Humour. Quels changements entre les rentrées scolaires de 2020 et 2012 !

Une étude sur le langage de Jupiter et des bulles ...

que-de-changements-en-8-ans
(En passant, puisque n’étant pas coté par Celui qui a été choisi pour son profil et langage se rapprochant des « riens », notre autre héros, sera-t-il chassé avant ou après son « énième + 1 exploit ». Que tous les possesseurs de Harley-Davidson le sachent, c’est un fan de ce genre de motos !

S’il a dû revendre la sienne pour entrer dans Paris dignement, lui qui se sent maître du monde en les chevauchant sur un air de musique wagnérien, il ne manquera pas d’en rechercher une encore plus puissante …)

Un supplément

Les paroles de notre président (Un condensé se superpositions quantiques, v. un billet précédent) ont été étudiées par des spécialistes de la communication

 

partenaires-auteures-symbole-rate-macron
sur-les-paroles-de-macon-les-auteures

  1. l’article complet sur Internet

*** *** Comment Emmanuel Macron a raté son rendez-vous symbolique avec les Français

Quelques extraits …

27 mai 2020, 20:15 C'EST

 

Déclaration d’intérêts

Les auteurs ne travaillent pas, ne conseillent pas, ne possèdent pas de parts, ne reçoivent pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'ont déclaré aucune autre affiliation que leur poste universitaire.

Le président Emmanuel Macron rend hommage au Géneral Charles de Gaulle le 8 mai. La portée de ses messages symbolique semble se perdre auprès du public. Francois Mori/AFP

…   …   …

les prises de parole publiques de Macron à partir de la mi-mars s’éloignent de ces « figures de style présidentielles ordinaires » : ses discours sont en effet très longs – pas moins de 25 minutes le 16 mars et 27 minutes le 13 avril – et loin d’être « pauvres » (lexique recherché et texte dense), ce qui complexifie le message et par là même sa réception par les citoyens.

À titre de comparaison, les allocutions, déclarations et adresses à la Nation de François Hollande à la suite des attentats de janvier et novembre 2015 duraient toutes moins de cinq minutes en moyenne.

Quant à la déclaration clef du président du Conseil italien Conte du 11 mars 2020, elle durait un peu plus de neuf minutes ; celle d’Angela Merkel douze minutes le 19 mars. La longueur de ces prises de parole n’est pas anecdotique car le message en se diluant perd de sa force et son auteur de son autorité.

…   …   …

*** Contradictions et répétitions contre-productives

Il est par ailleurs difficile de s’y retrouver pour la population si le message qu’on lui envoie manque de clarté et semble reposer sur des contradictions.

Au contraire, en choisissant d’être didactique, et donc d’expliciter pour justifier par avance les nuances de l’action gouvernementale, le Président Macron préempte le travail opéré par le symbolique.

« Nous sommes en guerre »

Prenons l’exemple de l’adresse du 16 mars. Le ton martial choisi combine le recours insistant au registre guerrier (« mobilisation générale », « union nationale », « hôpital de campagne du service de santé des armées », « l’ennemi », « les armées », etc.) et la répétition de la phrase « nous sommes en guerre », martelée six fois dans un temps relativement court.

« Nous sommes en guerre », Emmanuel Macron, 16 mars 2020.

Pourtant, dans le même discours, alors qu’il est question de guerre et de « nécessité », le président parle d’aller « faire ses courses » et rassure la population sur la possibilité de faire son jogging (« faire un peu d’activité physique »). Enfin, il exhorte les citoyens à la lecture.

*** Une telle juxtaposition affaiblit le message initial.

(Moi : Ce style rappelle les propos de Juan Branco qui, il me semble, dans « Crépuscule » <Mais ?> concernent les exposés patchwork de M. Macron à Science-po, le manque de rigueur, de structures, de ceux-ci)

Certes, il est important de savoir précisément ce que l’on est autorisé à faire ou pas pendant la période de confinement mais le rôle du chef de l’État est d’annoncer le confinement du pays, pas ses modalités pratiques.

De même, si l’annonce d’un soutien économique d’ampleur est essentielle au message de réassurance sur la capacité de l’État à faire tenir la solidarité nationale, le détail sur les différents dispositifs mis en place pour toutes les catégories économiques que compte la France est ici un excès de zèle.

Le symbolique étant par nature ambigu (la « guerre » ne signifiant par exemple pas la même chose pour toutes les catégories de la population), rien ne sert d’ajouter de la confusion à un message déjà polysémique.

Il peut en outre être contre-productif d’asséner le même message sans relâche.

Il est par exemple question de « panique » quatre fois dans l’adresse du 16 mars : une première fois pour dénoncer les phénomènes auxquels elle a donné lieu en début de confinement, et les trois autres fois sous forme d’injonction afin d’éviter « l’esprit de panique », corrélé aux « fausses-rumeurs », aux « demi-experts » et aux « faux-sachants », et afin de « ne pas céder » à la panique (répété deux fois à la fin du discours).

On peut légitimement se demander si ce type de répétitions ne contribue pas au final à créer ce climat anxiogène qu’il tentait justement d’éviter.

(Moi : Oui, il ne fait que prouver qu’il est paniqué ! Qu’il n’a rien prévu ! Qu’il n’était intéressé que par le passage en force de sa réforme sur les retraites, qu’il n’a pas écouté les conseils : ceux du diplomate à Pékin fin décembre, ceux de Me Buzyn ! ! !

IL NE FAIT QU’AVOUER implicitement QUI’IL EST « TOUT NU » ! ! !

IL SE VEUT LE ROI DES « RIENS » ! OK ! « RIEN² » EST NU ! ! !

ET-ET SA NÉGLIGENCE EST UNE FORFAITURE HAUTEMENT CONDAMNABLE ! ! !

S’il s’était tenu au courant, combien de « Mort.e.s » en moins ? ! Ne serait-ce que chez les Soignant.e.s ? !  Une fois son mandat terminé, pourquoi ne pas l’attaquer pour homicides involontaires ? !

Sa Sibeth ne savait même pas ce qu’il fallait raconter pour ne pas dire le contraire des élucubrations de son Maître Jupiter ! ! !

C’est ce que laissent entendre certains éditoriaux des dernières semaines, en pointant l’inquiétude et le pessimisme des Français.

*** À qui s’adresse-t-on ?

…   …   …

*** Enfin, une action symbolique efficace parvient à entrer en résonance cognitive avec l’imaginaire collectif, à parler aux représentations des citoyens.

Les discours présidentiels de Macron y parviennent-ils ? L’adresse aux Français du 13 avril 2020 relatif au déconfinement en fournit une bonne illustration.

Un des défis de toute gestion de crise consiste à savoir comment et quand en annoncer la fin et comment utiliser cette sortie de crise pour mobiliser et rassurer la population.

Ainsi, ce rôle de porteur d’espoir dans les heures sombres a été dévolu à la Reine au Royaume-Uni, dans son discours du 5 avril 2020 – en écho aux célèbres discours prononcés par son père le roi George VI durant la guerre.

Après le discours martial de la mi-mars, le président prononce un discours de « sortie de guerre » qui s’intéresse à la séquence « d’après ».

Il y est question d’espoir (« l’espoir renaît »), de « refondation », de « préparer l’après », de « rebâtir notre économie », de « bâtir un autre projet dans la concorde », ainsi que d’un « projet français ».

Toutefois, les références historiques et symboliques convoquées dans ce discours ne semblent pas à la portée de tout un chacun.

 

retour-aux-declarations-de-lhomme-et-du-citoyen-de-la-revolution-de-1799

Qui aura compris que « ces mots, les Français les ont écrits il y a plus de 200 ans » est une allusion à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ?

Qui est en mesure de saisir le parallèle entre « la concorde » appelée de ses vœux par le président de la République et celle qui prévalait à la fin de la Seconde Guerre mondiale lorsqu’une véritable communion nationale se manifestait autour de l’État reconstructeur ?

À qui s’adresse l’allusion aux « Jours heureux » (ce programme élaboré par le Conseil national de la Résistance à partir de 1943 et qui a guidé la reconstruction dans l’immédiat après-guerre en France) qui clôture le discours présidentiel, et le jeu de mots avec les « jours meilleurs » promis par Macron ?

En somme, les références symboliques mobilisées ne sont pas nécessairement à la portée du plus grand nombre, empêchant par là même au message présidentiel d’atteindre sa cible.

(Moi : que du patchwork, du baratin, du creux, Non pas du rien mais DE MOINS QUE RIEN !  DU NÉGATIF ! Qu’un numéro de bateleur, bonimenteur, clown ! ! !)

*** Une adhésion nécessaire pour faire « communauté nationale »

Nous jugeons peu crédible l’idée que cette communication a été pensée en segmentant de manière subtile les publics, avec dans ce cas précis une référence à destination des personnes âgées ou des férus d’histoire, comme son conseiller en communication. Trop élitaires, elles coupent le chef de l’État d’une partie de la population.

L’injonction de lire (« lisez, retrouvez aussi ce sens de l’essentiel ») et de se cultiver (« la culture, l’éducation, le sens des choses est important ») durant le confinement, assénée à la télévision le 16 mars dernier, a ainsi pu sembler arrogante et déplacée.

En définitive, si plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour évaluer la gestion d’une crise (comme la baisse des contagions, des décès ou des lits occupés en réanimation dans le cas de la pandémie actuelle), on peut dire que sur le plan symbolique l’exécutif français n’a pas forcément réussi son pari.

Or si l’adhésion du public au message symbolique véhiculé par le pouvoir est cruciale pour une sortie de crise réussie, elle l’est d’autant plus qu’elle est source de légitimité pour ce même pouvoir et que c’est elle qui contribue à « faire » la communauté nationale.

# # # Quelques autres remarques personnelles

Le Cri de Munch pourrait être réactualisé, comme les silences des tableaux de Hopper !

 

cri-munch-silence-hopper

 

# # # Voir aussi par ex. sur Internet : « Changement climatique : il pourrait causer l’émergence de nouvelles épidémies » ! ! !

Thomas Boisson   https://trustmyscience.com/ 18 août 2020

 En tant que résultat récent d’addiction : Manche : double traversée réussie pour un Nordiste A. M. et A. D.A. M. et A. D.  Voix du Nord 17/08/20

le-nageur-de-la-double-traversee-de-la-manche

 

AVB ...Pierre Payen (Dunkerque)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.