Humour. Et si M. Macron se préparait pour 2017 en jouant sur la transparence, le « vrai » ? !

Peut-être que son passage sur France2 dans « Des paroles et des actes » (Ce soir jeudi 12 mars 2015) apportera des précisions mais ... ? !

Son angle d’attaque, d’après ce qui apparaît ensuite, n’emprunte-t-il plutôt la ringardise et l’élimination implicite ? !

 (Le masculin neutre sera utilisé ...)

1) Quoi de plus moderne que d’avouer franchement ce qu’on était avant d’avoir changé ? !

« D’une certaine manière, [quand on est banquier) on est comme une prostituée. Le boulot, c’est de séduire » (V. l’article de Économie-matin placé à la fin en *)

OU : Mes chers concitoyens, voilà ce que j’étais avant ! OUI, OUI ! Un banquier, une prostituée !

J’ai gagné énormément d’argent et donc, étant maintenant à l’abri, en dehors de toute vénalité, j’ai décidé d’ouvrir une autre page ! Celle de : « L’honnêteté au service de mon pays, la France ! »

« Ça a de la gueule » par rapport ;

-au « Le changement c’est maintenant » (Traduction : « C’est moi, l’amaigri momentané, le faux svelte, qui s’est  privé de tout ce qui lui plait pour mieux VOUS RACOLER et TROMPER » (Noter grand philosophe M. Onfray dirait « BAISER » puisque le terme n’est pas injurieux mais familier) ;

-au « Moi président » ..., je serai « normal », c. à d. je redeviendrai comme avant, normal, gros, Flanby, Guimauve le conquérant, Fraise des bois Tagada, etc. !

Effectivement, quand on désire être élu, comment procéder autrement qu’en essayant de séduire, de jouer la pute ? !

Et une fois la récompense obtenue, comment ne pas être tenté de prolonger l’expérience ? !

2) Que va donc inventer notre PÉPÈRE ? !

3) Et, toujours d’après le philosophe préféré de M. Sarkozy (M. M. Onfray), d’après le passage indicé en **, quelle forme va prendre la campagne de notre « CRÉTIN » ? !

(C’est à lui qu’il a confié en 2007, avant le face-à-face, à M. M. Onfray : « Je n'ai jamais rien entendu d'aussi absurde que la phrase de Socrate : Connais-toi toi-même »(V. sur Internet :Entretien Onfray-Sarkozy : Pouvoir et Psychopathie)

À noter aussi que ce surdoué n’a pas tout livré, laissant sans doute aux journalistes le soin de compléter ! D’après le Petit Robert, éd. 2000 : n.-1750 ; valaisan crétin, var. de chrétien « innocent »...)

 *) Paolo Garoscio 10-03-2015 http://www.economiematin.fr/index.php

Emmanuel Macron touchait jusqu'à un million d'euros par an lorsqu'il
était banquier chez Rotschild

Comment a-t-il osé ? Le ministre de l'Economie, qui a été également un banquier au salaire de millionnaire chez Rotschild a-t-il vraiment dit, que les banquiers sont des putes ? Non, en fait il n'a pas dit ça. Comme il donnait une interview au Wall Street Journal il ne pouvait certainement pas utiliser des mots insultants. Il a donc préféré le terme "prostituée"... Oui, c'est pareil.

Emmanuel Macron : le banquier qui attaque... le métier de banquier ?

Ce n'est qu'une anecdote que celle relatée par le Wall Street Journal : au cours d'une interview donnée lors de son séjour à Las Vegas le ministre de l'Economie français s'est un peu lâché. Un peu beaucoup même.

Pas étonnant alors qu'aux Etats-Unis le politiquement correct est loin de faire partie du quotidien des personnalités publiques... mais la comparaison qu'il a faite ne devrait guère être appréciée par les banquiers de France qui ne sont autres que ses anciens collègues.

" D’une certaine manière, [quand on est banquier] on est comme une prostituée. Le boulot, c’est de séduire" a déclaré Emmanuel Macron. On est déçus, on aurait aimé un peu plus de détails. Après le "séduire" il y a quoi ?

Sans compter qu'Emmanuel Macron ne considère sans doute pas que les banquiers sont comme une "prostituée" de rue, pas chère, issue des réseaux clandestins d'Europe de l'Est ou de Chine. Rappelez-vous : il aurait gagné plus de 2,5 millions d'euros entre 2008 et 2012.

**) INTERVIEW E1 - Le philosophe, attaqué dimanche par Manuel Valls, a répondu au Premier ministre sur Europe

"Il n'a rien lu du tout". "Je ne lui réponds rien du tout parce qu'il n'a rien lu du tout", a déclaré Michel Onfray. "Ses fameux conseillers en communication ont dû lui fabriquer une petite fiche, ils n'ont pas compris ce que j'avais écrit". Le philosophe a rappelé la teneur de ses propos : "j'ai dit que je préférais une idée juste d'Alain de Benoist à une idée fausse de Bernard-Henri Lévy, et que si l'idée était juste chez Bernard-Henri Lévy et fausse chez Alain de Benoist, je préférerais l'idée juste de Bernard-Henri Lévy. Donc, je n'ai jamais dit que je préférais Alain de Benoist à Bernard-Henri Lévy".

"Ça s'appelle un crétin". "Je fais juste mon travail de philosophe en disant que je préfère une idée juste, et mon problème n'est pas de savoir si cette idée juste est de droite ou de gauche", a poursuivi Michel Onfray. "J'ai l'impression que Manuel Valls pense le contraire, c'est à dire qu'il préfère une idée fausse, pourvu qu'elle soit de gauche, à une idée juste si elle de droite". Et le philosophe d'ajouter : "j'ai vérifié dans le dictionnaire, ça s'appelle un crétin. Ce n'est pas insultant, c'est familier". Pour lui, il s'agit "d'un personnage qui vous fait tenir des propos que vous n'avez pas tenus, et qui se contente de lire les petites fiches" de ses conseillers, des "petits gominés trentenaires".http://www.europe1.fr/  ... modifié le 09 mars 2015

Amen

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. Le terme « crétin »ma paraît totalement déplacé, surtout de la part d’un soi-disant philosophe ! M. Valls me semble bien plus sérieux, moins corrompu,  que la plupart ... !

(Je ne crois pas qu’il trinque avec les autres « grosses » pointures (pondérales !) de la dite Gauche à la santé des « Sans-dents » !)

Inversement, je comprendrais mieux qu’un jeune  range M. Onfray parmi les « bouffons » ...

Mais deux crétins permettent de conclure en ramenant la paix !

Le premier aurait déclaré : « Pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23.34) 

Le second, Freud, son grand Satan ou diable ou imposteur qu’il identifie et confond peut-être avec son père (a priori non accueillant, non chaleureux ...  (Voir le problème de l’Œdipe non résolu ?) a très bien expliqué qu’il n’est pas possible de condamner des gens irresponsables ou/et inconscient

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.