Humour. Chacun(e), selon les conseils de M. Rabhi, à une symétrie près, prépare le « Printemps européen de mai 2016 » (V. 3) !

La légende. La forêt brûlait... Le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu .... Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

1) Le Mouvement des Colibris de Pierre Rabhi,

Lors de ses apparitions en public, il a coutume de raconter la légende du colibri, légende considérée comme amérindienne, bien que présente dans nombre d'autres cultures, et dont il tirera le nom pour créer son Mouvement des Colibris, en 2007.

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

2) L’exemple repéré ce matin en parcourant les news !

A) [[[[Les extraits du texte qui suit : À la MATMUT ... Une direction déjà épinglée par « Le Canard Enchaîné » selon lequel la quasi-totalité des membres du conseil d’administration ont pour voiture de fonction une Porsche Cayenne (prix de base 68 000 euros). Le PDG, Daniel Havis, est rémunéré « 450 000 euros par an », selon ses déclarations à « l’Express » en janvier 2014 (autant à l’époque qu’Henri Proglio, ex-patron d’EDF, entreprise du CAC 40).

Un autre risque de conflit d’intérêts plane sur la Fédération nationale de la mutualité française (FNMF) cette fois, qui défend les intérêts de 425 mutuelles. Président de la MGEN (n°2 de l’assurance santé), Thierry Baudet a annoncé sa candidature au poste de président de la Fédération... mais veut conserver son poste à la MGEN. Élu, il aurait accès à des informations confidentielles sur les concurrents de la MGEN. Mais il n’y a rien d’illégal : les statuts de la FNMF ont été modifiés l’an dernier pour le permettre...]]]

B) L’INTÉGRALITÉ

 « Les complémentaires santé n’assurent pas tant que ça »

Les mauvaises surprises pleuvent pour les assurés, aggravées par les nouveaux contrats responsables.  Par Daniel Rosenweg

Jeudi 18 février 2016   http://www.altermonde-sans-frontiere.com/

Elles sont incontournables dans le système de santé : 96 % de la population en a une. Pourtant, les complémentaires santé réservent aussi de bien mauvaises surprises. Le marché est juteux : plus de 33 milliards d’euros par an pour les assureurs privés, mutuelles et institutions de prévoyance, mais dont les Français ne perçoivent en retour que 26 milliards d’euros, du fait de frais de gestion parfois astronomiques (jusqu’à 28 %, selon la Cour des comptes).

Un marché qui vient encore de grossir, stimulé par la loi ANI imposant aux entreprises privées de proposer, depuis le 1er janvier, une couverture complémentaire à chaque salarié.

3 milliards d’euros d’aides de l’État

Quatre-vingt-quinze pour cent des contrats en cours sont labellisés « responsables » et bénéficient à ce titre d’importants avantages fiscaux. Un manque à gagner pour l’État proche de 3 milliards d’euros par an. En contrepartie, les complémentaires s’engagent sur des planchers de remboursement. Afin d’améliorer l’accès aux soins, le ministère de la Santé a réformé l’an dernier les contrats responsables. Sauf que ces contrats (la quasi-totalité de ceux proposés) intègrent dorénavant des plafonds de prise en charge. Ces nouvelles conditions, les Français sont en train de les découvrir au moment des renouvellements des contrats qui courent jusqu’en 2017. Et c’est la douche froide.

Garanties en baisse...

Domicilié à Ciry-le-Noble, en Saône-et-Loire, Alain Bordet s’est étouffé à la lecture de son nouveau contrat Adréa. « Mes médicaments à 15 % ne sont plus pris en charge, ni la chambre individuelle ni la cure thermale. » Mauvaise surprise aussi pour Martine, de Clamart (Hauts-de-Seine), adhérente à la Mutuelle Générale. Ses soins dentaires ne sont plus pris en charge à 300 % mais à 200 %, et les frais d’auxiliaires de santé à 100 % au lieu de 400 % du tarif Sécurité sociale. Ces deux cas sont loin d’être les seuls témoignages d’assurés pénalisés (lire en cliquant ici). Les remboursements sont désormais parfois si faibles que les complémentaires ont déjà trouvé la parade en commercialisant... des surcomplémentaires.

...tarifs en hausse

En revanche, les tarifs continuent d’augmenter : + 13,1 % depuis 2011, selon l’Insee. La Fédération nationale de la mutualité française (FNMF), qui fédère 425 mutuelles, avance le chiffre de 2,8 % en moyenne par an, soulignant que « ça n’a fait que suivre la progression des dépenses de santé et celle des taxes ». Peut-être. Mais le Centre technique des institutions de prévoyance, lui, a calculé que les nouvelles règles vont pousser les tarifs à bondir de 15 à 50 % dans certaines entreprises d’ici deux ans.

Les complémentaires... en bonne santé

En 2013, elles ont dégagé 223 Millions d’euros de profits. C’est peu, mais il faut y ajouter un trésor : les placements financiers et immobiliers. Selon un rapport de la Direction des statistiques du ministère de la Santé, publié en juin, la solvabilité moyenne des complémentaires est 3,6 fois supérieure à ce qu’exige la réglementation ! Mais, dans le détail, difficile d’en savoir plus. Car, si la réglementation prévoyait qu’elles publient leurs comptes à partir de 2012, la quasi-totalité des mutuelles cultivent toujours le secret sur leurs chiffres.

[[[Voir Internet « Députés et... administrateurs de laMatmut »leparisien.fr 16/02/16

Depuis novembre, la Matmut compte au sein de son conseil d’administration... la députée PS de Seine-Maritime Valérie Fourneyron. Secrétaire d’État de Manuel Valls jusqu’en juin 2014, elle avait alors repris son siège à l’Assemblée nationale où le débat sur les complémentaires santé faisait rage. Certains dénoncent déjà un conflit d’intérêts puisque la parlementaire vote des textes qui s’appliquent directement à la Matmut, telle la loi Santé, en décembre, ou les lois annuelles de financement de la Sécurité sociale.

Mais elle n’est pas la seule : un autre député, le Radical de Gauche Jacques Moignard, siège au conseil d’administration de la Matmut. Selon sa déclaration d’intérêt de janvier 2014, il perçoit 1 500 euros par mois en échange de « son expertise », d’après la direction de la mutuelle. Une direction déjà épinglée par « Le Canard Enchaîné » selon lequel la quasi-totalité des membres du conseil d’administration ont pour voiture de fonction une Porsche Cayenne (prix de base 68 000 euros). Le PDG, Daniel Havis, est rémunéré « 450 000 euros par an », selon ses déclarations à « l’Express » en janvier 2014 (autant à l’époque qu’Henri Proglio, ex-patron d’EDF, entreprise du CAC 40).

Un autre risque de conflit d’intérêts plane sur la Fédération nationale de la mutualité française (FNMF) cette fois, qui défend les intérêts de 425 mutuelles. Président de la MGEN (n°2 de l’assurance santé), Thierry Baudet a annoncé sa candidature au poste de président de la Fédération... mais veut conserver son poste à la MGEN. Élu, il aurait accès à des informations confidentielles sur les concurrents de la MGEN. Mais il n’y a rien d’illégal : les statuts de la FNMF ont été modifiés l’an dernier pour le permettre...]]]

(Illustration : Frais de gestion démesurés, tarifs trop élevés et remboursements à la baisse : les assurés sont de plus en plus pénalisés par les pratiques commerciales des complémentaires santé. Rea/Denis)

3) Voir sur Internet : "En mai 2016 aura lieu le printemps européen ...www.levif.be/...mai-2016...printemps-europeen/article-normal-448183.h...8 janv. 2016 - En mai 2016 aura lieu un "printemps européen" selon un reporter de guerre néerlandais Arnold Karskens. Pour lui tous les ingrédients sont là.

 A) *** AUSSI AMUSANT QU’INTÉRESSANT : Peut-être que toutes ces rumeurs sont parties de cet article du VIF !

Mais cette option ne serait-elle pas signifiante ? ! N’évoquerait-elle pas une sensation olfactive, si on n’a pas le nez bouché, désagréable de fumée ? ! Ou une impression néocorticale en relation directe avec la notion d’addiction, ici précisément, de « Toujours plus » ? !

Ou encore, si on se piquait d’humour : « Tout va très bien Madame la Marquise !» ? !

Des médias, tel un congolais, reprennent cette prévision !

Europe : En mai 2016, il y aura un « Printemps Européen ... freecongo.com/archives/4039 7 févr. 2016 - En mai 2016 aura lieu un « printemps européen » selon un reporter de guerre néerlandais Arnold Karskens. Pour lui tous les ingrédients sont ...

Vers un printemps européen ? - Egalite et Réconciliation www.egaliteetreconciliation.fr › Revue de presse › 2016 › janvier 9 janv. 2016 - Pour Arnold Karskens, les points communs avec le printemps arabe (2010) ne manquent ... néerlandais, un printemps européen n'est pas à exclure d'ici le mois de mai. ... Les banques vous souhaitent une bonne année 2016.

"En Europe, il existe un cocktail explosif pour un ... - 7SUR7.be

www.7sur7.be/.../2016/.../En-Europe-il-existe-un-cocktail-explosif-pour-un...

8 janv. 2016 - Dimanche 14 février 2016 - 16h00:19 ... journaliste de guerre néerlandais, un Printemps Européen n'est pas à exclure d'ici le mois de mai.

Humour. Pour nous réchauffer le cœur, un média belge lance (J’avais déjà publié ce texte le 08/01/16...)https://blogs.mediapart.fr/.../humour-pour-nous-rechauffer-le-coeur-un-... 8 janv. 2016 - VOIR : "En mai 2016 aura lieu le printemps européen" Le Vif Rédaction en ligne 08/01/16. ........ Présenté de manière écologique, les 2 degrés ...

On ne peut exclure l'émergence d'un "printemps européen ... 

resistancerepublicaine.eu/2016/.../on-ne-peut-exclure-lemergence-dun-pr... 15 janv. 2016 - http://www.francepresseinfos.com/2016/01/printemps-europeen-vers-un .... printemps de Prague, mai 68, printemps arabe… ont été suivis d'un ...

B) Cet article de M. Arnold Karskens, n’a-t-il pas été inspiré par la vision d’un voyant parce que ce journaliste connu croit fermement à la médiumnité et l’astrologie ? ! Vers un printemps européen? - Yanis Voyance Astrologue 

www.yanis-voyance.com/.../vers-un-printemps-europeen-ressenti-et-anal... 12 janv. 2016 - Sans avoir d'images précises (je ne suis pas voyante), j'ai ressenti... ... Si on regarde au niveau astrologique le printemps 2016 sera ...

4) Dans tous les cas, de manière (En tant qu’homo dit sapiens -sages !- dont le génome se différencie d’environ 1% de celui du chimpanzé) à me  mordre la queue en toute conscience (Plutôt que l’inverse, « à l’insu de mon plein gré ») ne peut-on pas affirmer, sans risquer d’être démenti(e), que chacun(e), comme le colibri, à son niveau, prépare le « Printemps européen de mai 2016 ? !

 

DEUX SUPPLÉMENTS DE TAILLE !

1) De quoi souffre-t-on quand on souffre au travail ? (La souffrance éthique)(V. en podcast des commentaires d’un article de l’OBS présenté par Natacha Polony ce jeudi 18/02/16 sur Europe1à 8h30)

[[[V. Internet : De quoi souffre-t-on quand on souffre au travail ? - Bibliobs ... bibliobs.nouvelobs.com › Bibliobs › Idées 24 janv. 2016 - Les cinq que nous avons choisis analysent les effets du grand tournant gestionnaire des années 1980, en s'appuyant sur un travail de terrain.]]]

UN EXTRAIT : "Souffrance éthique"

Docteur en psychologie du travail, Duarte Rolo a enquêté dans les centres d’appel téléphonique, dont le nombre augmente depuis les années 90. Que ce soit dans les centres «sortants» (les opérateurs démarchent les clients ou en cherchent de nouveaux) ou «entrants» (les gens appellent pour se renseigner), la sentence est sans appel: il règne sur ces plateformes un taux maximal de «souffrance éthique».

La duperie en effet fait désormais partie de la mission des téléconseillères (ce sont souvent des femmes) chargées de répondre aux clients d’entreprises tels que les opérateurs téléphoniques ou les assureurs. Ce personnel est encouragé à mentir: omettre des informations pour faciliter une vente, souscrire des options payantes dans le dossier informatique à l’insu de son interlocuteur, placer un produit ou un service sans utilité.

Beaucoup ont la sensation que le client est traité «comme une vache à lait», comme le dit l’une d’elles, qui déplore d’avoir à pratiquer «le forcing à la vente». Les relations avec le client devenu méfiant se dégradent. L’usage imposé du mensonge a des effets désastreux.

La souffrance éthique est particulièrement perverse car elle trouve son origine dans une forme subtile de trahison de soi-même: le travailleur mithridatisé a fini par accepter de piétiner lui-même ses valeurs. S’ajoute à cela une querelle entre les «Anciens», autour de la cinquantaine, qui estiment avoir connu l’époque du travail honnêtement fait et les «Modernes», des jeunes gens pragmatiques, qui intègrent plus facilement le cynisme dans les usages.

Sur les «marguerites» (quatre postes de travail séparés par une cloison), le désarroi est d’autant plus fort que la hiérarchie récompense les tricheurs. Dans cet ouvrage très fin d’ailleurs récompensé par le Prix Le Monde de la Recherche universitaire 2015, l’auteur décrit le coût moral de la rouerie:  

Au-delà des atteintes à leur estime personnelle, résultant du fait de se voir disqualifiées par la hiérarchie (parce qu’incapables d’égaler les chiffres de vente des killers) et de la non-reconnaissance du travail invisible qu’elles font auprès des clients, le fait de prendre part, en tant que témoin ou acteur, à des actes que finalement elles réprouvent entraîne une forme de souffrance spécifique que la psychodynamique du travail a conceptualisée sous le terme de "souffrance éthique". De toute apparence, cette forme nouvelle de souffrance s’est considérablement répandue. On est aujourd’hui porté à croire qu’elle est en cause dans l’apparition de suicides sur le lieu de travail."  

Mentir au travail, par Duarte Rolo, préface de Christophe Dejours, PUF, 134 pages, 21 euros.

Mon commentaire si ce n’était pas un cliché ...

Louer ou prêter son cerveau contre rétribution, alors que personnellement les activités exigées déplaisent, cela n’évoque-t-il pas un autre LABEL ? !

Mais, puisque personne n’en parle, probablement que prêter son cerveau plutôt que son sexe n’est pas de la même dimension !

Effectivement, avec le cerveau, on peut déclencher l’explosion d’une bombe atomique alors qu’avec le sexe ... !

C. Q. F. D. (Oui / Non ? !)

2) Vivre sa passion

L’édito : 180°C HS Food Reconversions

Qui n’a pas rêvé un jour de tout envoyer valdinguer pour vivre autre chose ? Qui n’a pas, un dimanche sous un plaid, échafaudé des plans de changement de vie ? Qui n’a pas regardé des annonces d’agences immobilières à l’autre bout de la France en espérant trouver la maison de ses rêves et s’y voir pour les vingt prochaines années ?

Nous avons tous, à un moment, caressé ce doux espoir d’une autre vie, pas forcément meilleure, mais différente et plus en adéquation avec ce que nous sommes à un temps T. Si l’on sait qu’un individu est amené à changer en moyenne trois fois de métiers au cours de sa vie professionnelle, il y a celui qui va évoluer au sein d’une même branche et celui qui va opérer une rupture totale passant de la téléphonie à la sophrologie, de l’ingénierie au théâtre, du journalisme à l’ébénisterie ou du mannequinat à l’armée.

De l’agriculture à la boucherie en passant par la biscuiterie, l’ostréiculture, la viticulture et la cuisine, le monde de l’alimentaire n’échappe pas à la règle. Nous sommes allés à la rencontre de ces personnes qui ont décidé de changer de vie. S’ils ont en commun aujourd’hui de ne pas regretter leur choix, tous ont opéré ce virage pour des raisons différentes. Certains parce que le chômage venait de taper à leur porte, d’autres parce qu’ils s’ennuyaient ferme dans leur bureau, d’autres encore parce qu’ils vivaient dans un système à l’opposé de leurs convictions, d’autres enfin pour fuir la ville ou assouvir une passion enfouie par des parents désireux de les voir évoluer dans un domaine plus valorisant ou prestigieux. Nombre d’entre eux sont repassés par la case école pour se former à leur nouveau métier et chez le banquier pour débloquer les fonds nécessaires à toute installation. Des chiffres qu’ils évoquent aujourd’hui sans aucun tabou, alors que les investissements et les salaires dans leur vie antérieure étaient quelque peu secrets. Est-ce parce qu’ils gagnent moins qu’ils n’ont aucun mal à divulguer les montants ? Toujours est-il qu’un compte en banque moins bien garni ne leur pose aucun problème. Ce qu’ils recherchent et qu’ils ont majoritairement trouvé, c’est un épanouissement personnel et ce sentiment que leur travail, aussi prenant soit-il, a un sens.

Plus belle leur vie ? À les voir évoluer dans leur nouveau monde, oui. À les écouter, encore oui, mais en filigrane, on peut parfois comprendre que la phase de transition, une fois l’excitation passée, n’a pas été de tout repos. Il faut accepter le regard des autres, convaincre son entourage, surtout ses enfants et sa compagne ou son compagnon contraints parfois de suivre sans être impliqués dans le projet, se heurter à la joie de la paperasserie qui en a déprimé plus d’un et avoir foi en l’avenir. Leurs témoignages, leurs parcours sont autant de raisons de croire qu’une autre vie est possible, sans pour autant devoir espérer décrocher le jackpot à la loterie pour se lancer.

Philippe Toinard, rédacteur chef de 180°C.

Amen

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. Les homo dits sapiens sont de grands habitués de l’exercice de la « symétrie » quoique !

Il est aussi vrai que personne ne proclame que notre première qualité est d’ordre mathématique mais ? ? ? !

MAIS ! C’EST INCONTESTABLE ! LE PARADOXE EXISTE !

En 2005, lors du Bilan concernant notre génome, alors que la parabole chrétienne proclamait « L’Homme a été créé à l’image de Dieu », que celle des rationalistes avait été établie à une symétrie près « L’homme est un dieu en devenir » (Le D étant ravalé en d, le dualisme se transformant en cartésianisme puis système binaire), les homo dits sapiens, qu’ils soient chrétiens ou rationalistes, ont décidé à l’unanimité (Sauf les éthologues et autres exceptions ...) d’enterrer le résultat, pourtant on ne peut pas plus objectif !

Le phénomène du « double bind » ou ici de la double contrainte s’est soldé par un refoulement général !

La différence entre notre génome et celui du Chimpanzé étant voisine de 1 %, tous ont communié pour la 1ière fois, le temps de tout balancer par-dessus bord !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.