Humour²² Notre Sisyphe, d’après Bern, est « tout colère » Encore des vaches ! ! !

En ce moment, d’après la Voix du Nord, un agriculteur et-et « rien » tente de faire croire que éoliennes ne plaisent pas aux vaches ! OH ! SACRILÈGE ! Et le summum de ce scandale, c’est que depuis des années, lui et une sorte de bande, vont jusqu’à les faire mourir ! Et pour obtenir quoi ? ! That is the question ! Sans parler d'autres POULETS QUI COMMENCENT A PARLER !

 NE SERAIT-IL PAS PRÉFÉRABLE DE LES INTERNER ? !

(Comme on internait les femmes qui ne convenaient pas à la Salpêtrière au 19ième siècle !

(V. à la fin le titre d’un livre époustouflant, dingue !)

EH OUI ! M. Bismuth dirait : « QUELLE INDIGNITÉ !

L’ARTICLE : « LA LIGNE HAUTE TENSION ET LES ÉOLIENNES RENDRAIENT-ELLES LES VACHES MALADES

 ? ! ! ! »  

Par Hélène Harbonniercambrai@lavoixdunord.fr  21/01/20

 

les-vaches-malades-eolienne
Depuis la cour de l’exploitation, on aperçoit le pylône de la ligne à haute tension et, derrière l’arbre, les premières éoliennes.

PreviousNext

L’élevage de Philippe Marchandier, à Mazinghien, est proche du parc éolien de Bazuel/Catillon   et d’une ligne à haute tension. Une configuration où il croit voir la cause de la mauvaise santé   de ses vaches. Au bord de la faillite, il cherche une autre ferme où les mettre à l’abri.  

Mazinghien.

Tous les ans, je perds dix, douze veaux. J’en ai perdu sept il y a quinze jours… 

« Le comptable me dit de tout arrêter… » Agriculteur depuis 1990 à Mazinghien, dans la ferme familiale, Philippe Marchandier travaille désormais « à perte » et ne souhaite qu’une chose : partir. Car il est persuadé que les cinq éoliennes du parc éolien du Planty et la ligne haute tension qu’on aperçoit depuis la cour de sa ferme rendent ses vaches laitières malades. Et selon lui, ça ne date pas d’hier. « J’avais des problèmes, mais je ne savais pas que ça venait de ça. J’avais une perte de lait, je n’arrivais pas à faire mon quota, je rachetais des vaches tous les ans. Il faut quarante laitières pour faire mon quota, là j’en ai quatre-vingts. Cette année, il me manque 80 000 litres. » Les ajustements opérés dans leur alimentation n’ont rien changé. L’agriculteur évoque des bêtes « stressées, toujours debout », qui ne se couchent pas, mangent toute la journée, mais s’amaigrissent, des veaux qui ne boivent pas à la mère. Des bêtes qui meurent, aussi.

Le jour où nous le rencontrons, une Aubrac de deux ans gît dans la cour. D’après Philippe Marchandier, elle était en bonne santé jusqu’à son décès brutal, la veille. « Tous les ans, je perds dix, douze veaux. J’en ai perdu sept il y a quinze jours… »

Le vétérinaire de l’exploitation confirme avoir observé quatre avortements en décembre, sans que les analyses réalisées aient pu en établir la cause. La moyenne étant d’un avortement pour 45 mises bas.

« Courant vagabond »

Selon Philippe Marchandier, la situation se serait aggravée après la mise en service, le 1 er juin, du parc éolien du Planty, situé dans les communes de Bazuel et Catillon-sur-Sambre. Il pointe aussi la ligne à haute tension de deux fois 200 000 volts installée à 200 mètres de son exploitation depuis 1994.

Une géobiologue passée faire des relevés le 5 décembre confirme que deux veines d’eau passent sous les bâtiments, venues pour l’une du pylône électrique et pour l’autre, du parc éolien. Selon elle, il y aurait bien du « courant vagabond dans l’élevage ». Philippe Marchandier s’est assuré que les bâtiments soient bien reliés à la terre, sans constater d’amélioration. L’explication laisse perplexes ceux de ses collègues auxquels Philippe Marchandier en a parlé. « Ils n’y croient pas… »

Informé de la situation, Boralex, propriétaire du parc éolien du Planty, annonce qu’il va « procéder dans les prochains jours à une vérification de la conformité des installations du parc en question et prendre contact avec l’agriculteur. » Et de préciser que « toutes les éoliennes du parc sont conformes à la réglementation en termes de distance minimale ».

La nocivité des éoliennes à l’étude 

Le 9 janvier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) a lancé un « appel à candidatures d’experts scientifiques afin de procéder à la constitution d’un groupe de travail (GT) sur l’imputabilité à des éoliennes de troubles dans deux élevages bovins ».

Des troubles « rapportés dans deux élevages bovins »

On y lit que « des troubles ont été rapportés dans deux élevages bovins comme concomitants à la construction d’un parc éolien à proximité de ces deux élevages. Sont décrits : des troubles du comportement, une diminution de la quantité et de la qualité du lait, des cas de mammites, des problèmes de vêlage et/ou des mortalités ».

Dans ce contexte, « l’ANSES a été saisie par la Direction générale de l’alimentation (DGAL) et la Direction générale de la prévention des risques (DGPR) pour analyser l’imputabilité aux éoliennes des troubles observés dans les deux élevages bovins. »

Les travaux du groupe de travail doivent commencer en mars. En ce qui concerne l’impact des champs électromagnétiques, en 2014, un rapport daté d’août 2015 sur les « conséquences des champs électromagnétiques d’extrêmement basses fréquences sur la santé animale et les performances zootechniques », indiquait que « les études sur les animaux d’élevage restent peu nombreuses » et notait, entre autres hypothèses, « une baisse possible de la production laitière »

.

D’autres exemples d’un autre genre !

Il y a une ou plusieurs décennies, des « pontes » de la médecine, lors d’une émission TV, se moquaient des soi-disant coupeurs de feu ! Criaient à l’imposture ! Aux charlatans !

Depuis quelques années, surtout dans le sud de la France, les hôpitaux ne font-ils pas appel régulièrement à ceux-ci ? ! (V. Internet !)

(Et le comble, il y a 2 années, m’étant renversé sur la main de l’eau bouillante d’une casserole chauffée dans l’intention de préparer un bol de café, ayant le souvenir de ces coupeurs de feu, j’ai tenté l’expérience en passant et repassant l’autre main sur celle venant d’être aspergée avant, soudainement, de sentir disparaître la douleur !

J’ai pu montrer à d’autres cette main toute rouge pendant une semaine mais sans aucune cloque ! ! !)

Voir sur Internet : La NASA vient d’admettre et donc d’officialiser l’observation d’OVNIS !

Ceci n’implique-t-il pas la présence d’extra-terrestres ? !

Les scientifiques expliquent que les premières planètes potentiellement habitables se trouvent à x années lumières, qu’elles n’ont pas du tout l’apparence d’êtres des planètes hyper développées, émettant des ondes d’où partiraient ces extra-terrestres !

Est-ce que ces extra-terrestres perdraient x années-lumière pour venir se promener quelques minutes ou heures au voisinage de la Terre pour regarder des chimpanzés boostés faire leurs bêtises ? !

N’est-il pas permis de conclure qu’ils/elles se déplacent plus vite que la lumière ? ! Et qu’ils/elles n’ont absolument rien à faire d’une éventuelle invasion ou autre guerre ? ! Que nous devons leur apparaître comme des trucs rudimentaires ? ! (Voire non pas des « riens » mais des sortes de particules, de groupements d’atomes élémentaires)

Cette fameuse limite actuelle de vitesse ne ressemble-t-elle pas à la théorie de la platitude de la Terre centre du monde du Moyen-âge ? !

ENFIN, « LA CERISE SUR LE GÂTEAU » ! ! !  MAIS OÙ VONT-ILS INVENTER CES « CONNERIES » ? ! ! 

Ne savez-vous pas qu’en 2005, des soi-disant scientifiques, ont juré qu’ils venaient de découvrir que notre génome se différenciait d’environ 1 % de celui du chimpanzé ! ! !

Alors que nous sommes créés à l’image de Dieu ou de Jupiter et-et Sisyphe ! ! !

Encore plus débile, vers 2011-12, d’autre loustics n’ont-ils pas affirmé que le néocortex ne fonctionne bien, dans la durabilité, que dans la « REDONDANCE » ? !

« Ces gens-là » n’ont même pas pris la peine de se rendre compte que notre société qui est pourtant formée de millions de néocortex, qui est néo-libérale, qui vit dans l’addiction « TOUJOURS PLUS » et le « Et-Et » jupitérien et-et trumpien (Donc t. p. vite et-et dans l’improvisation et-et dans la minimisation des risques et-et la réduction des précautions en ne tenant pas compte des effets différés et cocktails, etc.) n’a jamais été aussi sûre d’elle, resplendissante !

Voir Macron et-et Ttrump !

C. Q. F. D. !

Pierre Payen (Dunkerque)

N. B. « LES FOLLES D’ENFER de la Salpêtrière » Actes Sud sept. 2004 ISBN : 2-7427-5148-3

Un extrait de la 4ième

Mâkhi Xenakis est invitée à créer des sculptures pour la chapelle de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Mâkhi Xenakis s’immerge dans les archives de l’Assistance publique pour laisser venir à elle l’esprit des lieux.

Elle exhume des manuscrits totalement inédits, bouleversants, qui bruissent encore des cris de ces femmes enfermées là depuis Louis XIV jusqu’à Charcot. A la merci des dominants de l’époque !

L’ouvrage qui a obtenu le Prix Renaudot des Lycéens 2019 « Le Bal des folles » de Victoria Mas (Auteur) s’inspire de la description du bouquin précédent mais n’est qu’un petit-petit aperçu de cet enfer…

Les autres vaches qui commencent à parler : 

un-autre-genre-de-vaches

U,e bulle de Geluck (VdN 21/01/20)

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< n'est-elle pas une interprétation de la phrase d'Einstein : : « On ne peut pas résoudre un problème avec le même type de pensée que celle qui l'a créé. » <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

 

les-parents-de-dieu-dont-on-n-eparle-jamais-geluck-210120-vdn

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.