Humour. Tout ne converge-t-il pas à « l ’insu de notre plein gré » ? !

De M. Payen P. Dunkerque 59140 Abonné ou ex ou … Mesdames et Messieurs les personnes contactées. Bonjour. Je ne voulais plus intervenir puisqu’ayant tout mis au clair dans un billet précédent mais ... !

Mais il se fait que vous n’avez pas encore réagi aux dernières informations concernant le soleil …

Peut-être que tout n’est qu’une histoire de rythme … OK !

Je vous livre ce que j’en ai retiré ….

(Comme il y a 3 textes, dont 2 articles de médias de 2012, 2014, sur les éruptions, placés dans les commentaires)), je ne vais pas aller plus loin, seulement signaler que ce billet n’a pas été retenu dans les Alertes Google Humour du 08/11/12 … (Pour une raison ou une autre … Changement de personnel ou …)

Humour²²² (Non 666). Le dernier doigt d’honneur (Au Soleil ...

Le dernier doigt d’honneur (Au Soleil !) et LA TOTALE ? ! 7 nov. 2020 Par Monkeyman Humour. Une mail envoyé aux médias/personnes habituel.le.s 6 nov. 2020 Par Monkeyman

https://blogs.mediapart.fr/monkeyman/blog/071120/humour-non-666-le-dernier-doigt-d..

 

Le titre de ce billet est  « Humour. Tout ne converge-t-il pas à « l ’insu de notre plein gré » ? ! » parce que différents articles relevés ce matin me semblent aller vers la nécessité du changement d’ère (Sauf que les auteurs/trices étant humanistes, cette discontinuité quantique est écartée …)

*** Voir les titres et l’ajout de quelques détails …

la-domination-masculine
Des images qui façonnent les imaginaires et les hommes, qu'a voulu étudier le chercheur Florian Vörös, sociologue, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lille.

Dans son ouvrage Désirer comme un homme, enquête sur les fantasmes et les masculinités *, celui-ci interroge ainsi la construction de la masculinité au prisme de la pornographie. Une enquête menée spécifiquement sur un public d’hommes adultes, de la vingtaine à la soixantaine, situés dans les classes moyennes et supérieures blanches sur laquelle il revient avec nous.

Ce qui est surprenant, c’est que même les hommes gays, qu’on pourrait penser du côté des minorités et des féminismes, revendiquent cette virilité masculine. 

Mais ce qui est ressortit des entretiens, c’est que le désir de virilité "hétéro" n’est pas qu’un jeu érotique, c’est aussi une adhésion et un désir d’appartenance au groupe des hommes. Dans cette version normative, l’homosexualité devient alors un espace de "vrais mecs", où le féminin est à nouveau dénigré. Les hommes gays et bisexuels ont ainsi leur propre mode de participation érotique au système patriarcal. Il n’y a, hélas, pas de véritable alliance avec le mouvement féministe. 

L’ajustement à la norme hétéro coupe les hommes de leur propre potentiel de plaisir, c’est triste.

On voit bien dans vos entretiens que ces hommes sont en quelque sorte encagés dans des fantasmes normés…

Oui je reprends cette expression de "cage des fantasmes" à l’écrivaine Wendy Delorme pour décrire la difficulté à fantasmer en dehors des stéréotypes de genre. La domination masculine est une cage confortable pour les hommes parce qu’elle flatte leur égo. Mais ils s’enferment ainsi dans un rapport très réducteur à leur propre corps et au monde qui les entoure.

* Désirer comme un homme, enquête sur les fantasmes et les masculinités, de Florian Vörös, éditions La Découverte, 162 pages, 18 euros, en vente le 5 novembre

(Puisque le mot cage est utilisé, si vous êtes curieux/euse, voyez sur Amazon.fr la vente de cages de chasteté !)

le-covid-prouve-que-levolution-nest-pas-terminee
Est-ce que l’animal progresse ?

Il progresse car aucun animal ne reste figé. Si vous regardez une communauté écologique de la savane africaine d’il y a 10 millions d’années, vous avez les ancêtres des guépards et des antilopes. Chacun a les membres un peu moins longs et ils sont un peu plus patauds. Le job des prédateurs étant de manger des proies, le guépard va privilégier les antilopes les plus faibles ou malades. Cette sélection va rendre les antilopes un peu plus fortes, ce qui fait que les guépards plus faibles vont avoir plus de mal à se nourrir. C’est ainsi qu’une optimisation s’est mise en place qui fait que la course du guépard est passée de 60 km/h à 110 km/h.

*** Le Covid prouve-t-il que nous ne sommes pas sortis de l’évolution ?

Complètement, on est en plein dedans ! Le Covid-19 est typiquement un phénomène d’agent pathogène, qu’on est allé chercher. Si j’étais un démiurge voulant punir les excès des humains, je n’aurais pas fait mieux ! Elle touche les personnes qui sont faibles et frappent partout dans le monde où les sociétés ont des faiblesses ou sont inégalitaires.

C’est assez incroyable, mais c’est un des mécanismes de la sélection naturelle. Preuve que nous ne sommes pas sortis de l’évolution.

« Chez les chimpanzés, il n’y a pas besoin d’arbitre » Insep Cherche Midi, 136 pages, 10 euros.

cest-lhomme-qui-fait-la-guerre-cest-dieu-qui-donne-la-paix
Pourquoi est-ce dans la guerre, cruelle et fascinante, que les hommes cherchent la paix ? Dans l’horreur absolue, que l’homme d’honneur essaie de maîtriser comme il peut, c’est bien Dieu qui demeure le maître, et vers lequel crie l’humanité.

« Il y a un temps pour aimer, et un temps pour haïr ; un temps pour la guerre, et un temps pour la paix »…Mentionnée ainsi par l’Ecclésiaste (Qo 3, 8), la guerre apparaît comme dans l’ordre des choses, une réalité presque banale. Il est vrai que la guerre et la paix règlent les jours et les nuits de l’histoire des peuples. Pensons à toutes ces grandes batailles qui rythment nos livres d’Histoire, qui se déclinent sur nos fresques et nos tableaux, qui se disent dans nos écrits, avec l’exaltation de l’esprit de sacrifice, de la bravoure et du courage, de la gloire et du prestige, avec l’épopée des héros victorieux ou défaits.

Pas de paix sans la guerre

De même qu’il n’y a pas de réconciliation sans le conflit ni de pardon sans l’offense, y a-t-il vraiment une paix sans la guerre ? D’une certaine manière, la guerre est, dans notre condition humaine, cette meule perpétuelle qui aiguise la soif de la paix, une fois rassasié l’appétit d’en découdre… À bien y réfléchir, il est inexact de dire que la guerre est la marque de la barbarie. Si tel était le cas, ni Rome, ni Jeanne d’Arc, ni Baudouin, le roi lépreux de Jérusalem, ne l’auraient faite ; et Bernard de Clairvaux ne l’aurait pas prêchée. Dans L’Enéide, Virgile dessine la vocation de Rome : « Romain, souviens-toi de gouverner les nations sous ta loi — ce sont tes arts à toi — et d’imposer des règles à la paix : ménager les vaincus et faire la guerre aux superbes. » Pour Virgile, c’est Rome qui dispose du temps de la guerre et de la paix. C’est la pax romana. Montesquieu, dans ses Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, décrit leur guerre comme un art de civilisation : « Les Romains se destinant à la guerre et la regardant comme le seul art, ils mirent tout leur esprit et toutes leurs pensées à le perfectionner. »

…   …   …

À Dieu, la plus haute supplication

Le Chemin des Dames, déchaînement de fer et de feu, avec ses trous d’obus dans lesquels, croyants ou incroyants, les hommes prient et meurent en pensant à leur mère. Assurément, il n’y a pas de prière plus intense ni plus belle que celle de l’effroi et de la mort. C’est alors que des entrailles de la guerre monte la plus déchirante des supplications, celle qui fléchit le cœur de Dieu : « Donne-nous la paix… ».

Chronique publiée en partenariat avec Radio Espérance, 4 novembre 2020.

chasseuses-dans-la-prehistoire
L’activité de chasse composée de 30 à 50 % de femmes

Pour l’équipe d’archéologue, le constat est donc bien clair que « la chasse ancestrale de gros gibier était non-genrée ou quasiment » : il y avait autant ou presque autant de femmes à la chasse que d’hommes. Les auteurs associent par ailleurs leur trouvaille aux autres études allant en ce sens. « Un certain nombre d’études confirment l’affirmation selon laquelle les constructions modernes de genre ne reflètent souvent pas du tout les constructions passées. » Ils mettent ainsi l’accent sur comment se libérer des biais de genre dans l’analyse archéologie permet de délivrer des connaissances bien plus précises culturellement sur le passé étudié — la division genrée n’a rien d’un comportement ancestral systématique

sauveurs-despeces-probleme-et-solution
Des milliers d’espèces animales et végétales disparaissent à un rythme effréné. L’être humain en est le principal responsable mais il peut aussi réparer ses erreurs.

Par Nebia Bendjebbour  Publié le 07 novembre 2020 à 17h00    L’OBS

« Nous ne sommes qu’une espèce parmi d’autres »

A qui la faute ? L’être humain est le principal responsable : déforestation, pollution, monoculture… Mais il peut aussi réparer ses erreurs. La priorité est donc de sensibiliser le grand public : « Nous dépendons de la nature. Nous ne sommes qu’une espèce parmi d’autres », rappelle l’éthologue Jane Goodall qui commente ce très riche et passionnant documentaire. Cette fervente avocate des espèces menacées depuis plus de soixante ans poursuit :

« Nous détruisons notre propre avenir et celui de nos enfants. Tout est interconnecté

 

Kamala Harris, première présidente noire des États-Unis ?  (Bientôt … ? !)

Courrier international - Publié le 08/11/2020

encor-80-pc-du-vivant-a-decouvrir

L’article qui suit souligne que ledit humaniste Zemmour ne se bat pas contre des moulins à vent comme Don Quichotte mais en est resté au Moyen-âge, au cartésianisme, aux batailles entre armées, voire à la stratégie qu’il employait quand il jouait à organiser des batailles avec ses petits soldats de plomb …

Le second signale que les transgressions se multiplieront toujours plus et désorganiseront tout en installant l’insécurité tous azimuts …

zemmour-tribunaux-submerges

  1. N. B. 1) Si jamais l’éruption solaire improbable, hors-norme, arrivait, je serais ravi dans le sens où la structure qui gère l’Univers aurait décidé de supprimer cette espèce de prétentieux mâles raisonnant comme des gamins et fiers de l’être, vivant aisément parce que privilégiés mais au milieu de l’indignité planétaire, sans qu’on puisse les juger, les condamner puisque leur génome est ce qu’il est !

Un Macron, un Villani, un Alex Kahn, etc., ne sont-ils pas tous humanistes ? !

N’ont-ils pas tous enterré les fondamentaux : le bilan de 2005 (Génome), celui de 2011-12 (Néocortex) ? !

(Quand on apprend que Le Vertical PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE qui se définit comme « L’ANTI-RIEN » ose exprimer en plein débat, devant des milliers de personnes, qu’il n’aime pas le mot « Pénibilité « parce que cela pourrait laisser croire qu’un travail puisse être pénible, ne reste-t-il pas à « se barrer » ? ! A quitter cette Cour des miracles ? !

Et pourtant ou plutôt en tant que confiormation², qui a réagi ? ! ! ! ! ! !)

[Vidéo] Macron “n'adore pas le mot pénibilité” : la petite ...

Macron a dit à Rodez « J’aime pas le mot « pénibilité » car cela voudrait dire que le travail est pénible » Je t’invite à monter 200 portières de bagnoles chaque jours pendant 43ans en 4x8 chez PSA...

https://www.lesinrocks.com/2019/10/04/actualite/politique/video-macron-nadore-pas-le

Est-il étonnant qu'il ait échoué 2 fois de suite au concours d’entrée à Normale-sup ? ! ! ! ! !

L’effet du grain de sable (Le 1ier d’une série de virus venant du froid) annoncé en 2011-12, DONC CONNU DE TOUS/TOUTES LES SURDOUÉ.E.S depuis 8/9 ans, par ex. Ms. VILLANI, KAHN, *** en ont-t-ils parlé ? ! ! ! Eh non ! CHUT ! ! !

Un humaniste n’est-il pas comme un islamiste ? ! Totalement inféodé par son dit dieu ? ! ! !

Et les humanistes détruiront la planète ! Ne peuvent plus rien faire, sont sur le TITANIC 2 ! ! !

A quoi peut-il servir de discuter avec un humaniste ? ! Puisqu’il refuse d’accepter que structurellement, c’est un « pauvre d’esprit » qui raisonne en dimension 3 et de manière cartésienne !

Bien sûr que je suis un pauvre d’esprit mais, moi, je n’en suis pas fier ! Je prends conscience que ma réincarnation m’a conduit à devoir revenir sur cette planète infernale. Je me contente donc d’essayer d’être zen. J’attends le départ vers le cycle suivant patiemment puisque ne souffrant pas corporellement …

En passant, cela n’a rien à voir avec ce qui précède mais …

En supposant que les ovnis existassent, donc qu’il y eût des extraterrestres qui vinssent se balader, eût-il été possible de croire qu’ils/elles dépensassent x années lumières pour observer ces « cons » d’homo sapiens comme d’autres homo sapiens vont visiter les zoos ? !

Non ! Leurs véhicules dépassassent de loin cette vitesse soi-disant limite ! (Cette connerie pour épingler une fois de plus les dits cultivés !)

Nos théories seraient plus proches de celles du Moyen-âge que de la réalité …

C’est conforme avec le bilan de 2005 !

Bonne fin de quaternaire, éventuellement de mois de décembre !

Qui vivra verra !

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. 2) L’échec de Trump, si elle n’entraînait pas une mise à mal de la société, serait un échec pour les écologistes planétaristes !

D’autant plus que Me. Kamala Harris pourrait devenir présidente bientôt … ! Et tempérer, freiner, la désagrégation de l’Ensemble !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.