Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

2854 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 févr. 2020

Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

Humour. Un investissement positif : les bars à oxygène !

D’ici quelques années, si vous possédiez un local en centre vile muni d’appareils individuels permettant de respirer un air non pollué, vous pourriez faire fortune ! En plus, votre entreprise pourrait fonctionner 24/24 !

Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Inde, les plus riches paient 6 euros pour respirer de l'air sain pendant 15 minutes

https://www.gentside.com/

Depuis de longues semaines, le nord de l’Inde suffoque sous un épais nuage de pollution. A New Delhi, la concentration en particules fines dans l’air atteint des niveaux records, profitant à de nouveaux business : des bars à oxygène. On y vend un air sain et pur à des clients désemparés.

Douleurs à la gorge, toux chronique, yeux qui piquent, maux de tête, difficultés respiratoires… Des millions d’Indiens souffrent depuis fin octobre, enveloppés dans un épais brouillard toxique. Le 3 novembre, la mégalopole New Dehli a atteint un pic de pollution historique avec plus de 1 000 microgrammes de particules fines par mètre cube d’air… L’Organisation mondiale pour la santé (OMS) recommande de ne pas en dépasser 25 en moyenne journalière.

Dans ce cauchemar irrespirable, des poches se remplissent : des bars à oxygène promettent en échange de 500 roupies (environ 6,5 euros) de respirer 15 minutes un cocktail d’oxygène, aux goûts variés comme lavande, citronnelle, menthe. A "Oxy Pure," les clients s’attachent des tubes et repartent rassurés, avec l’impression de plus avoir la gorge irritée.

"Cela détoxifie le corps et réduit l'impact de la pollution et de tout le carbone que vous inhalez. Cela dynamise également le corps et vous rend plus détendu," estime le gérant, interviewé par Euronews.

Payer une fortune pour respirer

Une bouffée d’air frais qui représente une fortune pour une grande partie de la population. Dans les rues, beaucoup ne portent même pas de masque de protection car ils n’ont pas moyens d’en acheter, raconte Le Monde. "Un masque de moyenne qualité coûte 300 roupies (3,80 euros), une fortune pour ceux qui vivent avec moins de 4 000 roupies (50 euros) par mois," relate le journal.

Les inégalités sociales ne sont que démultipliées face à la pollution. Ce sont les plus pauvres qui subissent. Sur les réseaux sociaux, l’annonce de ces bars à oxygène indigne. Payer pour respirer de l’air sain, "la science-fiction devient réalité," résume un internaute.

D’autant plus qu’en Inde, l’environnement n’est qu’un sujet mineur, la pollution n’est clairement pas la priorité des hommes politiques. Au début du mois, le ministre de la Santé recommandait ainsi aux citoyens, touchés par le nuage de pollution, de "manger des carottes." Sur Twitter, des internautes l’avaient violemment interpellé, appelant à des mesures d’urgence, "Quelle honte. Les gens peuvent développer de l’asthme et des cancers parce que vous ne faites rien et vous voulez que nous mangions des carottes."

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. Ces sortes de publicités et-et conseils qui pourraient sortir d’ici quelques années ne seraient que des fake news !

La traduction serait en réalité du type « Voir Venise et mourir » !

N’est-il pas clair qu’à proximité de ces Magasins de santé, des « riens », chômeurs/euses, démuni.e.s, n’ayant plus rien à perdre mais tout à gagner (Raptag) attendraient la sortie de ces riches pour les dépouiller et plus ? !

Conséquemment, ces riches n’acquerraient-ils/elles pas des machines ad hoc chez eux/elles ? !

Des mini appareils individuels ne seraient-ils pas inventés et mis sur le marché ? !

Au lieu des vols des smartphones et autres trucs dans les rues, ces « sources de vie » ne deviendraient-elles pas des centres d’activités délictueuses et-et commerciales toujours plus dingues ? !

Tout ceci un peu avant la fin d'ère !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet d’édition
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement