Humour.Quand des artistes/acteur/trice.s se déplacent en Opérabus dans les villages !

L’Opérabus sillonne, dans le Cambrésis, des villages en musique jusqu’à la fin du mois. Voix du Nord du 11/08/21  Ce canton s'intéresserait-il plus que d'autres de ses habitant.e.s (Dans les villages) tenu.e.s plus que d'autres à l'écart ... ? !

Retenu dans les alertes Google humour du 12/08/21 :

artistes-operabus

L’Opérabus est une salle d’opéra mobile unique en France. Harmonia Sacra s’y produit pour des concerts d’une quarantaine de minutes.

loperaabus-dans-le-cambresis

L’Opérabus a démarré sa tournée le 2 août à Catillon-sur-Sambre ; il ira jusqu’à Cambrai le 27. Et entre-temps il s’arrêtera pour une journée ou une demi-journée : le 11 à Saulzoir, le 12 à Busigny, le 13 à Paillencourt, le 16 à Carnières, le 17 à Marcoing, le 18 à Bermerain,

le 19 à Honnecourt-sur-Escaut, le 21 à Neuville-Saint-Rémy,

le 23 à Doignies, le 24 à Villers-Outréaux, le 25 à Viesly,

le 26 aux Rues-des-Vignes.

 

Le principe ? Comme le camion (bleu) France Services du Département qui sillonne les zones rurales pour y faciliter les démarches administratives, l’Opérabus se déplace avec son chargement de culture.

 

interieur-operabus

Une vraie salle de spectacle itinérante avec fauteuils rouges, parquet, moulures.

Quand le rideau s’ouvre apparaissent les musiciens de l’ensemble baroque de Valenciennes Harmonia Sacra.

Une trentaine de places sont disponibles à chaque séance.

À 10 h, 11 h 30, 14 h et 15 h 30, sauf à Paillencourt, Neuville-Saint-Rémy et à l’école supérieure d’art de Cambrai : le matin uniquement.

Gratuit, réservation conseillée au 07 66 02 27 58. www.operabus.fr

Payen Pierre (Dunkerque)

 Voir des bus permettant aux personnes faibles, aux "RIENS", de vire un peu moins mal !

! ! OUI MONSIEUR MACRON !

camions-bleus-cambresis

Même processus pour vacciner les personnes ayant des difficultés ... :

vaccibus-cambresis

En passant, si M. Macron ou plutôt ses Services de surveillance lisent (Ce qui est certain puisqu’un article, hier, a été censuré : v. les 2 billets précédents ! ! !), ne pourraient-ils pas lui transmettre quelques questions :

Choisit-on d’être pauvre, riche, intelligent.e, fainéant.e, beau/belle, pas beau/belle, handicapé.e, normal.e, anormal.e, doué.e, capitaine-corsaire, con, etc. ? !

Dans tous les cas, pour lui qui est intellectuel et-et philosophe et-et Jupiter et-et Einstein pour qu’il y ait des riches, ne faut-il pas qu'il y ait des non-riches ? ! Etc. ! ! !

Oser affirmer ici que la "méritocratie" n’a rien à voir dans ce cas, mérite-t-il la torture comme au temps de l’Inquisition du Moyen-âge (La période où la "méritocratie" fit florès !

! ! ! Voir le livre de Sandrine Victor, chercheuse, maître de conférences en Histoire médiévale, spécialiste de l’histoire économique et sociale du bas Moyen Âge, qui vient de publier « Les fils de Canaan. L’esclavage au Moyen âge » Ed Vendémiaire, février 2019.

Mais encore, M. Macron n’aime pas certains mots !

Il n’aime pas ou n’adore pas le mot pénibilité parce que cala laisse croire qu’un travail peut être pénible !

Après les "fainéants" et les "illettrés", Macron récidive ...

En déplacement à Rodez ce jeudi 3 octobre, Emmanuel Macron avait pour objectif de lancer sa grande consultation citoyenne sur la réforme des retraites. Seulement, le Président des riches a une nouvelle fois dénigré les travailleurs, affirmant ne « pas adorer le mot de 'pénibilité' parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible.

https://www.revolutionpermanente.fr/Apres-les-faineants-et-les-illettres-Macron...

A coup sûr, il ne doit pas aimer le mot « con » parce que ….. ! ! !

Bientôt, les riens ne l’appelleront-ils pas, vu ses avancées, le Einstein de l’écologie ? !

Dans sa campagne présidentielle, devrait figurer « Pour qui voter sinon pour Einstein ? ! »

Quel crâne ! Quel intellectuel ! Quel « Et-Et » ! Un QI de 200 ? ! Son épouse n’en revient pas ! Ne sait plus quoi dire ! Sinon, va moins vite ! Garde des idées pour après 2022 !

 

tweet-operabus

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.