Humour. Un avant-goût de nos comportements (en crise) !

Puisque les crises vont dorénavant toujours plus (t. p.) se succéder, se juxtaposer, comment réagiront les homo sapiens t. p. sans aucun repère ? ! Quelques exemples !

Retenu dans les Alertes Google Humour du 23/01/21 

un-avant-gout-de-nos-comportements-en-crise-a-g-h-240121

 

A) Au nord de Toulouse, une conductrice fonce sur tous les cyclistes qu'elle croise : un mort et deux blessés INFO LA DEPECHE

Le carrefour où s'est déroulé le drame à Cépet (Haute-Garonne), le 21 janvier 2021. DDM - Nathalie Saint-Affre

Faits divers, Cépet, Haute-Garonne

Publié le 21/01/2021 à 13:48 , mis à jour à 21:15

L’essentiel Ce jeudi, à hauteur du village de Cépet (Haute-Garonne), une automobiliste a renversé plusieurs cyclistes. Deux d'entre eux ont été blessés. Un autre cycliste a été tué. Ce que l'on sait de ce drame.

Un cycliste est mort, jeudi 21 janvier à Cépet (Haute-Garonne), village situé au nord de Toulouse. Il a été renversé par une automobiliste qui roulait à vive allure, après avoir déjà blessé d'autres cyclistes sur son trajet. Voici ce que l'on sait de ce drame.

  • Un mort et deux blessés

Il est approximativement 12h45 à Fronton lorsqu'une automobiliste, pour des raisons encore indéterminées, a renversé un premier cycliste, blessé lors du choc. Des gendarmes ont rapidement repéré la conductrice et se sont arrêtés pour secourir la première victime.

L'automobiliste est partie en trombe dans son Renault Capture, jusqu'au village de Cépet où elle a foncé dans un groupe de cyclistes un chef d'entreprise de 65 ans originaire de la commune voisine de Montberon. Un capitaine de gendarmerie tente immédiatement de ranimer la victime, sans succès. Un autre cycliste percuté a également été blessé.

La conductrice est ensuite rattrapée et doublée à la sortie du village par un autre véhicule de gendarmes venus en renfort de Saint-Jory. La voiture folle percute alors les militaires par l'arrière, lesquels tirent dans l'avant du véhicule pour l'immobiliser, comme l'a indiqué le vice-procureur Francis Boyer.

  • Une femme fragile psychologiquement

Cette femme de 34 ans n'a pas été blessée par les tirs des gendarmes avant d'être interpellée. Le Samu est rapidement arrivé sur place.

B) Aveyron : Pour retaper sa voiture, il désosse celle de son voisin

PILLARD Le quadragénaire a pillé les portes, sièges et clignotants de la BMW de son voisin pour rénover la sienne, à moindre frais  J.R. Publié le 22/01/21 à 09h45 — Mis à jour le 22/01/21 à 10h57

Les pièces automobiles volées ont été rendues à leur propriétaire. — Gendarmerie de l'Aveyron

Il s’est servi au plus près ! Un habitant de Capdenac-gare, dans l' Aveyron a été interpellé par les gendarmes après avoir désossé la voiture de son voisin pour rénover sa BMW série 3.

Les faits se sont produits dimanche dernier mais les gendarmes ont rapidement identifié le quadragénaire voleur, déjà défavorablement connu de la justice.

Besoin de rénover sa voiture

Quand la victime, un particulier de Capdenac-gare, s’est aperçue que sa voiture, stationnée dans son garage, avait été pillée de ses portes, clignotants, sièges et équipements électroniques, les gendarmes n’ont pas eu à chercher bien loin. A proximité de l’habitation visée, ils ont retrouvé une autre BMW.

Une fois son propriétaire interpellé, ce dernier a rapidement reconnu les faits, justifiant les vols par sa passion de la mécanique et son envie de retaper sa voiture. Le quadragénaire s’expliquera prochainement devant le procureur de la République de Rodez. Les pièces automobiles volées ont quant à elles été restituées à leur propriétaire.

C) Faits divers. Pyrénées-Orientales : Il vole une voiture avec un bébé à bord et roule à contresens

Pyrénées-Orientales : Il vole une voiture avec un bébé à bord et roule à contresens

PARENTS APEURES L’enfant a été retrouvé sain et sauf et le voleur placé en garde à vue

Floréal Hernandez  Twitter

Publié le 16/07/20 à 13h30 — Mis à jour le 16/07/20 à 13h44

Un siège auto pour enfant. (Illustration) — SYSPEO/SIPA

Une course-poursuite dans une voiture volée avec un bébé à bord. Un jeune homme de 18 ans a multiplié les infractions – barrages forcés, contresens, excès de vitesse – après avoir volé une voiture qu’il avait fait mine d’acheter à un couple mardi soir au Canet-en-Roussillon ( Pyrénées-Orientales​). En fuyant au volant du véhicule, le voleur ne s’est pas rendu compte qu’un enfant d’un an était à l’arrière, rapporte France Bleu Roussillon.

Les parents ont prévenu les autorités. La gendarmerie, aidée des polices nationale et municipale, a déployé un dispositif pour retrouver l’enfant. Pour ne pas être arrêté, le jeune homme s’est lancé dans une course-poursuite pendant plus d’une heure. Intercepté, il a été placé en garde à vue où il se trouvait encore mercredi soir. Le jeune homme devait être présenté à la justice.

Le bébé a été retrouvé sain et sauf et remis à ses parents.

D) Faits divers. Nancy : Deux hommes tentent de voler une voiture mais s'endorment à l'intérieur

COUP DE LA PANNE Les sièges devaient être trop confortables T.G.

Publié le 26/05/20 à 10h08 — Mis à jour le 26/05/20 à 10h08

L’histoire est cocasse et remonte à août dernier. Dans un parking souterrain de Nancy, le propriétaire d’une voiture venait récupérer son véhicule lorsqu’il avait trouvé deux hommes à l’intérieur. Le duo avait démonté les fusibles, connecté des fils du tableau de bord dans le but de démarrer avant finalement… de s’endormir.

Réveillés en sursaut, les deux individus s’étaient enfuis mais la police avait ensuite relevé des empreintes sur place, selon France Bleu Sud Lorraine. Ils ont été interpellés dimanche dans la capitale de la Meurthe-et-Moselle et seront jugés en décembre.

ETC. !

*** (Le néologisme Raptag : Rien à perdre, tout à gagner …, sera t. p. d’actualité !)

ÉVIDEMMENT, CELA n’a rien à voir avec les futurs actes d’incivilité, de transgression, de délinquance, de sabotage, de terrorisme, initiés et-et basés par des désirs de vengeance toujours plus intenses, démesurés, de la part des « RAPTAG » qui oseront t. p. tout, l’inimaginable ! Et-et t. p. dans la monstruosité !

N. B. Je ne suis pas sûr que notre Amoureux de l’Antiquité romaine (Au point de s’identifier à Jupiter) vive au 21ième siècle !

La preuve flagrante : Il vient de se plonger dans les siècles passés des « procureurs » ! ! !

Il est resté tout « vertical » ! ! !

POLITIQUE https://www.huffingtonpost.fr/

22/01/2021 10:11 CET

Macron regrette les "66 millions de procureurs" en France, mais …

"Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs", déplore Emmanuel Macron qui a pourtant défendu par le passé les vertus de la "défiance française". …

Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs. C’est pas comme cela que l’on fait face aux crises ou qu’on avance”, a-t-il expliqué en faisant référence à la situation sanitaire.

Et de poursuivre son analogie entre le travail des chercheurs et celui des responsables politiques. “Chacun fait des erreurs chaque jour. Celui ou celle qui ne fait pas d’erreur, c’est celui qui ne recherche pas, ou qui ne fait rien, ou qui mécaniquement fait la même chose que la veille. Nous avons besoin d’avoir des hommes et des femmes qui cherchent, qui ont la capacité à inventer ce qui n’est pas encore perceptible et à se tromper pour pouvoir corriger le plus vite possible et s’améliorer. C’est ce qui fait une grande nation”, a conclu Emmanuel Macron.

Il faut dire que l’exécutif se montre ces derniers jours particulièrement susceptible sur sa gestion de la situation sanitaire, ne supportant visiblement plus les critiques comme en témoignent de vifs échanges dans l’hémicycle. Dans la foulée d’Emmanuel Macron, le ministre de la Santé a ainsi déploré “l’outrance permanente” des députés d’opposition, les accusant de pratiquer “l’exercice du tir au pigeon”. Deux jours plus tôt, au cours des questions d’actualité au gouvernement, c’est Jean Castex qui avait sommé la cheffe des députés socialistes de “cesser d’affoler” l’opinion alors que Valérie Rabault demandait au Premier ministre “où sont passées les doses ?” de vaccin anti-Covid.

Mais quelques mois avant d’assimiler l’ensemble des critiques à des attaques menées par “66 millions de procureurs” pas forcément convaincus par le discours tenu par les autorités sur les masques, les tests et la campagne de vaccination, Emmanuel Macron se montrait nettement plus compréhensif à l’égard de ses détracteurs. Interrogé le 14 juillet à propos des nombreuses contestations l’ayant pris pour cible depuis son arrivée au pouvoir, le président de la République ne voyait alors rien à y redire, condamnant seulement les actes violents.

“Je peux le comprendre parce que d’abord, nous sommes dans un pays qui a ça dans son histoire, dans ses tripes”, analysait-il. Et d’ajouter beau joueur : “On peut critiquer. Moi, je suis pour le débat (...) Les critiques, même si in petto je peux considérer qu’elles sont injustes, font partie du jeu démocratique. Elles sont normales et j’aime plutôt d’ailleurs rentrer dans la contradiction”, assurait-il à Léa Salamé et Gilles Bouleau.

Et si le président Macron fustige désormais la “défiance française”, il la considérait hier comme parfaitement justifiée. “Cette défiance française, elle est le fruit de notre inefficacité (...) Elle est due à l’inefficacité de nos réponses depuis tant et tant d’années”, dénonçait le candidat d″En Marche!” tout juste qualifié au second tour de la présidentielle, le 27 avril 2017 sur TF1, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête de cet article.

Ce soir-là, le candidat Macron reconnaissait humblement ne “pas être parfait”. Tout en se disant attentif aux “reproches” que l’on pouvait (encore) lui faire, il ne craignait pas à l’époque la “traque incessante de l’erreur″ qui semble tant l’irriter aujourd’hui. Trois ans et demi après son élection, déplorant la persistance du sentiment de défiance chez les Français, le chef de l’État se garde bien de faire le lien avec la façon dont il conduit les affaires et gère la crise sanitaire.

À voir également sur Le HuffPostGreta Thunberg propose son résumé du One Planet Summit, Macron lui répond

 

EN UN MOT, en UNE QUESTION !

UN DIEU AMOUREUX PEUT-IL ÊTRE UN DIEU ? !

THAT IS THE QUESTION ? NON ! MÊME PAS ! 

Ce n’est qu’un adulescent amoureux de sa Mère symbolique qui, comme elle le lui dit chaque soir, n’arrêtera jamais ses « conneries », tant qu’il ne tombera pas de la Roche Tarpéienne (Mais à décharge, il le sait, a anticipé sa chute, s’en fiche !)

Brigitte Macron : “Arrête tes conneries !” - France Dimanche

Brigitte Macron : “Arrête tes conneries !” Publié le 23 octobre 2018 Dans le huis clos feutré des appartements de l’Élysée, Brigitte Macron a laissé exploser sa colère contre son mari.

https://www.francedimanche.fr/actualites/brigitte-macron-arrete-tes-conneries

 

« Ils me tueront peut-être d'une balle » : Emmanuel Macron ...

« Ils me tueront peut-être d'une balle » : Emmanuel Macron et la peur de sa vie

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/ils-me-tueront-peut-etre-dune-balle-emmanuel..

Pierre Payen (Dunkerque)

J'avais déjà oublié ! Un truc plus sérieux qui arrivera t. p. !

Une dame de 94 ans mortellement agressée à son domicile 

Thomas DiquattroThomas Diquattro Voix du Nord du 22/01/21

 

Un voisin retrouvé blessé dans le jardin de la victime a dit avoir été agressé par deux hommes en voulant porter secours. Photo Séverine Courbe

Bully-les-Mines. (Dans le Nord, près des anciennes mines ...)

Il faisait à peine jour quand le drame a eu lieu. Vers 8 h 30 h hier, une dame de 94 ans a été agressée à l’intérieur de son domicile, rue Bonaparte, à Bully-les-Mines. Alertés, les secours n’ont rien pu faire pour la réanimer. La victime présentait de multiples lésions, en particulier au visage.

Dans le jardin de la nonagénaire gisait un homme, blessé. Il s’agit de son voisin d’en face. Entendu par les policiers, cet homme de 39 ans a expliqué qu’il était allé porter secours à la victime avant d’être agressé par deux hommes casqués.

« Une voisine adorable »

Ces potentiels responsables étaient toujours recherchés, hier soir. Le commissariat de Lens a été saisi de l’enquête ouverte par le parquet de Béthune.

Marie-Jeanne Stockman, vivait seule, depuis « très longtemps » dans cette maison semi-individuelle en briques de la cité des Alouettes. « C’était une voisine adorable, tellement agréable. Elle ne sortait pas beaucoup avec ses ennuis de santé, mais elle était souvent à sa fenêtre, on se saluait », témoignait Anne-Marie, une voisine, incrédule.

« Elle adorait ses enfants et petits-enfants, elle rigolait avec nous et racontait son passé. C’était une personne avec le cœur sur la main », raconte une de ses arrière-petites-filles. Marie-Jeanne Stockman recevait la visite trois fois par jour de ses aides à domicile, en plus des passages quotidiens de sa famille. Elle bénéficiait d’un suivi médical et portait un système d’alerte qui s’activait en cas de problèmes de santé, comme ce fut le cas hier. Un système qui n’a pu empêcher la mort de la retraitée.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.