Humour. Le principe de symétrie selon qu’on soit jeune ou mature !

Inutile de revenir sur le fait que vie et-et manques vont de pair ! (V. Jupiter !). Sans besoin d’air, d’eau, d’aliments, de sommeil, de chaleur, etc., à vous de trouver !

Retenu dans les Alertes Google Humour du 17/05/21 et Symétrie :

google-alertes-symetrie

humour-symetrie-jeune-mature
Cela étant, la jeune personne est dotée de pulsions qui l’incitent à découvrir, comprendre, maîtriser, etc. !

Comme la moindre cellule qui suit le « principe d’homéostasie » ... !

En vieillissant, en analysant, on s’aperçoit que tout est symétrique : bien-être/mal-être, bon/mauvais, beau/moche, etc. vont de pair ! Que le sens suppose l’altérité : si tout était « jaune », le mot « jaune » n’aurait pas de sens !

Bien plus, dans la situation de nirvana perpétuel, il n’y a plus de mouvement, plus de vie !

-Ou bien on demeure jeune et on a envie de réussir, de gagner, de se faire plaisir « toujours plus » sans chercher plus loin ! OK. C’est la société actuelle en pleine action !

-Ou bien, on déduit que le gain implique la perte, voire l’exploitation d’autres : on peut acheter un beau vêtement mais celui-ci est fabriqué à bas coût à l’étranger !

On peut acquérir une voiture pour X € mais uniquement parce que les ouvrier.e.s sont mal payé.e.s, au SMIC !

Etc. !

Henri Laborit explique cela très bien ! (Dans « Biologie et structure » : vie et déséquilibre vont de pair, organisent les mouvements, les réactions !)

Présenté autrement : Tant qu’on est jeune, on a envie de jouer, de gagner, de se battre !

A maturité, n prend conscience qu’on est prisonnier.e d’un Jeu ! Et-et que ce Jeu ne peut pas ne pas exister puisque c’est le seul moyen de faire participer un grand nombre d’éléments d’un Ensemble ! !

On n’a plus du tout envie de jouer volontairement !

Se suicider est une solution.

Une autre consiste, si on ne souffre pas physiquement, à adopter la position « zen » !

Souvent, on arrive à faire le point quelques années avant l’âge de la retraite …

On se rend compte aussi que les règles du Jeu ne pourront pas évoluer sans la sophistication de notre petit cerveau ! Ce qui nécessitera un changement d’ère !  

A vous de jouer !

Payen Pierre (Dunkerque)

N. B. 1) L’absence de considération de la symétrie du corps, le non apprentissage à la connexion des 2 parties, via la respiration alternée et pendant la phase de rétention de l’air inspiré …

N. B. 2) Ajout le 17/05/21. Le plaisir du second degré qu’on retire : Étant parvenu à entrevoir les structures du Jeu de la Vie, il ne sera pas nécessaire de se réincarner mais on accédera au cycle suivant (Lequel ? ! ! !)

N. B. 3) Victime d’un cancer, M. Alex Kahn était l’invité de France Inter du 17/05/21 à 7h50

Professeur Axel Kahn : "Mort ou pas mort, j’ai été intensément heureux"

10 minutes Le 17/05/21 vers 7h50 https://www.franceinter.fr/

Des extraits ;

"C’est une période très importante de ma vie"

"C’est intéressant comme expérience : on ne vit qu’une seule fois, puisqu’ensuite on est mort", raconte Axel Kahn

C’est une période très importante de ma vie. J’ai souvent dit que personne n’est autre chose que ce qu’il fait : imaginons qu’il me reste trois ou quatre semaines à pouvoir faire, alors le choix de ce que je fais, la manière dont je le fais, sont plus importants que jamais."

"J’avais été très marqué par l’affirmation d’Oscar Wilde “je veux faire de ma vie un chef-d’œuvre”, car chacun se rappelle les conditions de la fin de vie d’Oscar Wilde. Moi je n’ai pas l’outrecuidance de le dire, j’aimerais bien que l’on puisse dire “c’est pas mal”. Le défi personnel que je me lance, c’est que j’aimerais que ma mort soit un chef d'œuvre."

Il conclut : "Qu’est-ce que le bonheur ? C’est le moment à partir duquel vous vivez ce que vous espériez vivre. Où il y a adéquation entre le ressenti de votre vie et ce que vous espériez. Mort ou pas mort, j’ai été intensément heureux !"

« Après la mort, il n’y a rien, mais il y a peut-être le souvenir que vous pourrez garder de moi, et ça c’est une forme d’immortalité »

Ce Monsieur est humaniste à 200 %

Il se veut « logique » mais, à l’insu de son plein gré, décide qu’après le changement de structuration via la mort, il n’y a « rien » (Au sens de la « logique cartésienne de collège » où « on ne croit qu’à ce qu’on voit » ! ! !)

Peu importe …

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.