Humour². Encore un cas de superposition quantique !

Le cerveau d’un directeur d’hôpital a été victime (ou non) de ce phénomène (Selon le référentiel adopté !)

En même temps que ce scientifique (Devenu gestionnaire) prit connaissance des renseignements demandés, une voix intérieure ou une impulsion ou un stimulus neuronal.e  lui conseilla de faire le mort ! De privilégier la voie symétrique (Pour x motifs particuliers …)

*** Ci-joint l’article de la Voix du Nord du 17/10/19

« Un ex-directeur d’hôpital attaqué pour avoir caché un dossier de naissance » 

Par Chantal David cdavid@lavoixdunord.fr

Maria-Pia Briffaut, née sous X à Lille, attaque en justice l’hôpital Jeanne-de-Flandre et son ancien directeur. En affirmant que son dossier de naissance était détruit, il l’a empêchée de connaître l’identité de sa mère biologique. L’information était fausse, elle l’apprendra six mois après le décès de sa mère.

Lille. Maria-Pia Briffaut (1) est née sous X à Lille le 14 janvier 1955 et a grandi dans le Nord, adoptée par un couple de Valenciennes, avant de poursuivre sa vie d’adulte en région parisienne.

                TITRE : « On lui a répondu avec brutalité de se mêler de ce qui le regardait ! »

En 2000, après le décès de ses parents adoptifs, elle part à la recherche de ses origines. Au bureau départemental des adoptions, elle recueille diverses informations et notamment le fait que sa mère, au moment de l’accouchement, n’a pas demandé que son identité soit tenue secrète. Le nom de sa mère, lui dit-on, figure dans le dossier de naissance, établi lorsqu’elle a accouché.

Maria-Pia Briffaut adresse alors un courrier à l’hôpital Jeanne-de-Flandre, qui a récupéré les archives de l’hôpital de la Charité où elle est née.

La réponse, signée par André Houttemanne, qui dirigea Jeanne-de-Flandre jusqu’en 2006, lui indique, le 8 décembre 2000, que son dossier de naissance a été détruit.

Maria-Pia Briffaut ne veut pas y croire. Elle réécrit deux ans plus tard, on lui répond à nouveau que le dossier a été passé au pilon.

La création du CNAOP (Conseil national pour l’accès aux origines personnelles), en 2002, lui donne un nouvel espoir. « Les hôpitaux publics ont l’obligation de donner les dossiers à cet organisme.

« Dans le cas contraire, ils commettent une faute », explique Marie-Pia aujourd’hui.

Mais au CNAOP,(Conseil national d'accès aux origines personnelles) qui écrit à Jeanne-de-Flandre en 2004, il est répondu que l’hôpital n’a pas conservé les registres de naissance aussi anciens.

Maria-Pia Briffaut s’obstine, elle fait téléphoner son médecin généraliste, prétextant un besoin d’informations génétiques pour des raisons de santé : « On lui a répondu avec brutalité de se mêler de ce qui le regardait et qu’il devait cesser d’appeler. »

                                        « Soudain, le document réapparaît »

Maria-Pia Briffaut perd alors tout espoir de renouer avec sa famille biologique quand, le 6 décembre 2010, une femme téléphone au siège de l’association ADONX, dont elle est la présidente.

Maria-Pia Briffaut décroche et découvre au bout du fil… sa propre sœur biologique qui a entamé des recherches de son côté.

Elle fait la connaissance de deux frères aînés et deux sœurs cadettes.

Elle apprend surtout que sa mère avait été contrainte à l’abandon par des beaux-parents qui pensaient le bébé adultère.

Cette petite fille enlevée lui a manqué toute sa vie.

Au point que ses autres enfants s’étaient mis en tête de la retrouver, espérant faire une jolie surprise à leur mère.

Malheureusement, les retrouvailles n’auront jamais lieu, la mère que Maria-Pia a tant cherchée est décédée six mois plus tôt.

Ce nouveau coup du sort renforce les liens de la fratrie : « En juillet 2011, je leur ai proposé de demander tous ensemble une nouvelle fois mon dossier de naissance à Jeanne-de-Flandre. »

Et là…

Maria-Pia Briffaut recevra le document complet en recommandé et par retour de courrier.

 Aujourd’hui encore, la douleur est immense : « Le dossier comportait plusieurs pages. J’y ai vu écrit, en toutes lettres, le nom de ma mère de naissance. Ce dossier, prétendument détruit, était bel et bien consultable. »

Me. Maria-Pia Briffaut est présidente de l’ADONX (Association pour le droit aux origines des enfants nés sous X).

www.adonx.free.fr

Elle publie « Les Fantines – L’accouchement sous X. Une violence faite aux femmes » (Le Lys bleu éditions ; 19,20 €) qui donne la parole à des mères contraintes d’accoucher sous X.

 

Ce phénomène n’est pas rare (Qu’on ne se trompe pas !) mais permanent !

Il se multiplie d’ailleurs souvent au fur et à mesure qu’on grimpe dans l’échelle sociale !

Au vu de sa fréquence, ce symptôme n’est plus catégorisé « pathologique » (V. le Référentiel cartésien) mais normal en tant que simple effet de superposition quantique.

Il est intégré dans le registre quantique « Realpolitik » ou/et « Politicien » !

Par ex. M. Philippe (1ier ministre de M. Macron en 2019, cette précision est nécessaire puisque dans 5 ans personne ne se souviendra plus de cet intermittent théâtreux !) est tellement obligé de se superposer « x » fois/jour qu’on ne compte plus ses bafouillages !

Canteloup le caricature ainsi !

Me. Buzyn se superpose constamment en médecin et gestionnaire !

[[[internet : Sur France Inter, L'INVITÉ DE 7H50 Jeudi 17 octobre 2019 par Alexandra Bensaid

« C’est pas le ministre de la Santé qui décide, c’est Bercy ». Antoine Pelissolo, au sujet de l’hôpital public.

Antoine Pelissolo, psychiatre et chef de service au CHU Henri-Mondor de Créteil, est l'invité d'Alexandra Bensaid à 7h50.

Le médecin explique que des structures sont fermées par manque de personnel. Les personnels ne restent pas toutes catégories confondues. Tous ont des statuts trop précaires et des salaires trop bas, assure le médecin. Ils viennent donner leur énergie à l'hôpital public. Rapidement, ils sont, selon lui, découragés par le manque de moyens et partent parfois dans le privé. 

Malheureusement, le psychiatre explique qu’à l’hôpital, la sécurité n'est pas assurée correctement. Mais pour lui le pire, c'est l'accueil et l'offre de soins qui n'est pas à la hauteur. Il y a trop d'attente selon lui et un mécontentement croissant des usagers.]]] 

Dans le billet précédent, j’avais oublié de relever que la Dame Buzyn, en entrant en politique, est devenue alternative sur le sujet de l’euthanasie, selon l’endroit ! Quoique !

En 2015 ! [[[Internet : Grand Orient de France : Agnès Buzyn favorable à l'euthanasie des ...
https://mouvement-jre.com/grand-orient-de-france-agnes-buzyn-favorable-a-leuthana...

1 avr. 2018 - Un article de Famille chrétienne publié le 6 octobre 2015, et partagé par le blog Bioéthique et Catholique concernant la loi sur la fin de vie des ...]]]

Depuis son arrivée au gouvernement, en public, officiellement, elle est contre ! Et cela ne la gêne pas le moindre du monde !

 Même quand elle se regarde dans un miroir, la superposition ne joue-t-elle pas pleinement son rôle, n’efface-t-elle pas tout l’avant 2017 ? ! Bien sûr que c’est la réalité !

 Amen ! Bientôt le « Monde nouveau » !

 Pierre Payen (Dunkerque)

 

 N. B.) Si vous n’aviez pas embrayé …, nous sommes toutes et tous, en permanence, les « jouets » de superpositions quantiques seulement plus ou moins cohérentes selon notre vécu, structures x. y. z.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.