Humour. L’everestiste de « Brigitte » a décidé le sport extrême !

(Je prends encore la plume mais le moment n’est-il pas exceptionnellement HISTORIQUE et prochainement exportable au niveau de la planète ? !) Des « psy » ont récemment expliqué que la conquête de Brigitte l’avait persuadé qu’il était « L’INVINCIBLE », d’où, notamment, l’entrée près du Louvre en JUPITER 2 et non pas en Kennedy ! *** RIEN NE L’ARRÊTERA PLUS !

*** Il veut prouver à BRIGITTE qu’il peut FAIRE ENCORE MIEUX, QU’IL EST LE MEILLEUR ! JUPITER !

IL VEUT BOUSCULER LA FRANCE ! CASSER TOUT DE QUI LE DÉRANGE !

Sa première démarche consista lors de la cérémonie de l’investiture, le 14 mai 2017, fut de remonter les Champs-Elysées en voiture militaire.

[Voir aussi le limogeage tumultueux du chef d’état-major des armées : Pierre de Villiers]

Dans Chronique d’une débâcle, Jean-Christophe Cambadélis écrit : « La veille de la nomination du gouvernement Valls I, le ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement attend dans l’antichambre [de Matignon, ndlr]. Emmanuel Macron sort du bureau de Manuel Valls, embrasse Le Foll et lui glisse, amer : « Je m’en vais, mais je reviendrai. J’attaquerai tout cela au pic à glace ». Il était fâché de n’avoir pu être nommé ministre.

SA DERNIÈRE :  Trop de Français n'ont pas le sens de l'effort, dit Macron

11 janvier 2019 Par Agence Reuters  Mediapart

Trop de Français n'ont pas le sens de l'effort, ce qui explique en partie les "troubles" que connaît le pays, a déploré vendredi Emmanuel Macron, sans évoquer directement la crise des "Gilets jaunes".

  • PARIS (Reuters) - Trop de Français n'ont pas le sens de l'effort, ce qui explique en partie les "troubles" que connaît le pays, a déploré vendredi Emmanuel Macron, sans évoquer directement la crise des "Gilets jaunes".

A la veille d'une nouvelle journée de manifestations, le chef de l'Etat a fait l'éloge du travail en recevant des boulangers à l'Elysée, en soulignant les réformes menées dans ce domaine depuis le début de son quinquennat, notamment sur l'apprentissage, et celle à venir de l'assurance chômage.

"Notre jeunesse a besoin qu’on lui enseigne un métier, des gestes, des savoirs, le sens de l’effort et le sens de cet engagement qui fait qu’on n'a rien dans la vie s’il n’y a pas cet effort", a-t-il déclaré.

"Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus, liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut obtenir sans que cet effort soit apporté, que parfois on a trop souvent oublié qu’à côté des droits de chacun dans la République (...) il y a des devoirs."

S’il n’y a pas ce sens de l'effort, "notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion", a-t-il poursuivi.

Les gilets jaunes n’ont aucune illusion à se faire !

Assisté par ses shérifs, plus la tension s’intensifiera et plus, avec son staff, il calculera une stratégie extrême, en passant par l’Armée !

Il veut devenir supérieur à tous les anciennes personnalités célèbres !

Rentrer en tête dans tous les livres d’Histoire de la planète !

*** Mesdames et Messieurs les GILETS JAUNES : « Vous avez fait vos jeux ! Tout est joué, rien ne va plus ! » 

S’il y a toujours plus de « Raptags », c. à d. des gens n’ayant plus « Rien À Perdre mais Tout À Gagner » en protestant, revendiquant le droit de vivre « dignement », LUI AUSSI EST DEVENU LE « RAPTAG ² » qui ne peut plus se permettre d’échouer devant sa BRIGITTE !

Nonobstant les condamnations de Freud par Michel Onfray, dans ce cas précis, je suis sûr que son diagnostic serait correct !

Pour terminer dans une sorte d’humour symétrique, M. Moix, lui aussi traumatisé pendant l’enfance et l’adolescence, ne peut plus souffrir des corps de femme de plus de 50 ans !

« A 50 ans, je suis incapable d’aimer une femme de 50 ans. Je trouve ça trop vieux ». Yann Moix s’est confié au magazine féminin Marie Claire, ajoutant que, sans le dégoûter, les corps des femmes de plus de 50 ans étaient à ses yeux « invisibles », qu’il préférait « le corps des femmes jeunes » parce que « le corps d’une femme de 50 ans n’est pas extraordinaire du tout ».

 Eh oui, pour lui, tout le problème de l’amour se résume à un étiquetage de viande plus ou moins vieille !  50 ans, non ! Défraîchi ! À jeter !

Curieux !

Et une invitation à M. Michel Onfray !

Dans les 2 cas, n’a-ton pas affaire aux conséquences d’un traumatisme sexuel pendant l’enfance ? !

Pourquoi, après « Sagesse » (Savoir vivre auprès d’un volcan), pour changer un peu, le temps de s’offrir un peu de plaisir épicurien, ne se pencherait-il pas sur ces deux cas et n’extrapolerait-il pas sur notre civilisation en perdition ? !

Amen

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. D’Altermonde-sans-frontières :

Benalla" au commandant Andrieux aurait été convoqué par la police

Samedi 12 janvier 2019

prix-benalla-photo

Michel-Ange Flori a annoncé avoir été convoqué au commissariat de Toulon pour s’expliquer sur ses messages affichés sur des panneaux publicitaires dans l’aire toulonnaise. L’afficheur varois s’est fait connaître en utilisant régulièrement ses panneaux publicitaires pour exprimer ses points de vue, notamment sur l’actualité.

Son dernier message, affiché dans l’aire toulonnaise, vise le policier mis en cause après que des vidéos de violences ont circulé sur les réseaux sociaux après la manifestation des Gilets jaunes, ce samedi à Toulon. Plusieurs plaintes ont été déposées et une enquête est en cours. L’officier de police s’est défendu de tout usage disproportionné de la force. Son avocat, évoquant "un contexte de tensions extrêmes", a produit une vidéo où son client est lui-même frappé par des manifestants.

"Liberté d’expression"

De son côté, Michel-Ange Flori a fait placarder des affiches sur lesquelles il attribue le "prix Benalla à Didier Andrieux commandant de police à Toulon". L’afficheur a affirmé ce mercredi avoir été convoqué au commissariat de Toulon pour s’expliquer sur cette publication. "J’ai répondu que je m’exprimais dans le cadre de la liberté d’expression et que je n’avais rien d’autre à déclarer", a indiqué l’afficheur contacté par Var-Matin.

Et d’ajouter : "Je suis quand même étonné qu’une vingtaine de policiers équipés de gilets pare-balles se trouvaient en bas de chez moi alors que j’avais accepté de répondre à la convocation téléphoniquement." Les sources policières contactées par Var-Matin restaient injoignables ce mercredi.

varmatin.com

les-reactions-macronistes
toujours-plus-dordre-cest-comme-ca-qut-tout-doit-marcher

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.