Humour. Qui est ou n’est pas psychopathe ? ! Ne vit pas sous addiction ? !

On parle souvent de psychopathes à propos des patrons, des politiciens, des capitalistes qui nous gouvernent, dirigent ... Mais retrouve-t-on toutes les caractéristiques signalées dans les chapitres suivants ? ! J’ai préféré retenir en priorité les symptômes « d’ADDICTION » et de « vide dans la vie Or, ces tendances ne les retrouve-t-on pas chez la plupart d’entre-nous ? !

Au 21ième siècle l’ancienne « Société de consommation » n’est-elle pas dorénavant dénommée  « Société Toujours plus » (T. p.) ? !

Plutôt que de définir l’addiction comme une pré-pathologie, pourquoi ne pas l’intégrer dans les comportements propres à « l’adulescence », c. à d. à « l’adolescence non dépassée ou bloquée ou fractale »

Ci-joint quelques extraits d’Internet

Internet : La psychopathie (des mots grecs : psyche, ψυχή (« esprit, âme ») et pathos, πάθος (« souffrance, changement accidentel »1) est un trouble de la personnalité, caractérisé par un comportement antisocial, un manque de remords et un manque de « comportements humains » décrit comme étant un mode de vie criminel et instable. Il n'existe aucun consensus concernant le critère symptomatique et de nombreuses discussions sont établies concernant les causes éventuelles et des possibilités de traitements2.

Malgré les termes similaires, les psychopathes sont rarement psychotiques4. Les psychopathes ne sont pas tous violents ; ils utilisent la manipulation pour obtenir ce qu'ils souhaitent. En général, ce sont des individus qui se soucient peu de ce que les autres pensent d'eux et les utilisent pour atteindre leur but.

.La psychose (du mot grec ψυχή, psyche, « esprit, âme », et -ωσις, -osis, « anomalie ») est un terme générique psychiatrique désignant un trouble ou une condition anormale de l'esprit, évoquant le plus souvent une « perte de contact avec la réalité ». Les individus souffrant de psychose sont nommés des « psychotiques ».

La psychose qualifie les formes sévères d'un trouble psychiatrique durant lesquelles peuvent survenir délires, hallucinations, violences irrépressibles ou encore une perception distordue de la réalité2.

Les psychopathes éprouvent très peu d’émotions, sont essentiellement centrés sur eux-mêmes et, dans leur vision de la société, ils perçoivent les autres comme des proies ou du bétail à exploiter. C’est probablement pour cette raison que, selon une étude récente, on retrouve tant de psychopathes parmi les dirigeants d’entreprises

 Ce sont d’excellents manipulateurs et ils utilisent le langage comme une arme

... L’étude de Legal and Criminological Psychology s’est donné pour objectif d’interroger en prison, avec leur accord, des criminels canadiens, tous coupables de meurtres qu’ils ont reconnus. La première découverte concerne l’usage important que les psychopathes font des conjonctions de subordination et des expressions à valeur causale (parce que, puisque, étant donné que) lorsqu’ils décrivent leurs méfaits. Comme si les crimes qu’ils ont commis étaient les résultats logiques de plans, comme si ces actions devaient être effectuées, ce qui est cohérent avec le fait que la très grande majorité des psychopathes tuent avec un but précis en tête, alors que la moitié des autres meurtriers agissent dans l’instant, sous le coup de la colère, dans des bagarres, etc.

 lLes psychopathes utilisent environ deux fois plus souvent que les autres du vocabulaire se rapportant à leurs besoins physiologiques primaires (manger et boire) et à leur préservation (avoir de l’argent, un toit). En revanche, ils se réfèrent nettement moins aux relations sociales, à la famille ou à la religion. Cela colle bien avec le portrait-robot du psychopathe centré sur sa personne, qui, même s’il peut être à l’aise dans la communication, se crée difficilement des liens et n’envisage aucune aide familiale ni spirituelle pour sa “réhabilitation”. Il décrit son crime d’une manière froide, détachée, lointaine, ce qui est confirmé par l’utilisation plus fréquente des temps du passé, alors que les autres détenus ont davantage tendance à se servir du présent pour reconstituer les meurtres dont ils ont été coupables.

Comment reconnaître un psychopathe ?

Vous avez vu des films sur les serial-killers, et parfois vous traitez même vos amis de psychopathes pour leurs agissements. Mais savez-vous vraiment ce que ce terme recoupe ? Comment reconnaître les symptômes de ce trouble de la personnalité ? Ce qu'il faut savoir pour mettre fin aux idées reçues. Le psychopathe n'est pas celui qu'on croit…

D'abord une mise au point : la psychopathie n'est pas une maladie mentale ! En effet, il s'agit selon les experts d'un trouble de personnalité, une déviance par rapport à la norme.

La psychopathie toucherait 2 à 3 % de la population, surtout des hommes, entre 20 et 30 ans. Et il faut souligner que le trouble semble disparaître après 40 ans, sans que l'on puisse l'expliquer.

Pour corriger une image un peu déformée de la réalité, le psychopathe n'est pas un dangereux tueur en série sanguinaire. C'est surtout un antisocial ou plutôt un "dyssocial" comme disent les spécialistes, qui va éprouver des difficultés à maintenir des relations avec les autres. On distingue également dans les psychopathies les personnalités borderline.

Reconnaître le trouble

L'indifférence froide.

Les personnes ne sont pas sensibles, on ne peut pas les "prendre par les sentiments".

L'irresponsabilité.

Cette irresponsabilité est souvent revendiquée, constante, avec un mépris des règles et des contraintes sociales.

Difficulté de maintenir une relation avec autrui

Mais de manière paradoxale, la personnalité psychopathe a des facilités à nouer des relations. Simplement, elles ne durent pas.

Intolérance à la frustration

La personnalité psychopathe ne supporte pas de ne pas obtenir ce qu'elle veut, et son seuil d'agressivité est très bas en la matière : elle va très vite s'énerver.

Absence de culpabilité

Il n'y a aucune remise en question après un passage à l'acte. Même les sanctions ne remettent pas le psychopathe en question.

Tendance à blâmer autrui

La personnalité psychopathe va expliquer de manière très rationnelle ses difficultés avec la société, en accusant les autres d'en être responsable, et de manière très convaincante.

Passages à l'acte

Comme le souligne le Dr Philippe Batel, l'un des auteurs du rapport, "nous pouvons tous exprimer à minima l'un de ces symptômes. Ce qui caractérise la personnalité psychopathe c'est le nombre et l'intensité". D'autant que ces symptômes ne sont pas isolés. Ils s'accompagnent d'une forte irritabilité et de passages à l'acte fréquents (actions violentes et impulsives). Ces passages à l'acte peuvent être dirigés contre soi (tentatives de suicide, automutilation…) ou contre les autres. Souvent, le psychopathe, par son impulsivité associée à son manque de culpabilité et son irresponsabilité, va connaître des démêlées avec la justice. D'ailleurs, un certain nombre connaîtront une incarcération.

L'emballement des émotions

L'une des caractéristiques de la personnalité psychopathe, ce sont les changements émotionnels. Ainsi, on aura des explosions émotionnelles fréquentes, une personnalité très impulsive, des personnes borderline.

En matière de relations amoureuses, les personnalités psychopathiques s'engagent dans des relations fortes et intenses, mais qui ne durent pas et explosent en vol.

La personnalité psychopathique va également connaître des troubles psychiatriques brutaux, notamment des dépressions "à l'emporte pièce" : celles-ci arrivent soudainement, sans aucun signe avant-coureur. D'ailleurs, il est parfois difficile de les différencier d'un trouble bipolaire.

Une forte anxiété est souvent présente dans le trouble psychopathique, liée à un sentiment de vide dans la vie.

Enfin, il faut souligner un fort risque d'addiction chez ces personnes. L'alcool arrive en tête des produits consommés, mais les médicaments sont aussi utilisés et souvent de manière aberrante.

Ecrit par: Alain Sousa

M. Fillon n’a-t-il pas révélé qu’il est un excellent manipulateur ? !

Qu’il se soucie peu de ce que les autres pensent de lui et les utilisent pour atteindre leur but ? !

Voir une de ses déclarations : «Je ne vous demande pas de m'aimer mais de me soutenir !» Contrairement à la remarque : « En revanche, ils se réfèrent nettement moins aux relations sociales, à la famille ou à la religion », il est catho. pratiquant et intégriste ! MAIS ! ! ! Ne se fout-il pas mal de la Bible ? !

Ev. s. st.-Luc : -ch. 6.24  « Mais malheur à vous, riches, parce que vous avez votre consolation dans ce monde ! » ;

-ch. 6.25 « Malheur à vous qui êtes rassasiés, parce que vous aurez faim !  Malheur à vous qui maintenant riez, parce que vous serez réduits aux pleurs et aux larmes ! » ;

Luc -ch. 18.25 « Il est plus aisé qu’un chameau passe par le trou d’une aiguille qu’il ne l’est qu’un riche entre dans le royaume de Dieu » ? ? ?

Et vivant sous l’addiction « T. p. », donc trop comme un riche, n’a-t-il pas même eu l’inconscience et l’indécence d’avouer à M. Bourdin (Animateur TV) qu’il n’arrive pas à économiser ? ! (Sous-entendant et justifiant le rappel de l’argent obtenu par ses enfants via les emplois offerts dans le cadre parlementaire!)

M. Macron ne montre-t-il pas qu’il est un excellent manipulateur ...

Me Le Pen, la fille de son Père, ne tente-t-elle pas de manipuler les sans-dents ? ! Ne croit-elle pas que la croissance peut se perpétuer, que le pays peut gagner, battre les autres selon le schéma historique d’antan ? ! (Pour elle, rien de neuf sous le soleil !)

M. Mélenchon n’est-il pas le Rationaliste cartésien de service qui proclame à qui veut l’entendre que « Si on veut, on peut » ? ! « Que rien n’est impossible à l’homme, <en fait l’homo sapiens> » ? ! (Si .., .alors ... ! C.q.f.d. !) Au processus quantique, il répond, droit dans les yeux : « Dégage ! » (Moi qui ai passé ma vie à me battre pour vous ...)

M. Hamonest plus cohérent, sensible à une partie de la réalité, mais restera t. p. « humaniste »,  conditionné (en toute inconscience, of course !) par la Culture judéo-chrétienne selon laquelle le dit homme est le chef-d’œuvre de l’Univers, un dieu en devenir !

Plus globalement, en ajoutant  dans l’ordre alphabétique, Me Arthaud, M. Asselineau, M. Cheminade, M. Dupont-Aignan, M. Lassalle, M. Poutou, toutes et tous, sous l’addiction« T. p », devaient se présenter à l’élection de 2017.

Toutes  ces personnalités sont « humanistes » ! Ne veulent ouvrir la boîte de Pandore que constituent les RELIGIONS !

Toutes font semblant de croire implicitement que cette ère religieuse peut se perpétuer !

Que toutes refusent d’expliquer qu’il ne s’agit pas de rejeter tout ce qui est religieux, de valoriser l’athéisme (Selon lequel tout est sorti de rien, du vide, du néant comme ça et non par la volonté du  Saint-Esprit !),cela pourrait se comprendre dans le sens où il n’est pas possible de raconter à des enfants des choses qui les dépassent ! MAIS !

L’observation freudienne selon laquelle on passe de l’adolescence à l’état mental de l’adulte en tuant symboliquement le Père (C. à d. les normes  devenues obsolètes), en contestant, transgressant, s’affranchissant, dépassant, les anciennes règles devenues bloquantes, est-elle fausse (Elle aussi) ? !

Sinon, puisque nous ne sommes pas des adolescent(e)s mais des adulescent(e)s, totalement conditionné(e)s par l’emprise des religions, LE PROCHAIN PROCESSUS DE DÉLIVRANCE, DE LIBÉRATION, D’ÉMANCIPATION, D’ÉPANOUISSEMENT, pourra-t-il échapper, non pas au meurtre symbolique mais au CHANGEMENT D’ÈRE (Nettement plus violent et tous azimuts : l’Environnement et le Monde vivant) ? !

*** Sans revenir sur  l’enterrement du  Bilan de 2005 concernant notre génome ; sur celui de 2011 se rapportant sur la contradiction existant t. p. entre le mode de fonctionnement du néocortex dans la « redondance » et celui de la Société tournant t. p. à flux t. p. tendu et dans l’improvisation t. p. potentiellement dangereuse ; quand on est obligé de constater que les notions de pudeur, de sexualité, d’interdit, de bien et mal, de diable et d’enfer, sur lesquelles se sont bâties le christianisme et l’islam, sont toujours au centre de tous les problèmes, qui oserait (Sinon Eux. Nous !) affirmer que tout ne va pas à la dérive ? ! Est en train de se déliter ? !

En passant, pourquoi ne pas faire plaisir à un Fillon, Boutin La Rochère, Escada (Civitas), etc., en leur accordant que le  « Jour dernier » de La bible  est très proche, se situera dans les décennies à venir, sauf que ce ne sera qu’un changement d’ère (V. Darwin et les paléontologues)

La personne qui se veut moderne, dispose des ressources suffisantes pour acheter t. p., notamment les nouveautés informatiques, connectées, etc., n’est-elle pas sous addiction ? ! Jusqu’où ? !

Amen ! Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. FAITS-DIVERS http://www.huffingtonpost.fr/

Est-ce vrai ou une manipulation ? ! Pour Europe1, ce matin, c’était la réalité.

Un homme soupçonné d'avoir diffusé un meurtre sur son compte Facebook et clamant avoir tué une dizaine de personnes lors de ce week-end de Pâques est recherché depuis dimanche par les forces de l'ordre à Cleveland, aux Etats-Unis.

"Le suspect a diffusé un meurtre sur l'application Facebook live et revendiqué avoir commis plusieurs autres homicides qui restent à vérifier", a annoncé la police fédérale américaine sur Twitter, en annonçant être à la poursuite d'un certain Steve Stephens.

Ne serait-ce pas banalement un type n’ayant plus aucun repère positif de la vie et désirant mourir en se vengeant non pas sur tous les mécréant(e)s comme les islamistes mais sur tout ce qui est vivant et bouge ? ! (Sauf que, d’après les dernières infos, il ne se serait pas attaqué aux végétaux, ni aux animaux sans néocortex !)

Il ne devait pas être psychopathe mais avoir accédé au degré au dessus : être psychotique.

Ne devrions-nous pas rencontrer t. p. ce genre de danger aux coins des rues ou routes ? !

Et encore, que signifient les désordres qui ont conduit à l’interruption d’un match de football hier 16/04/17 ? ! Ne seront-ils pas t. p. fréquents ? !

boutin-et-paques
selection-de-cannes-2017-les-11-salopards
sans-langue-de-bois-la-realite

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.