Humour. Sans écouter les infos (Iran, Russie, Covid, etc., des indices ! ! !

Pourtant ce ne sont que des petits faits publiés par un journal régional : LA VOIX DU NORD du 14/04/21 ...

1) Une illustration de la vision du Mouvement des Colibris (Voix du Nord 14/04/21)

Au lycée Paul-Duez de Cambrai, « Le Hublot », magazine lycéen centré sur l’écologie, vient de sortir son numéro 50. « La Voix du Nord » et Ta Voix publient cette semaine   cinq articles d’élèves. Aujourd’hui, un article sur la mode circulaire (2/5). 

Cambrai

Accablés par les images de catastrophes naturelles, que pouvons-nous faire ? Se lamenter ou essayer de faire bouger les choses ? Florent Liénard a opté pour la deuxième solution !

Originaire de Cambrai, il a travaillé dans le design d’applications mobiles. En 2018, le jeune chef d'entreprise décide de créer sa marque de vêtements écoresponsables.

2) *** ! ! ! « La mode est la deuxième industrie la plus polluante du monde, nous confie Florent Liénard.

Elle consomme énormément d’eau, contribue aux émissions mondiales de gaz à effet de serre avec 1,7 milliard de tonnes de CO2 par an, se plaçant juste derrière l’industrie du pétrole. »

Elle rejette 20 % des eaux usées mondiales. Le coton vient d’Asie et d’Afrique ce qui rallonge les trajets donc accentue la pollution de l’air. Il faut pouvoir changer les méthodes de confection au plus vite ! 

Des sweats 100 % écoresponsables

La marque Héro (« Air et eau »), fondée par Florent Liénard, propose des sweats 100 % écoresponsables.

Ils sont fabriqués grâce à des chutes de tissu et des bouteilles en plastique, recyclées en Espagne. 

Elles y sont lavées, broyées et fondues pour créer un fil associé à un autre fil de coton, recyclé avec les chutes de tissu.

La confection se fait dans la Loire et le tissage dans la Somme.

Ce trajet d'environ 1 500 km peut encore paraître long. Mais un sweat fabriqué à bas coût en Asie du Sud parcourt au minimum 8 200 km avant d’être vendu dans nos boutiques.

Pour chaque sweat Héro, seulement 50 litres d’eau sont nécessaires, au lieu des 8 000 litres pour un sweat basique.

Pour l’instant, Héro ne propose qu’un seul modèle, décliné en six couleurs au prix unique de 79 €.

Enfin, en achetant un sweat, le consommateur finance l’accès à l’eau potable pour trois personnes en Birmanie : l’association française PASDB (Pour une Action Sociale Durable en Birmanie) récupère et filtre l’eau sale.

Par nos achats, nous pouvons contribuer à changer le monde à notre échelle.

Les articles ont été légèrement raccourcis pour satisfaire les besoins de la maquette de La Voix du Nord. Pour les lire en totalité, c’est ici : lehublot.paulduez.org.

3) Le mouvement anti-Colibris de 2005 toujours plus en marche ! (Il se rapproche de la découverte du Bilan de 2005 concernant notre génome ! Bien sûr, celui-ci a été enterré ! CHUT ! PUISQUE NOUS SOMMES LES MEILLEURS (mâles !) 

Ils défoncent sa porte pour interpeller son petit-fils qui dort... en prison LOUVROIL 

PAR MORAD BELKADImaubeuge@lavoixdunord.fr

Vers 6 heures hier, les militaires ont défoncé la porte d’entrée d’un retraité louvroilien, alors qu’ils cherchaient à interpeller son petit-fils de 19 ans... détenu à la prison de Valenciennes depuis une semaine !  

C’est un réveil des plus terrifiants qu’a connu ce Louvroilien de 75 ans, hier matin. « Je pensais qu’on m’attaquait, il y a eu un vacarme énorme, j’en tremblais. » Il est à peine 6 heures, le retraité sort de sa salle de bains, quand sa porte d’entrée est pulvérisée sous ses yeux. Un groupe de gendarmes déboule manu militari dans le salon. Tout est allé très vite. Le déroulé est encore confus dans la tête du locataire des lieux, effrayé, mais il sait que les militaires ont fouillé tout le domicile pendant que d’autres guettaient à l’extérieur.

Lorsqu’ils ont compris leur erreur, la tension est retombée d’un cran à l’intérieur de la maison. « Ils ont vu que je n’étais pas bien, assure le Louvroilien. Ils m’ont proposé de m’asseoir, mais j’étais tellement énervé que j’ai refusé. Je n’ai même pas eu d’excuses, ils sont partis en laissant la porte démontée. » C’est un technicien de la ville qui est intervenu un peu plus tard pour visser une planche de bois à l’entrée. Le groupement de gendarmerie précise que l’ensemble des dégâts seront remboursés par la justice. Le retraité, lui, reste encore choqué.

4)e La stricte application du Bilan de 2011 à propos du néocortex !  Et bien sûr, ce n’est qu’un tout petit début !

Des cyberattaques (En passant par des éruptions solaires !) pourraient tout paralyser et conduire à la famine, les massacres, etc. !

Des abonnés fibre SFR au bord de la crise de nerfs (Ce document est en relation directe avec le mode de fonctionnement d’un appareil complexe, tel le néocortex, analysé en 2011 (V. la « redondance ») !

PAR MORAD BELKADImaubeuge@lavoixdunord.fr

Plus de connexion Internet ni de télé, c’était le quotidien d’abonnés SFR ces dernières semaines.

Depuis plusieurs semaines, le réseau fibre SFR se montre plus que capricieux dans de nombreuses villes sambriennes. En particulier à la nuit tombée, où les abonnés peinent à accrocher une connexion stable. De son côté, l’opérateur dit avoir identifié la source du problème. 

SAMBRE.

Quand on est influenceuse spécialiste des produits de beauté, mieux vaut avoir un réseau Internet solide pour s’adresser à sa communauté. « Mais je n’en peux plus », soupire Sylvie Odin.

Cette Maubeugeoise, très active sur les réseaux sociaux, s’arrache les cheveux à cause de bugs répétés sur sa box SFR. « C’est tous les jours la même chose, reprend cette abonnée. Ça commence vers 21 heures, parfois ça dure quinze minutes, parfois jusqu’au milieu de la nuit. Il n’y a plus rien, plus d’Internet, plus de téléphone, plus de télévision. »

On nous dit juste de redémarrer nos équipements ou qu’une intervention est en cours. C’est comme ça depuis la mi-février...  

Le cas de Sylvie Odin est loin d’être isolé. Ces derniers jours, nous avons reçu des dizaines de témoignages décrivant tous les mêmes anomalies avec la fibre de l’opérateur du groupe Altice. Un groupe Facebook, baptisé « Les mécontents de SFR », a même été créé et une pétition en ligne a déjà recueilli 1 400 signatures.

Tout le bassin de Sambre est concerné : de Maubeuge à Rousies, en passant par Hautmont, Assevent, Ferrière-la-Grande ou Feignies. Des cas ont même été signalés à Aulnoye-Aymeries. Et la liste des communes n’est pas exhaustive.

Les difficultés seraient apparues à la fin du mois de janvier. « C’est marrant, car on regarde l’horloge s’approcher de 21 heures et on sait que ça va commencer, sourit Audrey Leroy.

Le son de la télé disparaît, l’image se pixellise et puis… plus rien. »

Le logement de la jeune femme n’a ni antenne, ni parabole. Impossible de se replier sur une solution alternative. À part son téléphone portable. Ses voisins sont dans la même situation et perdent patience face à un service clients bien en peine pour régler les troubles. « On nous dit juste de redémarrer nos équipements ou qu’une intervention est en cours. C’est comme ça depuis la mi-février », assure Solène Demarbaix, basée à Vieux-Mesnil.

« On ne demande pas la lune »

Certains se sont vu offrir un geste commercial, comme un rabais sur la facture ou un bouquet de chaînes cinéma gratuit. « Sauf qu’on découvre derrière qu’on nous a réengagés automatiquement pour douze mois », s’emporte Audrey Leroy.

C’est ensuite le parcours du combattant pour se désengager.

Sur Facebook, des abonnés laissent éclater leur colère. Ils ont préféré quitter le navire pour aller voir chez un concurrent.

« On ne demande pas la lune, reprend Sylvie Odin. Tout ce qu’on veut, c’est pouvoir profiter d’une bonne soirée après une journée de travail. On veut juste une connexion stable. » Une connexion stable et ultra-rapide, c’était pourtant la promesse de la fibre.

14/04/2021

5) L'implication du Bilan de 2011 commence à se produire en 2021 !

La pénurie de matières premières frappe les fabricants d'adjuvants pour bétons et mortiers

COVID/ Pénurie alimentaire de produits agricoles en Ile de France, une faille de plus de notre société

En France, le monde rural en proie à une pénurie de médecins

Pénurie de médicaments : la liste des traitements en rupture de stock

Construction : pénurie, montée des prix, la nouvelle ...

Les ouvriers du bâtiment risquent de se retrouver bientôt au chômage technique faute de bois. Ce matériau de construction se fait de plus en plus rare et les prix flambent. À l’origine de cette...

Cette nouvelle guerre du bois fait bondir les prix. Les cours s’envolent. Le bois n’est pas le seul à manquer, le bâtiment fait aussi face à une pénurie d’acier et de cuivre.

Les prix des maisons en construction devront donc être nettement relevés !

 

6) ETC. ! ! ! CE N’EST QUE LE TOUT DÉBUT ! ! !

Inutile de parler de la prochaine précarité ! Des délocalisations virtuelles via le télétravail, de celles vers l’Est, etc. !

Les travailleurs/euses les plus âgés.e.s, insuffisamment à l’aise avec le maniement des ordinateurs, d’Internet, seront viré.e.s.

V. a. l’expansion des « workers »

[HTML] Le worker center et ses spectres: les conditions d'une mobilisation collective des travailleurs précaires à Chicago

S Chauvin - Sociologies pratiques, 2007 - cairn.info

Résumé L'auteur nous présente les modes d'action et de fonctionnement d'un «worker
center» de Chicago, ONG ayant pour objet la mobilisation et la défense de travailleurs
journaliers américains très précaires. Divisé en membres,«leaders» et «organizers», le 

7) Mine de rien, même dans la caste JUSTICE où on n’a plus aucune illusion, à part essayer de sauver les meubles le plus longtemps possible, tout est en train de craquer !

Dispute violente entre procureure et avocat 

Cambrai. VdN 14/04/21 !

C’est un incident peu ordinaire qui a eu lieu au tribunal de Cambrai vendredi 9 avril…

Lors de la comparution d’un prévenu pour une affaire de conduite de véhicule en ayant fait usage de stupéfiants, son avocat a demandé la nullité pour des vices de procédure.

C’est alors que le ton est monté entre la procureure et cet avocat du barreau de Lille.

La juge a essayé tant bien que mal de calmer les deux belligérants. N’y parvenant pas, elle a ordonné la suspension de séance et a demandé à la procureure et à l’avocat de la rejoindre dans une salle à part du tribunal.

Environ quinze minutes plus tard, la séance a repris et malgré la tension perceptible, l’affaire est allée à son terme. La juge a décidé de reporter son délibéré dans deux semaines.

Audience suspendue

L’affaire suivante était défendue par le même avocat, une conduite d’un véhicule malgré une suspension du permis de conduire.

Et de nouveau, le ton est monté. Suite à une réflexion de l’avocat, la procureure s’est emportée jugeant ses paroles déplacées.

Tous deux se sont de nouveau affrontés verbalement. La procureure, estimant avoir été offensée, a voulu quitter la séance mais a été retenue par la juge.

Toutefois, la dispute verbale a continué à tel point que la juge a de nouveau suspendu la séance pour demander à ce qu’on appelle M me le bâtonnier pour régler cette affaire.

Cette dernière est arrivée dix minutes plus tard et tous se sont isolés dans une salle extérieure à celle du tribun

Une avocate présente au tribunal pour une autre affaire a affirmé qu’en dix ans de carrière, elle n’avait jamais assisté à ça.

Vingt minutes se sont écoulées avant que la séance reprenne dans un calme relatif. Il faut noter que la juge a assuré les clients de l’avocat que son jugement ne serait en aucun cas influencé par ce qu’il venait de se passer.

*** « Acquittator est devenu Destructor ! Eric, réveille-toi ! », a exhorté l’avocat Frank Berton sur Twitter

20minutes.fr : La séquence est terrible et a évidemment ressurgi sur les réseaux sociaux. Elle date du 6 juin 2020. Eric Dupond-Moretti est l’invité de Laurent Ruquier dans l’émission On n’est pas couché. On l’interroge alors sur la volonté du gouvernement d’expérimenter les cours criminelles départementales sans jurés populaires pour juger les crimes punis au maximum de quinze et vingt ans de prison, au lieu des traditionnelles cours d’assises « Mais c’est de la folie ! C’est de l’hypocrisie totale, s’insurge l’avocat, très attaché à ce que la justice soit rendue au nom du peuple français. Ils veulent de l’entre-soi ! »

Dix mois plus tard, Eric Dupond-Moretti s’apprête à présenter un projet de loi généralisant les cours départementales criminelles. Sans se soucier des critiques dont il fait l’objet pour avoir retourné sa veste. A l’inverse, il assure que son texte de loi « revitalise les cours d’assises en redonnant toute sa place au jury populaire » grâce à une modification de la règle sur la majorité de culpabilité lors des procès.

« Il peut dire ce qu’il veut. Plus personne ne le croit ! réagit Dominique Coujard, ancien président de la cour d’assises de Paris. Quand il était avocat, il était prêt à tout. Et on l’acceptait parce que c’est un privilège de la défense. Mais maintenant, il est ministre… »

L’ENSEMBLE DES CRITIQUES DE NOS SOCIÉTÉS N’EST-IL PAS SYNTHÉTISÉ AU SECOND DEGRÉ PAR GELUCK ? !

Les « 1er degré » approuvent !

Les « second degré », celles et ceux qui ont pigé 2005 et 2011, aussi !

Que demander de plus ? !

Plutôt que de détailler, notre mentalité de 1% n'est-elle pas ici stigmatisée précisément dans la 4ième dimension, celle que les enfants homo sapiens privilégiant le cerveau reptilien n'imaginent pas ? !

A l'ère des enfants (Brillamment illustrée par le petit-petit MACRON et-et ses petits-petits riens), pourquoi ne succéderait-elle pas celle des adultes ? ! Et pourquoi pas au plus vite sous la direction du « Petit et-et petit »

N. B. Le Petit et-et petit, c’est celui qui dit :  je n aime pas le mot « Pénibilité » parce que ça pourrait laisser croire que le travail est pénible ! (Débat à Rodez, v. internet !)

C’est le collégien qui clame dans Paris Match du 23/078/20 :

se-bourre-la-gueule-pastis

Je suis un grand maintenant !

Je sui allé me bourrer la gueule au pastis avec un copain ! ! !

J’espère que sa Maman symbolique lui a mis une rouste !

A son âge ! Vouloir faire comme les Gaulois qui se pintaient à la cervoise ! ! !

Sa mémé et pépé, en chœur ont dû lui dire : « Quelle indignitude » !

geluck-se-trompe-a-linsu-de-son-plein-gre-jeune-vieux

 

 

 Pierre Payen (Dunkerque)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.