Humour. Un investissement positif : les bars à oxygène !

D’ici quelques années, si vous possédiez un local en centre vile muni d’appareils individuels permettant de respirer un air non pollué, vous pourriez faire fortune ! En plus, votre entreprise pourrait fonctionner 24/24 !

En Inde, les plus riches paient 6 euros pour respirer de l'air sain pendant 15 minutes

https://www.gentside.com/

Depuis de longues semaines, le nord de l’Inde suffoque sous un épais nuage de pollution. A New Delhi, la concentration en particules fines dans l’air atteint des niveaux records, profitant à de nouveaux business : des bars à oxygène. On y vend un air sain et pur à des clients désemparés.

Douleurs à la gorge, toux chronique, yeux qui piquent, maux de tête, difficultés respiratoires… Des millions d’Indiens souffrent depuis fin octobre, enveloppés dans un épais brouillard toxique. Le 3 novembre, la mégalopole New Dehli a atteint un pic de pollution historique avec plus de 1 000 microgrammes de particules fines par mètre cube d’air… L’Organisation mondiale pour la santé (OMS) recommande de ne pas en dépasser 25 en moyenne journalière.

Dans ce cauchemar irrespirable, des poches se remplissent : des bars à oxygène promettent en échange de 500 roupies (environ 6,5 euros) de respirer 15 minutes un cocktail d’oxygène, aux goûts variés comme lavande, citronnelle, menthe. A "Oxy Pure," les clients s’attachent des tubes et repartent rassurés, avec l’impression de plus avoir la gorge irritée.

"Cela détoxifie le corps et réduit l'impact de la pollution et de tout le carbone que vous inhalez. Cela dynamise également le corps et vous rend plus détendu," estime le gérant, interviewé par Euronews.

Payer une fortune pour respirer

Une bouffée d’air frais qui représente une fortune pour une grande partie de la population. Dans les rues, beaucoup ne portent même pas de masque de protection car ils n’ont pas moyens d’en acheter, raconte Le Monde. "Un masque de moyenne qualité coûte 300 roupies (3,80 euros), une fortune pour ceux qui vivent avec moins de 4 000 roupies (50 euros) par mois," relate le journal.

Les inégalités sociales ne sont que démultipliées face à la pollution. Ce sont les plus pauvres qui subissent. Sur les réseaux sociaux, l’annonce de ces bars à oxygène indigne. Payer pour respirer de l’air sain, "la science-fiction devient réalité," résume un internaute.

D’autant plus qu’en Inde, l’environnement n’est qu’un sujet mineur, la pollution n’est clairement pas la priorité des hommes politiques. Au début du mois, le ministre de la Santé recommandait ainsi aux citoyens, touchés par le nuage de pollution, de "manger des carottes." Sur Twitter, des internautes l’avaient violemment interpellé, appelant à des mesures d’urgence, "Quelle honte. Les gens peuvent développer de l’asthme et des cancers parce que vous ne faites rien et vous voulez que nous mangions des carottes."

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. Ces sortes de publicités et-et conseils qui pourraient sortir d’ici quelques années ne seraient que des fake news !

La traduction serait en réalité du type « Voir Venise et mourir » !

N’est-il pas clair qu’à proximité de ces Magasins de santé, des « riens », chômeurs/euses, démuni.e.s, n’ayant plus rien à perdre mais tout à gagner (Raptag) attendraient la sortie de ces riches pour les dépouiller et plus ? !

Conséquemment, ces riches n’acquerraient-ils/elles pas des machines ad hoc chez eux/elles ? !

Des mini appareils individuels ne seraient-ils pas inventés et mis sur le marché ? !

Au lieu des vols des smartphones et autres trucs dans les rues, ces « sources de vie » ne deviendraient-elles pas des centres d’activités délictueuses et-et commerciales toujours plus dingues ? !

Tout ceci un peu avant la fin d'ère !

 

blanchisseie-balkany

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.