Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

2666 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 févr. 2013

Le TITANIC2, Toujours plus ! Le Pape et son nouveau directeur de banque fabricant d’armes ! Pire que la bombe atomique Boutin !

Monkeyman
Retraité E. N.. Ex (prof maths, puis documentaliste)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

*** Si vous n'arrivez pas à lire, voir un double placé dans "Les commentaires"

Pire que la « bombe atomique » sur pattes appelée encore « La grosse Boutin »

Le baron Ernst von Freyberg est le nouveau directeur de la banque du Vatican depuis le 15 février. Mais il est aussi un fabriquant de navires de guerre pour la marine allemande.

Il est aussi le président d’une société de construction de bateaux qui contribue à la fabrication de frégates pour la marine allemande.

A la décharge du saint père et des cardinaux qui ont validé sa candidature, il n’est pas si aisé de trouver le candidat idéal pour un poste qui a déjà valu à un prédécesseur de se retrouver « suicidé » sous la Tamise. Surtout pour venir mettre en conformité une telle boîte à secrets avec les standards bancaires internationaux, car telle est la mission.

Evidemment prôner la paix dans le monde et recruter un fabriquant de navires de guerre la fiche mal

(Source : Le Nouvel Obs.17/02/13)

S’ils étaient un tout petit peu futés, puisque tout me monde sait qu’ils n’ont en réalité aucun scrupule, qu’ils seraient les suppôts du Diable si ce n’était pas seulement des fantasmes créés par le fameux cerveau des émotions, ils essaieraient de noyer le poisson en expliquant que le pape n’a plus toute sa tête et pédale dans la semoule depuis des mois !

Pierre Payen (Dunkerque)

AMEN

Deux ajouts.

1) * Il ne semble pas que les médias se jettent sur ce thème pour le moment !

** Voir aussi sur Internet : Le Point.fr - Publié le 16/02/2013 à 18:05 - Modifié le 18/02/2013 à 10:21

« La nomination par le pape démissionnaire Benoît XVI du nouveau président de l'IOR, la banque du Vatican, soulève de nombreuses polémiques »

« Cinquante-cinq ans, avocat marié à une Française, aristocrate de grande lignée, chevalier de l'ordre de Malte, von Freyberg a une grande expérience de la finance internationale. Mais il est également président des chantiers navals Blohm & Voss de Hambourg, qui fabriquent des yachts de luxe et... des navires de guerre. Le site de l'entreprise arbore fièrement les photos de frégates lourdement armées. Une activité que beaucoup jugent incompatible avec une responsabilité aussi stratégique que la présidence de l'IOR. … … … »

2) Ce pape pouvait-il ne pas connaître les activités de ce banquier ? !

Non ! Sa renonciation n'était-elle pas devenue une obligation ?

D'ici quelques jours, ne rejoindra-t-on pas un scénario qu'on n'imagine pas encore actuellement ? !

L'affaire Findus, qui n'est qu'une escroquerie de cavalerie (de facturation) assez cavalière (V. les réactions du PDG soi-disant outré et pleurant pour ses salarié(e)s!), n'apparaîtra-t-elle pas demain grossière, enfantine,  en comparaison des métastases cancéreuses du Vatican qui vont maintenant "toujours plus" émerger et paniquer l'ensemble de cet Edifice a priori divin et réellement infernal ou/et démoniaque ? ? ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat