No comment : Un laboratoire dit de l'horreur en Allemagne

Singes attachés par le cou, chiens en sang : les images chocs d'un laboratoire de l'horreur en Allemagne

Tournées en caméra cachée dans un laboratoire de recherche en pharmacologie, ces images sont extrêmement violentes. Elles montrent l’enfer des expérimentations sur les animaux : des chiens, des chats, des singes et des lapins maltraités et torturés.

Elles ont été filmées entre décembre 2018 et en mars 2019. Un activiste de l’association allemande Soko Tierschutz, en partenariat avec Cruelty Free International, a infiltré LPT, un laboratoire d’analyses pharmaceutiques et toxicologiques situé dans la banlieue de Hambourg (Allemagne), en se faisant passer pour un nouvel employé.

Le militant a ensuite relayé les images, terrifiantes et très dures, d’expérimentations menées sur des singes, des chats, des lapins et des chiens. Il y a plusieurs vidéos, elles durent entre une et 6 minutes et peuvent heurter. Nous n’allons donc pas les diffuser dans cet article, pour les visionner, vous pouvez cliquer ici,  et ici.

Cruelty Free International@CrueltyFreeIntl

Animal testing laws must be urgently reviewed. Our investigation shows monkeys dragged from cages, forced into restraints & suffering high levels of distress. Help us end this now: http://bit.ly/2VNkTRG 
WARNING: GRAPHIC IMAGES. Investigation footage: http://bit.ly/32gMXiu 

 

un-singe-dans-un-labo-allemand

18:01 - 15 oct. 2019

 

Dans les images, on peut voir des chats et des chiens, en cage, en sang, certains dans leurs déjections. Les cages sont minuscules, dans une séquence, on aperçoit même des chats morts dans des sacs poubelle

Mais "le pire traitement est réservé aux singes," explique Friedrich Mullen, porte-parole de Soko Tierschutz, au journal allemand DieWelt.

Les macaques sont attachés avec des harnais de métal par le cou, ils attendent sous des néons : certains sont gavés avec des tuyaux enfoncés dans leur gorge par les laborantins, pendant que d’autres subissent des "tests de toxicité." Dans ceux-ci, on leur injecte ou leur fait inhaler de très fortes doses de produits chimiques, pour analyser leur résistance et les dommages causés sur leur corps.

Les animaux sont manipulés avec violence, "beaucoup d'entre eux ont développé des tendances compulsives et gesticulent sans arrêt dans leur cage," poursuit Friedrich Mullen.

À LIRE AUSSI

Ce métier est généreusement rémunéré 55 000 euros par an mais personne ne postule

Des pratiques "hors la loi " pour les associations de défense des animaux. Elles demandent "la fermeture de ce laboratoire mais aussi à un examen approfondi de l’utilisation d’animaux dans les tests de toxicité réglementaires en Europe. Chaque enquête révèle un récit similaire de misère et de mépris de la loi," détaille à 30 Millions d’amis Kerry Postlewhite, directrice des relations publiques à Cruelty Free International.

D’après le Daily Mail, ces images ont été transmises à la Police et une enquête a été ouverte.

Le 17 octobre 2019 à 15:29 • Noémie Tissot

 

Pierre Payen (Dunkerque)

Nous sommes des animaux. Je termine en n’oubliant pas les sévices, les tortures enduré.e.s par les autres …

Mais nous sommes, néanmoins, plus malins que les chimpanzés !

Notre Jupiter-Vertical, vient de décider, avant d'accepter toute vente d'armes, d'exiger la signature d'un engagement de non-utilisation de ce matériel pour TUER ! Que faire de plus ? !

on-va-vendre-des-armes-a-ceux-qui-ne-les-utilisent-pas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VOIR AUSSI CE QUI DE PASSE PARTOUT  !

"Veaux tués à coups de marteau ou pendus", la nouvelle vidéo choc de L214 qui dénonce le calvaire des veaux laitiers (VIDEO)

L'association de lutte pour la protection des animaux L214 a publié une nouvelle enquête choc, accompagnée de témoignages et d'images pour dénoncer le "calvaire" des veaux laitiers dans certaines exploitations françaises.

C'est une nouvelle enquête choc publiée par l'association de lutte pour la protection des animaux L214. Après les élevages porcins, l'association s'intéresse cette fois-ci au traitement des veaux laitiers. Réalisée entre juillet et octobre 2019 dans un centre de tri et trois élevages de veaux du Finistère appartenant à l’entreprise Laïta (marques Mamie Nova et Paysan Breton), l’enquête montre la dureté des conditions d’élevage des veaux laitiers, et les dérives des procédés de la filière et parfois même des éleveurs eux-mêmes. Attention, les images sont très choquantes.

Des sous-produits à rentabiliser

D'après les images, mais surtout le témoignage d'un ancien "acheteur de veaux", (un homme dont le métier était de venir récupérer les veaux dans les fermes); le processus est le suivant : pour faire du lait, les vaches ont besoin d'avoir des veaux. Après avoir été séparés de leur mère dès la naissance, les veaux sont triés, certains tués car jugés insuffisamment rentables, et les autres engraissés dans des bâtiments sordides. Ils ne connaîtront jamais les pâturages. Le sol ajouré, bétonné et sale est source d’inconfort voire de blessures. Certains veaux sont même privés de tout contact avec les autres. Plusieurs animaux souffrent de maladies comme la teigne. Tous sont anémiés et souffrent de graves troubles digestifs. Ce supplice, ils le vivent pour l’industrie laitière. Ces veaux sont alors considérés comme des "sous-produits" que l’industrie rentabilise en les vendant pour leur chair.

À LIRE AUSSI

Deux enfants nourris au pain et à l’eau, les parents ne payaient plus la cantine

Des procédés moyenâgeux

Mais ce n'est pas tout. L214 dénonce également des procédés moyenâgeux employés par la filière et par certains éleveurs. Maltraitance, coups de pieds, de bâtons, sur des points sensibles comme la base de la queue, euthanasie "à l'ancienne", sans vétérinaires, par pendaison, ou par coup de marteau sur le crâne... Selon l'ancien "acheteur de veaux" ces pratiques sont courantes et il affirme que "si on mettait des caméras partout, c'est ça qu'on verrait".

Les français sont contre

Pour rappel, contrairement aux vaches "à viande" les vaches laitières ont une durée de vie moyenne d'à peine 5 ans. Elles sont inséminées et traites tout au long de l'année. La durée de vie des veaux est encore plus faible. Pourtant, d'après un sondage OpinionWay, 88% des français sont contre l'élevage intensif, et 87% des français sont défavorables aux méthodes de production ne laissant aucun accès à l’extérieur aux animaux.

Le 15 octobre 2019 à 12:57 • Baptiste Régnard

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.