 2002. Selon cette source, la rémunération "a été fixée par le secrétariat général du gouvernement sur la base de ces textes" et "correspond au seul traitement de base, donc à l'exclusion notamment de l'indemnité de fonction". Christine Boutin a également démenti l'idée "que laisse entendre le Canard enchaîné que d'une certaine façon, je me suis fait acheter par le président Sarkozy".

~~~~~~ Ne retrouve-t-on pas la même rigueur « intellectuelle » chez l’un et-et l’autre ? ! N’étaient-ielles pas destiné.e.s à se rencontrer et fusionner ? ! ! !

5) M. Poisson et Me Boutin sont proches des catholiques traditionalistes

Meeting d'Éric Zemmour: Christine Boutin, Jean-Frédéric ...

Qui sont les soutiens du candidat ? Ce dimanche, Éric Zemmour, candidat à l'élection présidentielle, a tenu son premier meeting de campagne au Parc des expositions de Villepinte.

https://video.lefigaro.fr/figaro/video/meeting-deric-zemmour-christine-boutin-jean...

Curieusement, ces deux personnalités symboliques, si soucieuses de justice, n’ont absolument pas eu envie de réhabiliter la découvreuse de la trisomie 21 Marthe Gautier dépossédée de son travail par un de ses assistants Jérôme Lejeune ! ! ! (V. ensuite La Fondation Lejeune ! ! ! Ils sont amis)

Marthe Gautier, découvreuse de la Trisomie 21

https://www.franceculture.fr › sciences › marthe-gautier...

16 août 2018 — A Denver, en 1960, la maladie est renommée trisomie 21. C'est le docteur Jérôme Lejeune, qui s'est fait porte-parole de cette découverte, qui ...

Amen !

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. of course, ils sont contre toute avancée ! Contre l’avortement, l’IVG, Les PACS, PMA, etc. !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Proche-Orient
« L’Asphyxie », chronique de la descente aux enfers de Raqqa, devenue capitale de Daech
Le tribunal administratif de Nantes doit examiner mercredi 5 octobre un recours déposé par les avocats de notre collaborateur, le journaliste syrien Hussam Hammoud, contre le refus de visa humanitaire qui lui permettrait de partir de Turquie, où il vit sous la menace de l’État islamique. Mediapart publie les bonnes feuilles de son livre, coécrit avec Céline Martelet et publié mercredi.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Livres
« La Syrie a été un terrain d’expérimentation politique et militaire pour Poutine »
L’attention médiatique s’est détournée de la guerre en Syrie, où depuis 2015, le soutien russe à Bachar al-Assad a permis au dictateur syrien de se maintenir au pouvoir. Un ouvrage collectif veut lutter contre l’oubli et le négationnisme alors qu’un autre conflit ravage l’Europe. 
par François Bougon
Journal
Éducation : le « droit au mentorat », nouveau dada libéral du gouvernement
L’exécutif a lancé un grand plan « mentorat », doté de 30 millions d’euros, afin que 200 000 jeunes soient suivis en 2022 par des cadres d’entreprises. Si les associations impliquées se félicitent des premiers résultats, certains observateurs s’inquiètent de cette « orientation politique qui conçoit la société comme une addition d’individus responsables ».
par Sarah Nafti
Journal — Finances publiques
Budget 2023 : les communes tentent de résoudre une équation financière insoluble
Étouffées financièrement par l’inflation et peu aidées par l’État, les mairies se demandent si elles pourront boucler leur prochain budget sans avoir à fermer des services publics.
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn